adopter la parentalite positive

Adoptez la parentalité positive et bienveillante avec vos enfants

Publié le

Ah les enfants ! Ah les bêtises ! Ah les caprices ! Ah la jalousie !
Vous vous sentez surement concernés, vous parents ! Vous voulez que votre enfant vous obéisse enfin ? Vous voulez en finir avec les cris, le désordre et les crises ? Que pensez-vous d’orienter votre comportement vers une voie plus sereine pour changer celui de votre enfant ?

par

Adopter la parentalité positive et bienveillante !

En effet, la parentalité positive apporte beaucoup de bonheur et de sérénité au sein d’un foyer. Les parents respectent les besoins de l’enfant et les enfants apprennent à respecter ceux des parents.
Grâce à ce mode de vie, nous pouvons obtenir de nos enfants:

• la confiance en lui et en les autres
• la sérénité, votre enfant est à l’aise socialement et curieux,
• la coopération (nous attendons de l’enfant qu’il coopère, non pas qu’il obéisse),
• l’harmonie au sein de la maison, moins de cris et de crises.

Principes de la parentalité positive :

Guidez votre enfant
Marie-Hélène Gagné, professeure à l’École de psychologie de l’Université Laval explique qu’à travers l’éducation bienveillante, le parent cherche à guider son enfant au lieu de le contrôler ou de le dominer.
Moins de rapports de force
Marie-Hélène Chalifour précise qu’avec cette approche, les punitions ne sont pas utilisées car elles feraient de la peine et humilieraient l’enfant au lieu de lui apprendre à bien agir.
– Le parent bienveillant ne laisse pas son enfant faire n’importe quoi. Il y a des règles que toute la famille doit suivre.

Comment procéder ?

• Dire quoi faire au lieu d’interdire
Cinq règles à afficher : je partage, je parle calmement, je range, je mange assis, je respecte les autres et les choses.
• Faire réfléchir votre enfant
Posez lui une question au lieu de lui donner un ordre et laissez le décider de petites choses pour satisfaire son besoin d’autonomie et d’affirmation.
• Reconnaître ses émotions
Reconnaître l’émotion de l’enfant le réconforte, car il se sent compris.
• Ne pas rabaisser votre enfant
En cas de bêtise, il est préférable de décrire la situation à votre enfant sans le juger ni l’accuser. En plus de lui faire de la peine et de nuire à son estime de soi, cela peut renforcer un mauvais comportement.
• Préférer la réparation à la punition
Si votre enfant fait une bêtise, l’idéal, c’est de lui permettre de la réparer. Corriger son erreur l’aide aussi à se sentir mieux.
• Encourager les bons comportements
Marie-Hélène Gagné a observé que plus vous accordez de l’attention positive à votre tout-petit, moins il a de comportements dérangeants.
• Passer de bons moments avec votre petit
La psychoéducatrice conseille ainsi de passer chaque jour un bon moment à jouer avec votre enfant, le coller ou lui dire des mots affectueux.

Les outils pour gérer le quotidien

• Les formulations positives
Apprenons à formuler nos instructions de manière positive d’autant plus que le cerveau des petits (avant 2 ans) n’est pas encore apte à comprendre la négation.
• Utilisez les routines
Isabelle Filliozat explique l’importance des routines et les bienfaits qu’elles apportent à vos enfants… et à vous pour une vie plus zen et sereine.
• Le carburant « amour »
Voici une citation d’ Aletha solter à méditer « C’est lorsqu’ils semblent en mériter le moins, que les enfants ont le plus besoin d’amour et d’attention ».
Isabelle Filliozat nous rappelle aussi que l’amour n’est pas une récompense mais c’est un carburant et que l’enfant a besoin de ce carburant pour avoir les comportements appropriés.
Par ailleurs, Isabelle Filliozat nous rappelle que le temps passe (trop) vite avec nos enfants et que nous devrions PRENDRE LE TEMPS DE LES AIMER…