A la Une

Coloration maison, comment la réussir?

Publié le
Coloration maison, comment la réussir?

Que vous souhaitiez illuminer votre teint, sublimer votre regard ou simplement changer de tête, vous vous tournez naturellement vers la coloration. Mais attention, une petite erreur dans le choix de la couleur ou dans l’application et c’est la cata ! Il faut commencer par savoir ou vous mettez les pieds !

par Myriam Bennour Azouz

Quand on décide de se lancer dans l’aventure de la coloration maison, il faut avant tout savoir ce que l’on veut : est-ce couvrir ses cheveux blancs, foncer ou éclaircir ses cheveux ou encore se faire des mèches ou simplement des reflets ? Dans tous les cas, lorsqu’on se lance seule chez soi, on ne s’éloigne pas trop de sa couleur naturelle, on change tout au plus d’un ou deux tons.

Le diagnostic cheveu

Une fois que l’on a décidé de ce que l’on veut faire, il convient de réaliser un petit diagnostic. La première étape est l’identification de sa couleur naturelle (grâce aux nuanciers disponibles dans les magasins). La seconde consiste à déterminer le pourcentage de cheveux blancs (30 % : vous en avez quelques uns de-ci de-là ; 50 % : les tempes sont blanches ; 100 % : les racines sont blanches). Enfin, il vous faut valider votre longueur de cheveux.

En effet, pour les cheveux courts à mi-longs, une seule boîte suffit. Alors que pour les cheveux qui arrivent au milieu du dos, il vous faudra acheter deux boîtes.

Les 3 grandes catégories de colorations

Il existe 3 grandes familles de colorations maisons :

Les colorations temporaires : elles s’estompent au bout de 6 à 8 shampoings et sont sans ammoniaque et sans oxydant. Les cheveux blancs sont couverts jusqu’à 30 %. Les colorations temporaires rehaussent une couleur naturelle et lui donnent des reflets.

Les colorations ton sur ton ou semi-permanentes : elles durent de 6 à 8 semaines et ont une couverture cheveux blancs jusqu’à 50 %. Comme pour les temporaires, elles apportent reflets et rehaussent la couleur, mais de façon plus marquée. Avec ces colorations, on peut changer d’un ton sa couleur naturelle. Elles sont sans ammoniaque mais avec oxydant.

Les colorations permanentes : elles sont durables (environ 2 mois) et couvent 100 % des cheveux blancs. Avec les colorations permanentes, on peut tout se permettre : foncer de plusieurs tons sa couleur, l’éclaircir, faire des mèches, un balayage…Elles peuvent être avec ou sans ammoniaque selon les marques et avec oxydant.

C’est quoi la différence ?

Celles qui rêvent d’un changement radical se dirigeront vers les colorations permanentes. Les agents oxydants et l’ammoniaque permettent de modifier définitivement le pigment naturel du cheveu pour changer véritablement de tête. Eclaircir, foncer, à vous de choisir votre ton. Mais ce choix vous conduit à couvrir vos racines toutes les 5 semaines.

La coloration ton sur ton demande moins d’entretien et parvient à apporter quelques nuances à la couleur de base.  Ne disposant pas d’ammoniaque, elle est moins agressive et s’estompe. Enfin, si vous voulez tenter une couleur flashy ou sortant de l’ordinaire, préférez la coloration éphémère qui part en quelques shampoings. Sans ammoniaque et sans oxydant, elle permet de changer de style à volonté !

De quel type est votre couleur ?

Cachez vos cheveux sous une serviette blanche et portez à votre joue un tissu orange puis un tissu rose foncé. Si l’orange se fond à votre peau, vous appartenez aux couleurs chaudes.

Ce sont donc les dorés, cuivrés, roux, auburn et caramel qui vous iront le mieux. Si le rose s’harmonise avec votre peau, vous êtes liée aux couleurs froides. Ce sont les blonds cendrés, les châtain-clair  et les violines qui donneront de l’éclat à votre teint.

Amusez-vous avec les reflets pour un effet bluffant

Se faire des mèches sans risquer d’être déçue, c’est possible avec des colorations directe et ton sur ton. L’effet est léger mais visible à la lumière. Il vous suffit de colorer vos cheveux mèche par mèche avec 2 ou 3 nuances de ton sur ton différentes.

On obtient un camaïeu de châtains dorés, en composant avec le châtain-clair doré, le châtain-clair cuivré et quelques mèches d’acajou cuivré. On travaille  la couleur de la même façon avec les tonalités blondes. Si le résultat est discret, il réveille la chevelure avec beaucoup de naturel sans agresser les cheveux.

Lire attentivement les consignes

Il faut toujours veiller à respecter ce qui est indiqué sur l’emballage de votre teinture. Ainsi, si vous ne laissez pas votre coloration pauser suffisamment longtemps, les pigments n’auront pas le temps de prendre et la couverture des cheveux blancs sera moins bonne. Par ailleurs, vous risquez d’avoir des reflets inesthétiques, des reflets qui ne ressortiront pas vraiment. Et le pire, c’est qu’en phase d’éclaircissement, la couleur sera dénaturée pouvant virer vers le jaune paille ou  le roux-orangé.

Au contraire, si vous laissez votre coloration poser trop longtemps, vois risquez d’avoir une coloration un peu trop foncée, plombée par les pigments.

A noter que si vous avez déjà les cheveux colorés, le temps de pose ne sera pas le même sur les longueurs que sur les racines. Le mieux est de commencer par appliquer la coloration sur les racines, laisser reposer pendant 20 minutes, et ensuite appliquer le reste de la coloration sur les longueurs  et les pointes. Pour finir, on laisse reposer encore 10 minutes avant de rincer le tout.

Le délai

Le délai d’attente raisonnable entre deux colorations est de 4 à 6 semaines,  cela évitera de trop sensibiliser la fibre capillaire. De plus, c’est au bout de ce délai que les cheveux blancs réapparaissent au niveau des racines (les cheveux poussent environ d’un centimètre chaque mois).

L’avis du spécialiste Awatef Zoghlémi esthéticienne, Le Bardo

Pour être sûre de réussir sa coloration, il faut avant tout prendre le temps de réaliser un diagnostic cheveu. Ensuite, il faut éviter de faire un certain nombre de choses. On évite les changements radicaux et trop répétés et on ne fait pas de mélange de coloration soi-même. Enfin, on évite la chaleur pendant la pose : ni sèche-cheveux ni aluminium ni casque.

Il faut aussi bien réfléchir à son choix de couleur. Les femmes s’estiment généralement plus foncées qu’elles ne le sont. C’est pourquoi, quand on hésite entre deux couleurs, il faut toujours prendre la plus claire. Car si le résultat est trop clair, on pourra toujours le foncer, alors que l’inverse sera plus compliqué !

La coloration peut être agressive pour le cheveu. Et même quand elle est ton sur ton, sans ammoniaque, il faut veiller à espacer ses applications afin de ne pas brûler la chevelure.

Si vous avez raté votre teinture, prenez votre mal en patience. Si le ratage met en cause une coloration permanente, seul un coiffeur pourra réparer cela.

Enfin, si on a beaucoup de cheveux blancs (40 à 50 % de la masse capillaire), il vaut mieux opter pour une coloration permanente qui offrira une couvrance parfaite en pénétrant profondément pour offrir un meilleur résultat. La seule contre-indication est pour celles qui ont utilisé lors de leur précédente coloration du henné. En effet, en raison de sa composition à base de minéraux, une mauvaise réaction est possible, il vaut donc mieux l’éviter.