Allo maman Ado

Le silence des ados !

Publié le
Le silence des ados !

Il vous répond par onomatopées et ne dit plus rien de sa vie ? Pas de panique, il ne va pas forcément mal. Pas moyen de savoir ce qu’il fait au lycée ou avec ses copains. Il ne raconte rien et prend des airs mystérieux quand on lui pose des questions. Pourtant, l’an dernier encore, il parlait volontiers de tout. Inutile de mal interpréter son silence ; conseille Radhya Halouani Chabbi psychanalyste.

par Bel Hassen Rekik

Pourquoi un ado devient-il muet avec ses parents, alors qu’enfant il était plutôt bavard ?

Freud employait un mot très fort pour décrire cette période de la vie. Il parlait de métamorphose. L’ado sent qu’il est en train de changer en profondeur, il prend conscience qu’il n’est plus le même qu’avant mais ne trouve pas les mots pour décrire cette petite révolution. Il est le premier étonné de ce qui lui arrive. Coté parents, c’est la même chose : ils n’arrivent pas à exprimer leur consternation face à la mue de leur enfant et ne sont pas plus bavards. Des deux côtés, il y a difficulté de communication.

Il pourrait au moins discuter de sujets anodins !

Non, et c’est logique : au cours de sa métamorphose, tout lui parait futile, sans intérêt. Ne pouvant pas parler de ce sujet essentiel, il préfère se taire.

Attendre qu’il raconte sa journée au lycée alors qu’il se pose des questions sur sa sexualité naissante est absurde. C’est presque une provocation, une indécence. Seuls les bouleversements qui le perturbent importent pour lui. Ce serait comme demander au rescapé d’un crash d’avion de raconter sa dernière partie de tennis.

Ce silence ne cache-t-il pas une déprime, des mauvaises fréquentations ?

Il faut arrêter de s’inquiéter ! La majorité des ados vont bien mais dans notre société bruyante et agitée, le silence semble étrange. On l’interprète de façon négative « s’il ne me parle plus, c’est qu’il m’en veut ou qu’il a des problèmes graves ».

Le silence est souvent l’élément dans lequel se façonnent les grandes choses….
Non, en restant silencieux, il se met à l’abri, pour se concentrer sur sa tourmente intérieure, il a besoin d’ignorer celle de son environnement extérieur.

Peut-on quand même poser des questions, lui montrer que l’on s’intéresse à lui ?

Mieux vaut éviter l’interrogatoire du type « Qu’est-ce qui ne va pas ? », « Qu’est-ce que tu as ? », « Tu ne veux plus me parler ». Des questions, on lui en pose toute la journée au lycée, c’est la base de la pédagogie. Et il s’en pose assez sur lui-même sans trouver de réponses : il n’a pas besoin que son entourage en rajoute d’autres. D’ailleurs, si les parents insistent, son anxiété peut se transformer en agressivité.

Mais, s’il est malheureux, enfermé dans son silence ?

Un ado reste rarement sans parler à personne : il sait trouver des interlocuteurs quand il en a besoin, autres que les parents. Les frères et sœurs sont souvent de grands confidents mais ses recours les plus naturels restent les copains.

Pour les adolescents, le silence est souvent la plus claire des explications.
Sans parler, il trouve des réponses à ses interrogations en observant les jeunes de son âge, en faisant des comparaisons.

Maintenir le dialogue malgré tout

Pour maintenir le contact avec votre ado, évitez surtout de manifester votre inquiétude. Mieux vaut créer une atmosphère « cool » à la maison. Un ado a très peur d’affoler ses parents, de menacer l’équilibre de la famille en faisant part de ses doutes, de ses états d’âme. Voilà pourquoi il se tait.

Plus ses parents lui paraîtront détendus, plus il se laissera aller à lâcher des infos sur sa vie, l’air de rien. Ce sera le moment de saisir la balle au bond, d’ouvrir une porte au dialogue avec tact et doigté. « Ah, bon ! Tu n’es plus avec ta copine ? ». Et s’il ne souhaite pas en dire davantage, inutile d’insister : il reviendra plus tard sur le sujet… ou pas. Un seul mot d’ordre est à respecter : rester à l’écoute et attendre ! 

Donia 22 ans
J’ai cinq ans de plus que lui, mon frère sent qu’il n’est plus le même qu’avant et plonge chaque jour un peu plus dans un mutisme inquiétant… je dis toujours à mes parents qu’il faut le comprendre et le laisser aller à son rythme ! Je suis passée par là et je comprends parfaitement son chamboulement intérieur. A un certain moment, l’adolescent sent qu’il est en train de changer et se pose souvent des questions existentielles ! Donc c’est tout-à-fait naturel.

Lamia 39 ans
Avant, à l’âge de 16 ans, mon fils ne me racontait rien. Il rentrait, mangeait et s’endormait devant son ordinateur ! Il ne s’intéressait pas à ses parents… j’ai du gérer tout son quotidien avec souplesse, sans lui poser la moindre question … c’était pénible, c’est vrai, mais j’ai pu entamer le dialogue avec lui progressivement ! Le voilà maintenant grandi, on parle presque de tout… Dieu merci !

Mehdi,14 ans
Je ne me sens pas très bien en ce moment, j’sais pas ce que j’ai et ma mère n’arrête pas de me poser tout un tas de questions sur mes études, sur mes amis et même sur ma vie amoureuse ! Elle me met encore plus mal à l’aise. Je sais pourtant qu’elle agit comme ça par amour pour moi mais je me sens étouffé, alors que j’ai déjà du mal à me supporter moi-même. Je suis mal dans ma peau, j’ai à la fois envie de grandir et de rester enfant. Mais l’âge adulte me fait peur car je ne me sens pas capable d’en assumer les responsabilités.