preparations à l accouchement

Les bonnes préparations pour un accouchement ZEN

Publié le

La grossesse dure neuf mois, les deux parents attendent au cours de cette période la naissance de leur bébé. Au cours de la grossesse, il y a des examens médicaux à effectuer comme des bilans sanguins, trois échographies au cours des trois trimestres du développement embryonnaire et le suivi régulier aussi bien de la santé de la mère que de l’enfant.

par

Voici donc un zoom sur les préparations dans l’attente d’un futur bébé.

Gérer sa grossesse dans les meilleures conditions

Les cours de préparations de l’étape de l’accouchement ne sont pas obligatoires mais conseillés. Il s’agit de bien préparer le fait de parvenir à terme d’une grossesse et en bon état de santé. C’est aussi appréhender les métamorphoses de sa silhouette corporelle, le développement du ventre au fil des mois, l’opportunité d’exprimer ses attentes, ses peurs et ses inquiétudes à l’arrivée du futur nourrisson. Dans cette période, le couple a aussi l’occasion d’endosser son rôle de futurs parents. La périnatalité nécessite aussi la formulation de procédures pour la prise en charge de la grossesse et la couverture de l’assurance médicale.

Les questions relatives à la maternité

Les sujets qui se posent pour un accouchement sont en lien avec le médecin gynécologue qui traite l’intervalle de la grossesse et effectue le diagnostic et suit l’évolution de la santé de la femme enceinte. La prévention de certaines anomalies et certains préparatifs, le plus tôt possible, sont obligatoires, à titre d’exemple : l’amniocentèse (trisomie 21 et autres malformations chromosomiques), le lieu de l’accouchement (l’hôpital, le centre de maternité ou la clinique), les soins du nouveau-né après l’accouchement, la mise et le maintien des couches et le suivi de l’allaitement maternel, les médicaments et les produits par voie topique, orale et/ou injectable à cette étape.

Les problèmes de santé à gérer lors de l’accouchement

Face aux maladies fréquentes et particulièrement les pathologies infectieuses, une femme enceinte doit être trois fois plus prudente pour éviter des affections évitables qui pourraient dégrader sa santé et par conséquent altérer le développement fœtal avec des risques de survenue de malformations et de pathologies chroniques chez l’enfant à naître. Parmi ces maladies, il y a les infections virales comme les hépatites et le cytomégalovirus, une zoonose parasitaire comme la toxoplasmose, le diabète gestationnel, la pré-éclampsie, la lombalgie, le cancer mammaire et l’atteinte herpétique. Il s’agit d’éviter ou de traiter à temps tous problèmes de santé afin d’éviter une fausse couche, un accouchement prématuré ou un risque de danger pour la santé maternelle et infantile.

Le choix de la technique et des moyens de l’accouchement

La maman peut accoucher soit par voie naturelle, soit par voie de césarienne; l’usage de la péridurale, de l’épisiotomie pour faciliter l’accouchement, les techniques de respiration et de la relaxation, les éléments de l’hygiène diététique…, la connaissance de tous ces paramètres conduisent à un meilleur déroulement de l’accouchement.