éviter l obesite infantile

8 Conseils aux parents pour éviter l’obésité infantile

Publié le

L’obésité est un problème majeur de santé publique aussi bien dans le monde que dans notre pays. Ce fléau touche 3% à 5% des enfants de moins de 15 ans et près de 20% des jeunes adolescents sont en état de surpoids.

par

On parle d’obésité lorsque l’Indice de Masse Corporelle (IMC) est supérieur à 30. L’alimentation malsaine et l’abstinence à faire du sport ne sont pas les seuls facteurs de la surcharge pondérale, il y a aussi la consommation d’additifs chimiques et le manque de sommeil. Les parents jouent un rôle primordial dans l’éducation thérapeutique et la persévération de la santé de leurs enfants. L’obésité est une maladie qu’on peut prévenir le rebond de l’adiposité et qu’on peut également traiter le patient. Zoom sur 7 instructions pour éviter une surcharge pondérale de l’enfant.

1- Prendre soin du mode de vie de son enfant après la naissance

Les facteurs de risque de l’obésité renferment des antécédents héréditaires et des paramètres en lien avec une alimentation déséquilibrée. C’est pour cette raison que veiller sur l’hygiène de vie et au régime alimentaire du nourrisson constituent une étape essentielle pour conserver son équilibre pondéral. Le corps médical est unanime, l’obésité infantile est un véritable problème de santé publique.

2- Suggérer la consommation du sucre le plus tardivement possible à l’enfant

La consommation de trop de sucres contribue à la manifestation d’un surpoids. C’est pour cette raison que plusieurs spécialistes en nutrition mettent en garde les parents contre l’apprentissage de la consommation des sucreries et gâteries de friandises et de confiseries tôt dans la période de l’enfance. En effet, avant l’âge de 3 ans, il est à privilégier un régime alimentaire sain avec du lait, des compotes de légumes et de fruits ainsi le sucre peut être banni au détriment de produits fromagers, de protéines et des fruits secs comme les noix et les amandes. Un excès de produits alimentaires prêts est à pallier comme les gâteaux, les pizzas et les boissons sucrées comme les sodas et privilégier les plats faits maison et les mets préparés à partir de produits frais et de saison. Après l’âge de 3 ans, il est essentiel de modérer la consommation du sucre de l’enfant en lui apprenant par exemple d’ajouter un à deux morceaux par jour dans ses boissons du jour.

3- Veiller au bon sommeil de l’enfant

L’alimentation déséquilibrée et l’absence d’une pratique d’un sport régulier ne sont pas les seuls paramètres qui entraînent un excès du poids. Le sommeil en joue un rôle essentiel dans l’équilibre des mécanismes métaboliques de l’organisme que ce soit dans la période de l’enfance qu’à l’adolescence et l’âge adulte. En fait, de nombreuses études scientifiques ont démontré que le manque d’heures de sommeil engendre une appétence élevée pour les gourmandises, les aliments aussi bien gras que sucrés. C’est l’insomnie qui conduit à une modification de son mode alimentaire, entraînant un excès pondéral. Pour les enfants en période de scolarisation, dix à douze heures de sommeil est conseillé alors que pour les jeunes adolescents, il est préconisé d’avoir une somme de huit à dix heures.

4- Halte à la sédentarité devant l’usage de différents types d’écrans

Au-delà des risques cardiovasculaires de la sédentarité associée aux écrans, il y a aussi le développement de troubles métaboliques lors de la digestion alimentaire. Etre assis durant une période prolongée devant un écran élève l’accès à la consommation de substances sucrées (des barres chocolatées, des bonbons, des tartes sucrés, etc) et de matières grasses (des frites, des sandwichs préparés, etc). C’est pour cette raison, qu’il est important de veiller à ce que son enfant ne soit pas la cible de l’usage de nouvelles technologies et de l’utilisation des écrans pendant une durée prolongée. Le fait de passer moins de temps devant les écrans assure la prévention contre la sédentarité. Il s’agit également de privilégier le sport, les activités ludiques et pédagogiques et les sorties en plein air notamment dans ce mois de Ramadan.

5- L’enfant doit pratiquer une activité sportive régulière

Le fait de bouger diminue les effets de stress et de l’anxiété chez l’enfant. Pratiquer une activité physique régulière contribue à réduire les gras de l’organisme, à dépenser des calories, donc de l’énergie et par conséquent réduire les kilos en superflus. Manger mieux et sainement et faire du sport contribuent à bien maigrir. Une activité physique d’une durée de 30 à 60 minutes est nécessaire pour la santé physique et mentale de l’enfant.

6- Pallier aux régimes alimentaires restrictifs

Il est reconnu que les régimes restrictifs ne marchent pas pour réduire la surcharge pondérale chez l’enfant. Il est essentiel de pas faire des restrictions dans le mode nutritionnel mais veiller à un équilibre nutritionnel rationnel et modéré. Il est nécessaire de songer à penser à la quantité et à la qualité du régime alimentaire de l’enfant pour qu’il puisse garder un poids équilibré. Par ailleurs, il est très important de consulter un médecin nutritionniste, un médecin endocrinologue, un généraliste et parfois même un psychothérapeute pour connaître l’origine de l’obésité de l’enfant pour y remédier. Pour des jeunes enfants, il est à souligner que la diète du jeûne au cours du mois de ramadan peut contribuer à perdre des kilos en excès.

7- Prendre conscience des pathologies liées à l’obésité

Il existe de nombreuses anomalies qui sont en rapport avec la surcharge pondérale comme les cardiopathies, les affections articulaires et la santé respiratoire. La surcharge pondérale peut aussi avoir un retentissement sur la vie sociale de l’enfant. Il est ainsi à noter que l’obésité n’est pas un choix de vie mais une affection qu’on peut soigner par une prise en charge adaptée pour chaque enfant et d’une manière pluridisciplinaire.

8- Booster l’estime de soi

Le suivi parental et médical de l’enfant obèse est important. Il s’agit de perdre les mauvaises habitudes alimentaires appréhendées par l’enfant, suivre une hygiène de vie et faire du sport. Il s’agit aussi d’affirmer l’estime de soi chez l’enfant. En effet, l’aspect socio-esthétique est important dans la société et revaloriser son estime de soi contribue à mieux se mettre en valeur et appréhender ses formes en adoptant un régime nutritionnel sans carence et qui est sain et équilibré.