constipation

La constipation : causes et mesures de prévention

Publié le

La constipation est une contrainte ou un retard de l’évacuation de selles. Ce signe est souvent d’origine fonctionnel. La constipation peut être liée à plusieurs causalités, en étant accompagnée d’aucune maladie adjacente ou provenant d’une anomalie fonctionnelle ou une pathologie organique. Seulement avec une prise en charge précoce, la constipation se soigne rapidement. Mise au point sur cette affection fonctionnelle.

par

La définition de la constipation

La constipation consiste en un retard ou une difficulté à évacuer les selles. Elle peut être occasionnelle (un voyage à l’étranger, une grossesse, etc.) aigue ou chronique. Une constipation est dite chronique lorsque le problème dure une période allant de six mois à une année, avec des signes plus ou moins poinçonnés.
La fréquence d’évacuation des selles varie d’une personne à l’autre, allant de trois fois par jour à trois fois par semaine. On peut évoquer également la constipation quand les selles sont dures, sèches et difficiles à évacuer. Souvent, cela survient s’il y a moins de trois selles par semaine.
Consulter un gastro-entérologue s’avère nécessaire pour bien se soigner et éviter des complications.

Les signes de la constipation

Il y a la constipation de transit ou les selles dures et rares, soit moins de 2 à 3 par semaine, mais sans qu’il y ait des difficultés d’évacuation. Par ailleurs, la constipation terminale est une sensation de défécation incomplète ou difficile, une sensation de plénitude rectale, des efforts et des poussées importantes ou répétées.
Dans les deux cas, la constipation peut être associée à des douleurs au ventre, des ballonnements et des malaises coliques.

Le diagnostic de la constipation

L’examen clinique se fait par un spécialiste gastro-entérologue. Dans certains cas une coloscopie ou une endoscopie est envisageable. S’il y a des hémorroïdes ou des lésions coliques alors il faut les soigner.

Les causes d’une constipation

Dans la majorité des cas, la constipation survient à la suite de mauvaises habitudes alimentaires, la sédentarité, le manque d’hydratation ou encore une allergie alimentaire au lait, aux arachides, aux œufs, le stress, l’anxiété, les hémorroïdes, la présence de lésions anales comme les fissures ou des troubles sphinctériens, etc.

En outre, la constipation peut également être liée à une maladie plus complexe ou être associée à un syndrome de l’intestin irritable, notamment. Il peut aussi s’agir de diverticulite, d’une lésion organique du côlon comme une occlusion intestinale ou un cancer colorectal, d’une anomalie métabolique comme l’hypercalcémie ou l’hypokaliémie, voire d’un problème endocrinien en rapport par exemple à la glande thyroïde ou neurologique comme une neuropathie diabétique, une maladie de Parkinson ou encore une affection médullospinale.

Les facteurs de risque d’une constipation

Il existe plusieurs facteurs de risque pour la constipation. Parmi ces facteurs, un régime alimentaire appauvri en fibres, l’inactivité physique, la prise d’une médication inappropriée, le diabète, la souffrance de problèmes d’hémorroïdes, le stress et l’affection par une pathologie allergique.
stop junk foodstop junk food

La prise en charge d’une constipation

La prise en charge se fait selon les cas, les antécédents du patient et le type de la constipation. Une constipation peut être primaire ou secondaire.
Une constipation est dite secondaire lorsqu’elle est associée à une pathologie. Dans la plupart des cas, cette affection est traitée par une voie médicamenteuse souvent des laxatifs.
Il existe un bon nombre de laxatifs selon l’évolution de ce signe. On distingue les laxatifs de lest, stimulants, lubrifiants et émollients. Des microlavements peuvent être recommandés. Ce n’est que dans de rares cas, qu’une intervention chirurgicale est prescrite par exemple lorsqu’il y a une occlusion intestinale, une colite hémorragique, etc.
Par le biais d’une prise en charge adaptée, le transit intestinal se rétablit au bout de deux à trois jours.

Les mesures de prévention de la constipation

Adopter une alimentation riche en fibres. Les aliments d’origine végétale comme les fruits, les légumes, les légumineuses, les céréales complètes, les fruits secs comme les noix et les amandes, algues renferment tous des fibres alimentaires, tandis que ceux d’origine animale n’en contiennent pas.
Il s’agit également d’avoir une bonne hydratation, d’exercer une activité sportive régulière comme la marche, la course à pied, le cyclisme, le football ou la natation, répondre au besoin d’aller à la selle dès qu’il se présente un besoin.
Après avoir mangé, les intestins entrent dans une vague de contractions afin d’évacuer les selles. Il s’agit d’un réflexe naturel qui aide à la sortie des selles en douceur. En n’écoutant pas l’envie d’aller à la selle, l’évacuation devient plus difficile. En outre, il est essentiel d’éviter les situations d’anxiété et de stress.
 
des fibres contre la constipation