depression saisonniere cause et traitement

La dépression saisonnière : Evolution et traitements

Publié le

« Si tu crois que sont les rayons du soleil qui te rendent heureux… », Alors profites du beau temps et assures toi que le manque de lumière fait parfois souffrir plus que l’on pense…

par

 
depression saisonniere

C’est quoi la dépression saisonnière?

La dépression saisonnière est une forme particulière des troubles de l’humeur qui se distingue par un lien étroit avec la lumière. Une humeur dépressive se sente depuis le mois d’Octobre et se prolonge jusqu’au printemps. A l’inverse, pendant les temps ensoleillés une normalité de l’humeur voir une exaltation se voit.

Pourquoi ce caractère saisonnier ?

Le mécanisme exact de la dépression saisonnière est mal connu. On admet que la lumière favorise la production de certaines hormones responsables de la régulation des rythmes du sommeil et de l’humeur.
Avec les premiers rayons solaires de la journée, le taux de mélatonine, hormone du sommeil, s’abaissent permettant ainsi le réveil des cellules nerveuses. Dans le cas échéant, l’organisme demeure léthargique et les rythmes alternés de veille et de sommeil se dérèglent.
La sérotonine, un neurotransmetteur responsable de la régulation de l’humeur et d’autres fonctions biologiques telles que le sommeil, la libido, l’appétit etc. Une dette de cette hormone par manque de lumière expliquerait ainsi les symptômes constatés au cours de la dépression saisonnière.

Une dépression… mais…

On parle bien évidement d’une dépression. Une humeur triste, une fatigue inexpliquée, une irritabilité, un désintérêt globale, une dévalorisation du soi, une culpabilité excessive, des troubles de la concentration et parfois des pensées suicidaires caractérisent cet état pathologique.
Toutefois cette forme particulière se distingue par deux faits. Alors que les autres formes de dépression entraînent insomnie et perte d’appétit, l’hypersomnie est la règle dans ce cas. Et même si on y répond, ce besoins de sommeil diminue peu. D’autre part, on note une augmentation de l’appétit voir un véritable accès de boulimie avec une forte attirance pour le sucre qui provoquent généralement une prise de poids.

Sujets à risque

Ce trouble touche dans les 3/4 des cas des femmes plus fréquemment d’âge moyen de 30-45 ans qui en souffrent. Cette prédominance féminine bien qu’évoque une intervention des hormones n’a pas encore d’explication. Les hommes et les enfants ne sont pas épargnés. Avoir un parent avec des antécédents de dépression saisonnière ou pas ne peut qu’augmenter le risque d’exprimer ce trouble.
Les personnes ayant un métier empêchent l’exposition à la lumière pendant l’hiver sont plus exposés que les autres. Ceci dit, la prévalence de cette forme dans notre pays est inférieur à celle dans les pays loin de l’équatorial pour des raisons climatiques.

Evolution et traitements de la dépression saisonnière

Si le diagnostic de dépression n’est pas compliqué, il faut au moins deux épisodes dépressifs hivernaux, sans autre forme de dépression entre les deux pour pouvoir caractériser cette dépression comme saisonnière. Comme le nom l’indique l’humeur dépend directement du temps. Mais dans ce cas, la dépression ne se reproduit pas obligatoirement à chaque automne.
La photothérapie est particulièrement efficace dans ce cas et peut même constituer le seul traitement. Tout de même, on peut parfois recourir à une psychothérapie de soutien ou certains antidépresseurs en complément.