Mon Assiette

Je ressors 5 produits du terroir

Publié le
Je ressors 5 produits du terroir

On garde au fond de notre mémoire, les odeurs et les goûts de notre enfance. La cuisine tunisienne est d’une richesse inouïe tant par ses saveurs que par ses bienfaits pour la santé. Pourtant, avec les nouvelles habitudes alimentaires, l’évolution de la société et le travail de la femme, les bonnes vieilles denrées qui faisaient partie intégrante de nos anciennes recettes tombent dans l’oubli.

par Soumaya Farhat

Si on se penche encore sur nos richesses d’antan, nous citerons l’huile d’olive, reine de toutes les huiles, le couscous de l’oula que nos mères faisaient sécher au soleil du mois d’août et dont le cérémonial égaillait les longs et chauds après-midi estivaux. Le sorgho, se déclinant en crème ou en gâteaux pour le plaisir des petits et des grands. Rappelez-vous, tous ces délices de l’enfance qui malheureusement disparaissent peu à peu de nos assiettes. La liste de nos trésors culinaires est longue et riche en éléments nutritifs… Si on vous a mis l’eau à la bouche, suivez le guide !
le miel

Le miel, nectar des abeilles

On se souvient tous des grands bocaux remplis de ce beau liquide doré trônant dans la cuisine de nos grands-parents. Le miel était et est toujours un produit indispensable dans toute cuisine qui se respecte. Nos aïeux le considéraient comme un remède, et ils avaient parfaitement raison ! Le miel représente un nectar de vie en raison de sa grande richesse en nutriments bienfaisants pour notre santé. Il contient des sucres directement assimilables (glucose et lévulose), des sels minéraux, des vitamines (notamment du groupe B), c’est un véritable énergisant naturel. Cependant, les propriétés thérapeutiques du miel ne sont pas toutes pareilles, cela dépend de la nature de la plante butinée par l’abeille. Donc, pour bien choisir son miel, il est bon de connaître son origine et les propriétés médicinales des plantes butinées. En Tunisie, on a tendance à préférer le miel du romarin, très parfumé et au goût très prononcé. C’est un sédatif et un antispasmodique qui convient pour calmer les petites douleurs au ventre et qui peut aider à vaincre une légère insomnie. Le miel de thym est un puissant désinfectant recommandé dans les rhumes, les bronchites, et il est très bon pour les intestins. Moins connu, le miel de lavande, qui est pourtant antirhumatismal et bénéfique pour les affections respiratoires (asthme, grippe, laryngite…). Il faut savoir que tous les miels sont bons pourvu qu’ils soient naturels. Profiteront surtout de ce met divin les affligés de l’intestin, tant ses effets laxatifs sont doux. Pris en quantités raisonnables, le miel serait plus indiqué que le sucre dans le café du matin ou le verre de lait du soir. Par contre, il faut reconnaître que nos grands-mères n’avaient pas toujours raison sur tout : les bébés de moins d’un an ne doivent pas en consommer. Avant cet âge, le miel peut provoquer une allergie chez les tout petits.
figue

Les figues séchées

Elles sont souvent vendues sous forme de chapelet. Les figues séchées ornent nos marchés et souks. Dans les assiettes, elles sont très énergétiques, nutritives grâce à leur richesse en minéraux, particulièrement en magnésium, cuivre et manganèse. L’apport de quatre petites figues sèches par jour contribue à couvrir une large part de nos besoins en vitamines du groupe B (surtout les B1, B5 et B6), ainsi qu’en vitamine K. Son apport en fibres est très intéressant. Cependant, même si la consommation de fibres est encouragée pour normaliser le transit intestinal, les gens atteints du syndrome de l’intestin irritable devraient porter une attention particulière à leur consommation de figues sèches afin de déceler une intolérance possible. Ainsi, quatre figues sèches et un cerneau de noix constitueraient une des meilleures collations pour tous ceux qui ont à fournir un effort intellectuel et/ou physique : élèves, étudiants, sportifs…