Mon Assiette

Des fruits secs à la noix

Publié le
Des fruits secs à la noix

Amandes, noisettes, pistaches, noix et autres fruits oléagineux ornent les tables tunisiennes lors des soirées ramadanesques festives et durant les jours de l’Aïd. Dans les grandes surfaces et dans les magasins, ils sont exubérants sous toutes les formes : en vrac, en sachets, en purée et en gâteaux tunisiens tels que les dattes fourrées, les boulettes, la samsa, la baklawa, le kaak warka, le mlabbes, etc.

par Afef Horchani

Fruits secs ou oléagineux

Les fruits oléagineux restent aussi en bonne place comme garniture décorative de la coupe de thé vert, du bol de crème ou de sorgho, sans oublier le fameux bol de masfouf (couscous sucré).

Offerts à l’occasion des fêtes, les oléagineux symbolisent l’hospitalité, la liesse, l’exultation et la béatitude. Leur prix élevé en fait un produit de luxe, une gourmandise qui suscite la convoitise du consommateur.

Eu égard à l’importance de leurs bienfaits nutritionnels, les fruits oléagineux, dont la quantité journalière conseillée est d’environ 20 grammes, consommée de préférence au petit-déjeuner, sont très précieux pour la santé.

L’amande contient de très bonnes graisses pour le cœur et les vaisseaux sanguins, elle protège l’organisme contre les radicaux libres qui favorisent le vieillissement cellulaire, tout comme elle stimule le transport de l’énergie et de l’oxygène jusqu’aux cellules.

Quant à la noisette, elle facilite les différents processus métaboliques. Elle favorise la formation de l’hémoglobine et du collagène servant à la structure et à la réparation des tissus et protège les cellules du système immunitaire.

Attirant l’œil par ses couleurs chatoyantes, la belle pistache maintient des niveaux sains de cholestérol et de sucre dans le sang. C’est une bonne source de fibres alimentaires. Manger chaque jour quelques pistaches a un effet sur le moral et permet de réguler la pression sanguine.

La noix se distingue des autres fruits oléagineux par son contenu élevé en acides gras polyinsaturés sous forme d’oméga-3, considérés comme des bons gras pour la santé cardiovasculaire.

Pour ce qui est du pignon, cette petite graine renferme près de 14 % de son poids sous forme de protéines végétales particulièrement bénéfiques. Il est riche en phosphore, essentiel pour la santé des os et des dents, et en zinc qui participe à la perception du goût, à la cicatrisation des plaies et au développement du fœtus.

En 2010, la valeur des importations tunisiennes d’oléagineux a atteint 15 millions de dinars. La Tunisie importe presque la totalité de ses besoins d’oléagineux frais et secs décortiqués et en coques: noisettes, amandes, amandes amères, pistaches, noix, grains de pignons doux, noix de cajou, noix de coco, pulpes déshydratées de noix de coco, noix de macadamia, noix du brésil, noix d’arec (ou de bétel), noix de kola, noix de pécan, châtaignes et marrons.

Tous ces fruits oléagineux sont importés principalement de Turquie, des Etats Unis d’Amérique, de la République Islamique d’Iran et de France. Le Vietnam, l’Espagne, la Syrie, l’Inde, le Brésil, l’Indonésie, les Emirats Arabes Unis, la Chine, l’Italie, le Liban, la Côte d’Ivoire et l’Egypte font aussi partie de la liste des partenaires commerciaux de la Tunisie en matière d’importation d’oléagineux.

Des aflatoxines dans les oléagineux

Les aflatoxines sont des toxines produites par des champignons, qui prolifèrent sur les oléagineux, et sont très nuisibles à la santé. Le Dr Mongi Jemmali jette la lumière sur la question: « l’aflatoxine est une mycotoxine produite par des moisissures du genre Aspergillus et plus particulièrement Aspergillus flavus et Aspargillus parasiticus. Ces moisissures se développent sur différents produits alimentaires et graines conservés dans une atmosphère chaude et humide.On trouve l’aflatoxine dans des aliments comme : les graines d’arachide, le riz, le maïs, le blé, les céréales, les amandes, les noisettes, les noix, les pistaches, les figues, les dattes, le cacao, le café, le soja, les épices et le lait. Les aflatoxines figurent au nombre des substances les plus cancérigènes connues. Leur cible principale est le foie au sein duquel une forte contamination peut conduire à la mort.

Une approche préventive à des fins sécuritaires s’avère indispensable pour déterminer les seuils maximaux des aflatoxines dans les aliments consommés, en plus de l’impératif d’exiger certaines conditions à respecter lors de la récolte, de la transformation, du stockage et du transport des produits alimentaires, et afférentes au milieu ou à la nature du produit (température, humidité et sécheresse), qui sont autant de facteurs influant sur la croissance des moisissures dans les aliments ».