anemie

6 choses à savoir concernant l’anémie

Publié le

L’anémie est définit par un taux d’hémoglobine dans le sang inférieur aux normes pour l’âge et le sexe. Une pâleur, une tachycardie, une asthénie et un essoufflement à l’effort sont les principaux manifestations d’une anémie quelque soit sont étiologie.

par

1. Attention aux carences

Le fer est le principal intervenant alimentaire dans la synthèse des globules rouges. Une carence en fer se manifeste au début par une chute des cheveux, des ongles fins et fragiles et des perlèches. A un stade plus avancé, l’anémie s’installe. Les grossesses rapprochées peuvent en être la cause. Une supplémentation en fer ainsi qu’une alimentation couvrant les besoins constitue le traitement.
La viande rouge est l’un des aliments les plus riches en fer. Pour un meilleur apport en fer, il faut donc manger chaque jour au choix de la viande, des poissons ou des fruits de mer car ceux-ci sont les mieux absorbés par l’intestin. Cependant, avoir un régime végétal n’est pas grave. Les légumes verts (les haricots verts, le persil, les épinards, le chou, le cresson, les poireaux…) et les légumes secs (les lentilles, les haricots blancs…) sont aussi riche en fer.
Le déficit en acide folique ou vitamine B9 est aussi responsable d’anémie. Une alimentation équilibrée contenant le foie, les légumes, les épinards et le riz complet évite ce syndrome carentiel.

2. Chez les enfants une cause congénitale est à évoquer :

En dehors des causes carentielles, certains déficits enzymatiques ou anomalie de structure de l’hémoglobine conduisent à l’appariation d’une anémie dite congénitale.
La drépanocytose et la thalassémie sont fréquentes. Il s’agit de maladie héréditaire qui affectent la structure de l’hémoglobine et qui ont des manifestations plus graves qu’une anémie ferriprive.
En Tunisie, le déficit en G6PD est le déficit enzymatique le plus répandu. Généralement, c’est à l’occasion d’une consommation de fève qu’une crise d’hémolyse aigue, souvent mal tolérée, se déclenche. Mais ce n’est pas que la fève, plutôt une liste de médicaments et de nutriments doit être interdites chez ses personnes.

3. Chercher un saignement chronique :

Tout saignement abondant ou minime parfois même non perceptible à l’œil nu qui se prolonge sur une longue période, donne une anémie.
Chez la femme, les causes gynécologiques prédominent. Le port de stérilet, des règles abondantes, un fibrome, ou toute pathologie qui fait saigner doit alerter.
Ailleurs, ce sont les pathologies digestives, comme les ulcères gastroduodénales et les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, la prise d’AINS, les troubles de l’hémostase, etc. qui expliquent l’anémie.

4. Un terrain auto-immun peut l’expliquer :

Des antécédents familiaux ou personnels de maladie auto-immune comme un diabète type 1, une thyroïdite, un vitiligo une maladie d’Addison, … reflète ce terrain auto-immun. L’anémie peut aussi être la conséquence d’une réaction inappropriée du système immunitaire contre les globules rouges.

5. Parfois transitoire…

La prise de certains médicaments peut être à l’origine d’une anémie par différente manière : en provoquant un déficit vitaminique, un saignement occulte ou en déclenchent une réaction auto-immune contre les globules rouges,…
Une inflammation quelque soit son origine est responsable d’une entité particulière dite anémie inflammatoire qui disparaît avec l’inflammation.
Ailleurs, l’anémie peut être associée à une hypothyroïdie ou une insuffisance rénale.

6. Méfiez-vous des pathologies malignes :

Ce n’est pas pour vous faire peur, mais il faut savoir que l’anémie peut être la circonstance de découverte d’une pathologie maligne. En effet, les hémopathies malignes se manifestent généralement par une diminution des cellules sanguines, entre autres les globules rouge, au profil des cellules malignes. Aussi les néoplasies digestives, pulmonaires ou gynécologiques, en provoquant des saignements, peuvent se manifester par une anémie.