journee internationale des enfants victimes d agression

4 Juin : La Journée Internationale des Enfants Victimes d’Agression

Publié le

Le 4 juin est la Journée Internationale des Enfants Victimes d’Agression. Selon les Nations Unies cette date a pour but de sensibiliser contre les violences physiques, mentales, et émotionnelles faites aux enfants.

par

Il faut rappeler que l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé le 19 aout 1982, suite au grand nombre de massacres laissés par Israël pendant la guerre du Liban « L’opération Paix en Galilée », a décidé de commémorer le 4 juin, les enfants victimes d’agression, de meurtre, et de souffrances subies pendant la guerre.

Les types de violences envers les enfants

La violence envers les enfants a plusieurs formes, elle se définit par la Croix Rouge en tant que :
« Toute forme de mauvais traitement, psychologique, sexuel (avec ou sans contact), ou physique, absence de soins et des besoins fondamentaux de la vie (Habillement, logement, sécurité, alimentation, éducation, hygiène et soins médicaux, discipline et encadrement moral) qui causent des dommages émotionnels et blessures psychologiques à l’enfant. »
La violence envers les enfants peut être sous la forme d’un abus de pouvoir, d’un harcèlement et attaques répétées qui menacent l’estime de soi de l’enfant, effectuées par une personne ayant de l’autorité sur le jeune.
La violence psychologique consiste à rejeter, humilier, isoler, terroriser, et exploiter ou négliger l’enfant.
La violence physique consiste à menacer, pousser, frapper ou agresser l’enfant sexuellement également. L’exposer à des violences conjugales et domestiques aussi, et en faire de lui un témoin, fait de lui une victime d’agression également.

Contexte de la commémoration du 4 juin Journée Internationale des enfants victimes d’agression

Rappelons que « L’opération Paix en Galilée » a engendré des bombardements sur Beyrouth Ouest et l’invasion du Liban le 6 juin 1982, pour cesser depuis le Liban les attaques palestiniennes du OLP (Organisation de la Libération de Palestine).
Cette opération a engendré des pertes humaines considérables, 675 tués, 2383 blessés, 2130 morts de rebelles civils et 1600 prisonniers. Un grand nombre de réfugiés palestiniens ont été évacués par voie maritime vers Tunis et d’autres vers la Syrie. Cette guerre a fini par la mort de Bachir Gemayel président du Liban, qui a voulu faire d’Israël son allié, afin d’instaurer la paix dans la région. Ce meurtre a déclenché le massacre de Sabra et Chatila.