Liberté et responsabilité ça s’apprend !

Liberté et responsabilité, ça s’apprend !

Publié le

Sensibiliser les jeunes à la responsabilité représente souvent des contraintes à notre liberté mais elle n’en est jamais une limite.

par

Dans ce cadre, la liberté des jeunes, qui constituent la couche sociale la plus active dans chaque société, est un sujet débattu partout dans le monde. Certains disent qu’il faut accorder une grande liberté aux jeunes, d’autres soutiennent le contraire.

1. Adolescence et liberté, le duo explosif :

Chaque journée présente un combat et un défi auxquels les jeunes sont confrontés. La famille et l’école constituent le socle de formation de l’esprit d’un jeune. L’éducation et l’enseignement lui permettent de se construire, de pouvoir opérer des choix. Le choix et l’exercice de liberté sont des faits difficiles à exercer chez les adultes ainsi que chez les jeunes.
Tout au long de sa vie, l’être humain est balancé entre le besoin de protection et la recherche de nouveauté. C’est à l’adolescence que ce « tiraillement » devient plus important. Cette période est souvent vécue comme un grand chamboulement : transformations biologiques, changements physiologiques, sexualité naissante, émergence d’une pensée abstraite, développement d’une identité autonome.
Devenir autonome et construire sa propre identité implique de faire des choix quant aux valeurs et aux croyances et ce dans tous les domaines de l’existence : à l’école, en société, avec ses amis ou sur le plan politique. C’est une
forme d’expérience de la vie qui passe par des conduites à l’interface du connu et de l’inconnu, du permis et de
l’interdit, du licite et de l’illicite.
Comme il ignore qui il est et ce qu’il cherche à découvrir, le jeune peut adopter des conduites extrêmes. Il explore la vie jusqu’aux limites de la mort. Il se met en quête de ses propres limites mais aussi de celles des autres et de la société.
La prise de risque semble donc un élément naturel et nécessaire dans le développement de chaque individu. Toutefois, sans cadre et limites, ces conduites peuvent nuire à la santé et au bien être du jeune et si elles s’inscrivent dans la durée, elles peuvent s’instaurer en mode de vie et devenir des addictions.

2.Les parents : éducateurs à la liberté et la responsabilité :

• Couper le cordon : Ne pas être sous l’emprise totale des parents ou encore sous la dépendance des règlements stricts ne déplairait pas à une jeunesse toujours assoiffée de liberté et du besoin de se découvrir. Dans ce cadre, il est nécessaire de couper le cordon avec ses parents afin de divulguer ses propres limites structurantes.
Pour tout individu, dès la naissance, la coupure du cordon est tout autant porteuse de vie réelle que de mort symbolique. Quel que soit le chemin, l’injonction essentielle sera toujours, en conscience ou pas, de devoir renoncer. Essentiellement socialisant, le rôle des parents consiste à permettre à l’enfant de comprendre qu’il existe en dehors du cercle familial. Certes, les parents posant des interdits, aussi justifiés soient-ils, sont pour l’enfant souvent ressentis comme hostiles parce qu’il peut se vivre incompris et non aimable.
Couper le cordon ne signifie donc pas se séparer définitivement de ses enfants, il s’agit d’une évolution qui permet à l’individu de se développer progressivement.
• Permettre à l’adolescent de devenir lui-même tout en étant responsable : L’adolescent aura toujours besoin de l’amour et de l’expérience de vie de ses parents, mais cela ne limite pas sa liberté. Au contraire, ça lui permet de se débattre pour arracher son autonomie et son indépendance ce qui lui offre un épanouissement et une satisfaction personnelle.
Pour gérer une relation fusionnelle avec son enfant, il faut commencer par lui apprendre à devenir la personne qu’il veut être et améliorer sa vie. C’est ainsi qu’il peut devenir une personne libre et responsable :
– Lui apprendre à devenir lui-même : en identifiant ce qu’il attend de la vie et ce qui l’empêche d’obtenir ce qu’il veut. Aidez-le à identifier les étapes nécessaires pour atteindre ses objectifs est nécessaire pour obtenir ce qu’on souhaite : Il est difficile de trouver la liberté totale et le bonheur du jour au lendemain. Il est probablement très important de faire beaucoup d’efforts et trouver l’environnement idéal dans lequel construire sa vie.
– Lui apprendre à être responsable : il est essentiel de classer ses désirs et ses besoins par ordre de priorité puisque les besoins incluent tout ce qui est nécessaire pour vivre une vie confortable.
Initiez votre jeune à faire ce qu’il aime, tout seul. Prendre davantage de responsabilités dans la vie et ne rendre
de comptes qu’à soi-même est un aspect essentiel d’une vie libre. Laissez-le se porter volontaire pour des tâches
qui correspondent à ses compétences et à accepter des projets qui seront des défis pour ses capacités, afin de s’améliorer, dans sa vie personnelle et professionnelle.
Pour un adolescent, il est important de trouver un travail qu’il aime afin de se sentir maître de sa vie. Ne rien
devoir à personne permet de vivre aussi librement qu’on le souhaite.

Souad, 43ans
« Pour favoriser une bonne estime de soi chez ma fille, âgée de 18 ans, je l’encourage à prendre ses propres décisions et à faire ses choix. La vie m’a appris que choisir c’est aller de l’avant, raison pour laquelle j’initie mon enfant à la responsabilité en lui apprenant que chaque décision à des conséquences. »

Mariem et Moez, parents de trois enfants
« Inciter un enfant à faire des choix dès son plus jeune âge c’est lui apprendre à se connaitre tout en sachant se situant par rapport aux autres et étant à l’écoute de ses propres goûts et centres d’intérêts. En fait, l’apprentissage de soi-même est une étape décisive dans la construction de son identité. »

Meriem, élève de 18ans
« J’ai appris depuis mon enfance à faire mes propres choix et à prendre mes décisions en demandant l’avis de mes parents qui m’encouragent la plupart du temps. Aujourd’hui, je ne trouve aucune difficulté à m’intégrer dans la société et à avoir des amis. Je suppose que c’est grâce à l’encouragement de mes parents. »