carte du monde

Les 8 pathologies qui menacent le monde

Publié le

Le paludisme, la grippe, la méningite, l’obésité, la malnutrition, le diabète et l’hypertension artérielle sont des maladies dont les foyers de dissémination, d’expansion et d’extension alertent les systèmes de santé. Un tour d’horizon sur 8 maladies transmissibles et non transmissibles qui sont préoccupants à une échelle internationale et nationale.

par

1- Le paludisme

Tous les ans, le paludisme touche 200 millions de nouvelles personnes et entraînant plus de 400 mille décès par an. Et environ 90% des décès imputables à cette maladie transmise par des moustiques se produisent en Afrique de l’Ouest, en Afrique subsaharienne, tandis que le reste de la mortalité se répartit entre l’Asie du Sud Est, l’Amérique du Sud, le Pacifique occidental et la Méditerranée orientale. C’est une maladie parasitaire endémo-épidémique due à un hématozoaire, le Plasmodium qui est transmis à l’homme par la piqûre d’un moustique, l’anophèle femelle. La prise en charge des patients se fait par des antipaludiques. La prévention renferme l’hygiène et le placement des moustiquaires pour lutter contre le moustique vecteur de cette infection parasitaire.

2- La grippe

Malgré les efforts déployés en matière de politique vaccinale, une autre pandémie est inévitable. Si elle atteint un degré sévère, elle pourrait causer des milliers de décès. En revanche, on ne peut rien prévoir en matière de grippe, les comportements des souches virales subissant chaque année des mutations. Cependant, diagnostiquer précocement permet de bien prendre en charge les patients et les guérir. Généralement une grippe bénigne, guérit au bout de 3 à 7 jours. La gravité des séquelles de la grippe se déclare chez les sujets immunodéprimés comme les nourrissons, les femmes enceintes, les atteints d’une maladie chronique ou d’une infection et les sujets âgés. La prévention consiste en un lavage fréquent des mains, en effectuant la vaccination contre la grippe, en consommant des antioxydants et de la vitamine C. De la période hivernale et jusqu’à la fin du mois de février 2018, 60 personnes sont mortes en Tunisie des suites de la grippe saisonnière H1N1. Cependant, le seuil épidémique n’a pas été atteint.

3- La méningite

Une nouvelle souche virulente de méningite à méningocoque C préoccupe 26 pays au niveau de la cordelière africaine, sans oublier la pénurie de vaccin contre cette maladie se fait sentir dans cette région. Le risque épidémique est telle que 34 millions de personnes qui pourraient être touchées. Actuellement, 10% des patients infectées par la méningite en décèdent. La méningite C est une méningite qui est entraînée par le méningocoque Neisseria meningitidis, c’est une bactérie présente dans la gorge de certaines personnes appelées « porteurs du méningocoque ». Le méningocoque se transmet directement d’un porteur à une autre personne par l’intermédiaire de gouttelettes de salive ou par voie aérienne. Il est à savoir que dans 70 à 80 % des cas, les méningites sont d’origine virale. Elles sont généralement bénignes, le rétablissement étant le plus souvent spontané. Dans 20 à 25 % des cas, les méningites sont d’origine bactérienne. Elles sont graves car l’évolution spontanée est pratiquement toujours mortelle. Dans moins de 5 % des cas, les méningites infectieuses sont dues à des bactéries non pyogènes, à des parasites ou des processus néoplasiques. Les méningites causées par des virus sont traités par des antiviraux et les méningites bactériennes qui sont généralement plus sévères sont soignées par des antibiotiques.

4- La malnutrition

Dans le monde, 45% des décès rapportés chez des enfants de moins de 5 ans trouvent leur origine dans la dénutrition. Les pénuries alimentaires restent un fléau dans des pays du continent africain et asiatique.
5- L’intoxication alimentaire
Annuellement, 600 millions d’individus tombent malades après avoir consommé des aliments contaminés. Parmi eux, 420 mille patients perdent la vie des suites de cette ingestion toxique. Parmi les pathologies pour l’intoxication alimentaire, il y a la tuberculose, la salmonellose, la listériose et la brucellose.

6- La diphtérie

Par le biais d’un vaccin antidiphtérique, cette affection respiratoire très expansive et contagieuse. Elle a été éradiquée dans de nombreux pays. Mais elle persiste dans certaines contrées comme au Venezuela, en Indonésie, au Yémen et en Inde.

7- L’obésité

L’obésité constitue un fléau de santé publique aussi bien dans le monde qu’en Tunisie. Les Etats Unis sont au premier pour ce problème de santé au niveau mondial et la Tunisie est classée au cinquième rang dans la région arabe. L’anneau gastrique, gastrectomie sleeve, agrafes ou by-pass sont les techniques destinées à aider les personnes obèses. La chirurgie est souvent incontournable pour perdre du poids, en complément d’un régime alimentaire adéquat. Une voie médicamenteuse avec un kit d’un régime approprié permet aussi de traiter le sujet obèse. Par ailleurs, il est à signaler que les principales causes de mortalité associées à l’obésité sont les maladies cardiovasculaires soit des cardiopathies et des accidents vasculaires cérébraux, le diabète, les troubles musculo-squelettiques et certaines tumeurs de l’endomètre, des seins, des ovaires, de la prostate, du foie, de la vésicule biliaire, du rein et du côlon.

8- L’hypertension artérielle

L’hypertension artérielle est considérée comme un « serial killer ». L’apparition de ce trouble de santé est due en premier lieu à la quantité de sang que pompe le cœur et à la taille et l’état des artères. En revanche, d’autres facteurs peuvent aussi entrer en jeu, comme l’obésité, l’abus de sel, une consommation régulière d’alcool, l’usage du tabac ou un stress permanent. Une hypertension non contrôlée prédispose le sujet à des séquelles sévères. Au cours de la grossesse, elle peut déclencher une prééclampsie, mais aussi des maladies cardiaques, rénales ou cérébrales, et des anomalies vasculaires. Une pression artérielle est décelée quand la pression artérielle est supérieure à 140 mm de Hg / 90 mm de Hg. Les traitements de l’hypertension artérielle renferment des diurétiques thiazidiques, des inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IEC), les bétabloquants, les inhibiteurs calciques de type dihydropyridine et les sartans. L’objectif tensionnel chez l’hypertendu en dehors des situations spécifiques reste une tension artérielle inférieure à 140/90 mmHg. Chez le diabétique et l’insuffisant rénal, l’objectif est d’obtenir une pression artérielle systolique (PAS) comprise entre 130 et 139 mmHg et une pression artérielle diastolique (PAD) inférieure à 90 mmHg.