suicide game blue whale

Blue Whale Challenge

Publié le

Le Blue Whale Challenge, également connu sous le nom de « Blue Whale Suicide Game », est une légende urbaine sur Internet sur un jeu en ligne dans lequel les participants sont censés avoir un guide qui fournit divers actes d’automutilation qui sera commis sur une période de 50 jours.

par

Le dernier jour, les participants sont invités à gagner le Blue Whale Challenge en se suicidant. Alors que plus de 100 adolescents suicidés auraient été liés au jeu, aucune preuve directe n’a été trouvée.

Origine du Blue Whale Challenge

En 2013, une première version du Blue Whale Challenge aurait été lancée sur le réseau social russe VK (un site réseau social russe semblable à Facebook). Le 17 mai 2016, le site d’information russe RT a rapporté que des groupes sur VK étaient liés à « 130 suicides d’adolescents en Russie ».

Comment fonctionne le Blue Whale Challenge ?

Le jeu propose 50 défis dont la dangerosité augmente petit à petit pour habituer le joueur à la violence, la dépression, et le mal être. Tout d’abord, il faut y accéder grâce à un groupe fermé sur facebook pour télécharger l’application. Ensuite, une fois adhéré au groupe, un administrateur prend le nouveau joueur en charge et prend ses coordonnées pour qu’il puisse commencer la première étape du jeu. A travers cette méthode, l’accès au facebook du joueur devient facile, ainsi que pour ses discussions et photos et probablement pour toutes ses applications sur le smartphone.
Les étapes du jeu s’appuient sur des initiations à l’affaiblissement psychologique : demande d’isolation, automutilation, se mettre en danger, se réveiller à une heure tardive, couper le lien avec sa famille… Et toutes ces pratiques sont suivies par une caméra qui observe l’accomplissement des différents stages. Durant les 50 étapes, l’administrateur cherche les points faibles du joueur dans ses discussions sur Facebook, les failles dans ses messages, ses secrets et commence à intimider l’enfant, et le menacer.
A partir de là, le harcèlement devient un moyen de domination pour la personne qui se cache derrière l’écran et commence installer le chantage. Certains enfants psychologiquement et mentalement vulnérables cèdent à l’influence, et répondent à la dernière étape du jeu : se suicider ou être dénoncé auprès des parents et des amis, et ce grâce au partage de rumeurs, de photos intimes, ou même par des menaces plus violentes comme tuer les parents ou les proches de la victime…
Jusqu’à maintenant, ce jeu était à l’origine de plusieurs suicides en Tunisie et ailleurs : 3 victimes en Tunisie en 10 jours seulement.

La propagation

Le 16 novembre 2016, le site d’information russe RBTH a rapporté qu’un administrateur du groupe VK avait été arrêté par la police pour avoir exhorté les enfants à se suicider. Le 20 février 2017, le YouTuber Sasho Panchuk a mis en ligne une vidéo intitulée « Le mec joue au saut de baleine de Blue Whale », dans laquelle un adolescent russe fait semblant de sauter d’un toit. La vidéo a été supprimée depuis.
Le 21 février, le site d’information RadioFreeEurope a publié un article, signalant que le jeu de suicide «Blue Whale» était devenu un «phénomène virtuel en ligne» à travers la Russie et les pays d’Asie centrale. Le 27 février, The Sun a rapporté que la police enquêtait sur la mort des adolescentes russes Yulia Konstantinova et Veronika Volkova (ci-dessous, à droite) soupçonnées de se suicider après avoir communiqué avec un « groupe de médias sociaux sinistre » a publié un article, qualifiant l’allégation selon laquelle le jeu « Blue Whale » était « responsable de plus de 130 suicides en Russie » de « non prouvée ».