The Blue Whale Suicide Game : conseils préventifs pour protéger son enfant

Publié le

Pour protéger nos enfants de ce jeu morbide, on propose aux parents de modifier certains comportements responsables de la réclusion de la victime.

par

Mettre son enfant à l’abri de ce jeu, n’est pas une tâche évidente, dans une époque où même les petits et les adolescents ont un accès libre au monde virtuelle internet grâce à leurs Smartphones et aux tablettes.
 
eviter  le fléau du blue whale game
Pour éviter le danger de ce fléau, la relation entre l’enfant et ses parents doit être revisitée. L’objectif de nos conseils de prévention est d’installer un lien de confiance, d’échange sain et serein avec l’enfant pour gagner sa confiance et lui forger une personnalité moins vulnérable.
 
Tunisie Blue Whale suicide game

Comment installer une relation de confiance avec son enfant ?

Installer une relation de confiance parent-enfant

1) Créer la bonne situation:

Assurez-vous que vous avez tous les deux le temps de parler, dans une atmosphère détendue, et souvenez-vous que c’est une conversation, pas une interrogation. Il faut toujours s’assurer que vous discutez avec votre enfant quotidiennement d’une manière amicale et décontractée. Laissez le vous raconter sa journée, ses bêtises, ses inquiétudes, ses nouvelles connaissances…

2) Écoutez:

Évitez de leur parler uniquement. Écoutez tout d’abord leurs préoccupations et leurs expériences. L’écoute active est une pratique très productive, elle montre à votre enfant l’intérêt que vous avez pour lui. Il ne faut jamais critiquer ou juger les histoires qu’il va dévoiler malgré la gravité de leurs conséquences. Observez d’abord, et puis expliquer.

3) Reconnaissez leurs inquiétudes:

Rejeter leurs sentiments ne fera que mettre fin à la conversation et les rendre réticents à parler de ce qui les dérange.

4) Aidez-les à pratiquer des façons de dire non:

En répétant avec eux des façons de résister à la pression et de trouver des solutions de rechange pour eux, ils renforceront leur confiance. Dire non n’entraîne pas forcément le rejet par ses amis, il faut qu’il refuse toute pratique qui ne lui semble pas commune. Lui conseiller de revenir toujours à ses parents pour prendre la permission de quoi que ce soit est aussi une bonne attitude à adopter, afin de ne rien laisser vous échapper.

5) Continuez la conversation:

Dites-leur qu’ils peuvent toujours venir à vous s’ils ont plus de soucis et que vous serez toujours à son côté même en cas de catastrophe. L’enfant ne doit pas avoir peur de vous, ni de votre jugement. Faites lui comprendre que vous êtes son refuge le plus sûr.

Apprendre à son enfant à dire NON !

apprendre à son enfant à dire non

1) Dites-le en toute confiance:

Être assertif. C’est votre choix et vous n’avez pas à faire quelque chose qui vous rend insatisfait ou mal alaise.

2) Ne jugez pas l’enfant :

Lorsque vous jugez l’enfant vous lui apprenez à vous suivre sans résistance ni opposition. Lui imposer votre avis et vos ordres sans lui expliquer, développe en lui le sentiment de la peur ce qui le pousse à cacher ses bêtises et à se créer son propre monde. Le gronder, le rejeter, lui crier dessus, pourra aussi entraîner un résultat contraire : vous ignorer, se sentir incompris et seul.
 
ne jugez pas votre enfant

3) Limitez l’accès à internet et aux réseaux sociaux surtout :

Internet est un vaste univers virtuel où n’importe quelle personne peut se créer une fausse identité. Un pédophile, un criminel, un pervers, ou autre saura facilement se procurer un faux profil. On ne sait jamais qui se cache derrière l’écran. Vous devez donc lui choisir ses jeux, les horaires de connexion, et surtout limitez au maximum son accès à internet.
 
limiter l'accès à internet

4) Suggérez quelque chose d’autre à faire:

Internet, les jeux, les vidéos et chansons sur youtube ne forment pas l’unique moyen de divertissement pour l’enfant. Quoique l’on vive à l’époque de la technologie, les réseaux sociaux, et le monde virtuel, lire un livre, jouer d’un instrument, ou même jouer avec ses camarades demeurent des activités plus saines pour l’enfant. Etre en contact avec l’autre, échanger des conversations, communiquer par le toucher et la parole permettent le développement de l’enfant d’une manière plus rapide. En outre, le fait de rester collé devant son ordinateur, augmente les possibilités de l’isolation, la dépression, la déconcentration et la perturbation psychologique.