danger des emballages alimentaires

Le danger des emballages alimentaires

Publié le

Tous les industriels pensent à l’emballage parallèlement à la production de leur produit. Ce packaging devrait être attractif, parfois intelligent, facile à ouvrir, économique pour le producteur comme pour le consommateur.
Mais est-ce que ce contenant est sans danger pour la salubrité de l’aliment et donc non nocif pour la santé du consommateur ?

Les différents emballages alimentaires existants sont :

• Le verre
• Les matériaux métalliques
• Les plastiques
• Les matériaux cellulosiques

Prenons le cas des plastiques d’emballage qui représentent la majorité sur le marché et en industrie, ils sont fabriqués à partir d’un nombre réduit de monomères. Cinq polymères représentent à eux seuls 90% du marché : le polyéthylène, le polypropylène, le polystyrène, le PVC et le PET.
Par contre, les adjuvants technologiques, on en trouve des milliers. Et c’est dommage pour le consommateur vu leur risque probable de danger sur la santé humaine. Ce sont ces adjuvants qui permettent, malheureusement, d’ajuster les propriétés et la forme du matériau.
Les matériaux plastiques s’étendent aussi aux boîtes de conserves, où des couches de vernis très fines séparent les aliments acides du métal pour éviter les risques de corrosion et par suite l’altération du produit qui pourrait engendrer la toxicité chez le consommateur.
 
emballage alimentaire

Les interactions matériaux aliments :

Un emballage à contact alimentaire est rarement inerte, les interactions contenant-contenu peuvent aboutir à une contamination de l’aliment. Comment évaluer et gérer au mieux les risques toxiques pour le consommateur ?
L’emballage peut être une source de contamination de l’aliment. C’est dû non seulement à l’emballage mais aussi en particulier aux additifs ajoutés au matériau plastique en vue. Il faudra donc :
– Améliorer sa qualité
– Le stabiliser,
– Le rendre plus souple,
– Le plastifier
– Ou encore de le teinter.

Phénomène de migration

Des monomères, « molécules utilisées pour la synthèse des polymères pouvant être associée à d’autre molécules identiques », peuvent aussi être transférés à l’aliment ; ce phénomène de migration peut avoir des conséquences tant sur les plans organoleptique que toxicologique.

Les incidents de qualité d’origine toxicologique sont la hantise des industriels de l’agroalimentaire. C’est l’image de marque de leur produit qui est exposée, alors qu’ils ne maîtrisent pas la fabrication de matériaux dont ils ne sont que les utilisateurs. Un gros problème de gestion du marketing de leur produit s’impose devant ce genre d’incident si cela arrive.
L’innovation dans le monde des matériaux d’emballage à contact alimentaire est en constante amélioration dans le but de :
– La protection et la conservation de l’aliment
– Le contrôle des conditions de transport et de stockage.
Par ailleurs, ils permettent l’étiquetage du produit en question et présentent un volet important de marketing dans le secteur agroalimentaire. La première idée perçue sur l’aliment par le consommateur est celle de l’emballage.
Des transferts de matières pourraient survenir entre emballage et aliment. L’évaluation de l’adéquation contenant-contenu est réalisée en termes de risque sur la santé du consommateur.
 
emballages contenant de la nourriture

Quels sont les risques ?

L’aliment peut absorber certains constituants de l’emballage, ce qui pourrait détériorer ce dernier et nuire à la qualité de l’aliment par conséquent.

Il peut en découler un transfert de substances volatiles parvenant :
– Soit d’une perte d’arôme pour l’aliment.
– Soit d’une contamination de l’aliment par des gaz ou des odeurs de l’extérieur.
D’autre part, ces échanges peuvent s’accompagner aussi d’une « migration » de constituants du matériau d’emballage vers l’aliment. Ce phénomène de migration est le plus fréquent et met l’accent sur tous les emballages et des milliers de substances.
Pour les matériaux plastiques, on distingue plusieurs types de « migrants » potentiels :
* Résidus de monomères utilisés à la polymérisation
* Adjuvants technologiques comme les stabilisants ;
* Leurs produits de réaction ou de dégradation ;
* Adjuvants des matériaux comme les colorants ;
* Impuretés des produits de base ;
* Polluants potentiels d’emballage recyclé.

Le pictogramme européen concernant les matériaux destinés à entrer en contact avec les denrées alimentaires
 

pictogramme plastique alimentaire


 
Deux molécules, souvent contenues dans les emballages, sont très surveillées :
Les phtalates : chez les rats, ceci peut entraîner des baisses de fertilité et pourraient aussi être cancérigènes. Lissa87 – Domaine public
Le bisphénol A, ou BPA, est une molécule chimique de formule C15H16O2. Il rentre dans la composition de polymères utilisés dans de nombreux plastiques alimentaires et est classé comme un produit reprotoxique (qui affecte la reproduction).
Le bisphénol A est interdit dans certains pays notamment dans la composition des biberons et ce de part sa probable dangerosité.
Par ailleurs, « des huiles dérivées d’hydrocarbures sont retrouvées dans les aliments de grande consommation comme les pâtes, les lentilles, les céréales, les biscuits ou le riz », a affirmé lors d’une conférence de presse Ingrid Kragl, directrice de l’information de l’ONG Foodwatch en France.
Selon André Cicolella, chimiste et président du « Réseau environnement santé », le risque présenté par les hydrocarbures, pouvant être issus des emballages alimentaires, consommés à haute dose ne ferait plus de doute depuis plusieurs années.
« Ils se trouvent généralement utilisés au plan expérimental pour faire des cancers chez l’animal », souligne le scientifique.
Après avoir présenter une enquête sur 42 produits de très grande consommation en France achetés dans différents hypermarchés, la responsable de l’association ONG Foodwatch a demandé aux pouvoirs publics de rendre obligatoires de nouvelles règlementations :
« Ces huiles renferment des substances toxiques et l’industrie alimentaire doit agir pour mettre des barrières entre les emballages cartonnés et les contenus alimentaires».
emballage alimentaire recyclable