saveurs avec baguette electrique

Arrétez le trop salé ou le trop sucré, passez à la fourchette électrique

Publié le

Imaginez un plat équilibré mais fade dont la saveur serait donnée par vos ustensiles, baguettes ou fourchette. C’est en résumé ce qu’a inventé le docteur Nimesha Ranasinghe de l’université nationale de Singapour.

par

L’assaisonnement remplacé par une impulsion électrique

Le principe général est de stimuler les différentes parties de votre langue par de petites décharges électriques provenant d’une baguette ou d’une fourchette. La langue ainsi stimulée envoie au cerveau les informations des différentes saveurs de base : salée, sucrée, salé, amer et acide. Finis les plats et boissons trop … mais avec toujours la même sensation de goût. Seul l’unami reste hors de portée du calibrage des ustensiles, car cette saveur qui définit l’équilibre, l’intégralité de la saveur d’un plat reste indéfinissable.
 
Toutefois, imaginez le bénéfice pour la santé, des plats équilibrés sans sel ni sucre ajoutés, sans la sensation de privation.

De l’électricité pour saveur

Si ‘taser’ votre langue avec une fourchette ou des baguettes, vous rend septique ou méfiant, le docteur Nimesha Ranasinghe a aussi inventé un bol électrique, sur le même principe, avec des électrodes sur le bord. En plaçant la langue dessus et en buvant, il a réussi à simuler les goûts acide et amer chez des sujets.
Il imagine de même des bouteilles d’eau, des pailles et des verres à cocktail, connectés à Internet, utilisant des recettes de saveurs virtuelles.
 
bol de saveurs electriques
 
Pour le moment, il existe toutefois une contrainte de conception importante, qui fait que ces ustensiles restent encore dans le domaine du gadget ou du geek et ne sont pas, pour le moment, viable pour la grande consommation : la langue du dégustateur doit être bien en contact avec deux électrodes pour fermer le circuit et permettre au courant de passer. Si ce contact est assez naturel sur le bord d’un bol ou d’un verre, il est moins fiable avec les ustensiles comme les fourchettes ou les baguettes, la langue n’ayant pas pour habitude de les toucher.
 
Toutefois, Ranasinghe reste confiant et compare les débuts de cette technologie avec ceux de « la télévision dans les années 1950».
 

 

Alors prêt à tenter l’expérience ?

 
Les résultats des recherches de Nimesha Ranasinghe ont été publiées dans The journal Food Research International