chatouiller

Chatouilles et réactions cérébrales

Publié le

Les chatouilles sont pour certaines personnes très drôles, pour d’autres sujets, c’est une sensation irritable, énervante et désagréable. Pour les médecins, les répliques aux chatouilles constituent un mécanisme mystérieux.

par

La publication scientifique de cliniciens américains dans la revue Medical News Today vient apporter un éclaircissement sur ce mécanisme.

Plusieurs formes de chatouilles

Il existe deux formes de chatouilles. Il y a les knimesis qui se reflètent par une légère irritation de la peau, comme lorsqu’un insecte se place au bras ou qu’ un objet touche la peau.
Il y a également les gargalesis qui sont beaucoup plus intenses et provoquent des fous rires.

Des études cliniques ont démontré que la sensibilité aux chatouilles est un type de réflexe.
Des chercheurs ont étudié les réactions cérébrales d’individus pendant une séance de chatouilles. C’est l’activité enregistrée dans la région du cerveau qui est liée aux comportements en rapport avec l’hypothalamus. La réponse de l’organisme aux chatouilles est involontaire. Une personne qui sourit par exemple, ou le contraire parce qu’il n’apprécie pas et exprime un réflexe de protection. Ainsi il existe une grande variabilité des personnes pour les chatouilles.
En revanche, quand un sujet est mélancolique ou énervé, il est généralement moins réceptif aux chatouilles. En outre, les chercheurs américains ne sont pas encore parvenus à comprendre la raison pour laquelle certains individus sont plus chatouilleux que d’autres et certaines personnes le sont uniquement sur certaines parties corporelles.