algues : exces d iode

Algues : Attention à la sur-consommation d’iode

Publié le

Effet de mode, les algues s’invitent un peu partout et de plus en plus dans les produits industriels, nos aliments et dans les compléments alimentaires; seulement fraîches ou déshydratées, entières ou en poudre, leurs teneurs en iode devraient nous interpeller.

Risque d’excès d’apport en iode lié à la consommation de produits à base d’algues

De fait, l’ANSES (France) vient d’émettre un rappel de prudence sur la sur-consommation d’iode et les dangers des excès en iode pour le cœur, les reins et la thyroïde.
 
L’ANSES a porté son expertise sur les algues consommées en France, les espèces les plus riches en iode sont les algues brunes laminaires Laminaria spp et Saccharina spp, ainsi que l’algue rouge Gracilaria verruqueuse.
Toutefois les teneurs en iode peuvent varier d’un produit à l’autre, selon les algues de base, le procédé de transformation ou le type de préparation.
 
Or, suivant l’EFSA (autorité européenne de sécurité des aliments), la limite supérieure de sécurité pour l’iode est de 600 µg par jour pour l’adulte. De plus la réglementation française a fixé la dose journalière maximale d’iode à 150 µg dans les compléments alimentaires. Valeur qui pourraient être largement dépassée avec la consommation d’algues sous toutes formes que ce soit.

Recommandations concernant la consommation d’algues

Par conséquent l’ANSES recommande une consommation modérée et éclairée, et déconseille totalement cette consommation
– aux aux femmes enceintes ou mère allaitantes,
– aux personnes souffrant d’un dysfonctionnement thyroïdien, d’une maladie cardiaque ou d’une insuffisance rénale,
– aux malades ayant un traitement par un médicament contenant de l’iode ou du lithium.
 
De plus, elle recommande encore plus de prudence lorsque le consommateur est un enfant.
 
Et l’agence précise que les produits à base d’algue ne sont pas appropriés pour corriger les déficiences en iode.
 
 

Source : ANSES.fr

2 réponses sur “Algues : Attention à la sur-consommation d’iode”

  1. mon endocrinologue m’a affirmé que l’on ne pouvait jamais être en excès d’iode,que le corps prenait ce dont il avait besoin et que le surplus était éliminé dans les urines comme la vitamine C……qu’en pensez vous ?

  2. Bonjour,
    Si l’EFSA (autorité européenne de sécurité des aliments) a fixé une limite de sécurité à la consommation d’iode et l’ANSES un rappel de prudence sur la sur-consommation d’iode, c’est que les effets à terme ne sont pas bien déterminés et qu’il convient d’agir avec prudence et modération.
    Bonne journée

Les commentaires sont fermés.