comment se faire obeir sans crier

Astuces pour se faire obéir par ses enfants sans crier

Publié le

Vous voulez certainement offrir la meilleure éducation à vos enfants, vous voulez pouvoir trouver la bonne méthode pour vous faire obéir sans causer une mauvaise ambiance à la maison et sans créer des tensions chez soi.

par

« Cool parents make happy kids »

En effet, crier s’avère souvent inutile et crée une ambiance pesante dans la maison mais il est souvent difficile de faire passer des messages tels que les ordres et les interdits auprès des enfants de moins de 3 ans car ils ont des cerveaux encore immatures pour assimiler et appliquer ce qu’on leur demande.
Par conséquent, c’est à nous, parents, de changer. Il est nécessaire d’adapter notre comportement, notre langage et nos ordres en fonction de ce qui leur est réellement possible de comprendre et de faire.
C’est pourquoi quand on veut interdire à un enfant de faire quelque chose, plutôt que de hausser le ton, il est préférable de lui expliquer clairement pourquoi on ne veut pas qu’il le fasse (« c’est dangereux pour toi, tu es trop petit, seuls les adultes ont le droit de le faire », etc.).
Voici ci-dessous plusieurs idées et astuces qui vous aideront à passer à une vie meilleure sous le signe de la paix et de la sérénité aux cotés de vos enfants, dont des recommandations du coach en parentalité* Nathalie de Boisgrollier et qui est aussi l’auteur de « Elever ses enfants sans élever la voix » (Ed. Albin Michel)
 
crier n'est pas la solution

Réussir à vous faire obéir par vos enfants serait plus simple et efficace :

-> En adaptant l’environnement à votre enfant
« On pense toujours à adapter l’environnement à l’enfant pour qu’il ne se fasse pas mal, mais on oublie de l’adapter pour qu’il soit autonome.»
• Gardez donc le vieux canapé tant qu’il est petit, ou mettez un plaid.
• Ayez un porte-manteau accessible dans l’entrée pour y mettre ses affaires.
• Veillez à ce que la brosse à dents et le gant de toilette soient à la portée de votre enfant pour qu’il puisse faire les choses seul.
-> En vous octroyant des moments en famille
« Pour ne pas crier, il faut faire attention à la fatigue des enfants et de la votre.
Conseil : traînez en pyjama, faites du bricolage, des jeux de société avec vos enfants, un weekend une fois par mois. Cela vous permettra de vraiment récupérer. »
 
-> En employant le « je » et pas le « tu »
« Apprenez à utiliser le ‘je’ et à employer des mots dynamiques et positifs.
Exemple : au lieu de dire ‘tu ne ranges jamais ta chambre’ préférez ‘merci de mettre de l’ordre dans ta chambre, je suis très contente quand je la vois rangée’.
 
-> En limitant les écrans
« Coupez les écrans, c’est obligatoire. Pas de télé et pas de téléphone pendant les repas ! Ayez des échanges de qualité entre vous parents et avec vos enfants.
 
-> En utilisant le bâton de parole
« La technique du bâton de parole est magique. Il s’agit simplement de désigner un objet qui, lorsqu’on le détient, permet de prendre la parole pour répartir les tâches ou exprimer un souci face à un auditoire attentif.
 
-> En utilisant la technique du 1, 2, 3
Employez plutôt la technique très efficace du 1, 2, 3 (on ne demande les choses que 3 fois, la dernière sonnant la sanction).
Exemple : « Employez un ton ferme et dîtes : ‘merci de ranger ta chambre, je t’ai déjà demandé ce matin de le faire’, c’est mieux que de râler. »
 
-> En adaptant bien vos ordres à son âge
« Qu’il s’agisse d’une douche ou d’un rangement, accompagnez-les entre 3 et 8, voire 10 ans ».
 
-> En attirant l’attention sur ce qui est permis
« Plutôt que de lui donner de mauvaises idées, attirez son attention sur ce qui est permis».
Exemple : S’il saute sur le canapé, invitez-le à jouer dehors ou à préparer avec vous le repas. A cet âge, il est normal qu’il s’agite, alors il faut que vous lui proposiez une activité alternative ».
 
-> La façon de parler : choisir des mots adaptés pour une coopération positive
Les enfants de moins de deux ans, ne comprennent pas la négation. Ils assimilent ce qu’on leur dit sans prendre en compte la négation.
Exemple : Quand on leur dit « ne monte pas sur le lit avec tes chaussons», l’enfant retient donc « monter, lit, chaussons ».