lipide

Dyslipidémie : des conseils hygiéno-diététiques

Publié le

La dyslipidémie englobe les anomalies des taux de lipides dans le sang par excès ou par défaut, mais c’est souvent le versant hyperlipidémie qui préoccupe une pathologie fréquente et un facteur de risque cardiovasculaire majeur.

par

En cas d’hypercholestérolémie :

Après l’âge de quarante ans, l’hypercholestérolémie devient une hantise qui menace les gourmands. Le cholestérol est indispensable au fonctionnement de l’organisme, mais une consommation raisonnable est recommandée avec restriction des apports aux alentours de 300 mg/j.
Contrairement à ce qu’on croit, les huiles végétales ne contiennent pas de cholestérol. Par contre la matière grasses d’origine animale (beurre, crème fraîche…) est très riche en ce nutriment.
 
beurre
 
creme
 
D’autres aliments riches en cholestérol sont les abats (surtout la cervelle et le foie) et les jaunes d’œuf d’où la règle : ne pas consommer plus de 2 œufs par semaine. Evitez aussi l’excès de charcuterie, à l’exception du jambon maigre.
 
oeufs
 

Les produits laitiers entiers sont aussi coupables, entre autres les fromages sauf le fromage blanc. Une portion de 30 gr est le maximum tolérable dans ce cas.
 
produits laitiers
 
Faites attention aux différentes sources cachées de cholestérol tels la pizza, les tagines, chips, mayonnaise, les viennoiseries, pâtisseries…
Toutefois la réduction des apports seule n’est pas suffisante, on doit en parallèle limiter la consommation du mauvais cholestérol, véritable facteur de risque cardiovasculaire. Privilégiez ainsi les acides gras mono ou polyinsaturés présents dans les huiles végétales et les poissons au profil des acides gras insaturés qui se trouvent dans la viande rouge, à moindre degré les poulailles et la matière grasse d’origine animale.
Par ailleurs un apport quotidien de 2 à 3 g de stérols par jour réduit le mauvais cholestérol d’environ. Ils sont présents dans margarine, vinaigrette, fromage blanc, les légumes secs et huiles végétales en quantité trop faibles.

En cas d’hypertriglycéridémie :

Une autre forme de la dyslipidémie, fréquente, mais ignoré par la majorité pour deux raisons. D’une part parce que le risque vasculaire bien qu’il existe, il est moindre. Faut-il savoir que les risques dans ce cas ne sont pas uniquement vasculaires mais aussi pancréatiques. D’une autre part parce que les triglycérides proviennent principalement dune synthèse hépatique donc ne dépendent pas directement de la consommation des lipides. En effet l’hypertriglycéridémie résulte de trois facteurs différents : l’obésité, les glucides et l’alcool.
La perte de poids est donc indispensable dans ce cas avec comme objectif un IMC inférieur à 25, en sachant que c’est le tour de taille qui gêne le plus.
Ça parait peut être absurde, mais même en dehors d’un diabète vous devez limiter les apports en glucides principalement le sucres rapides : sucre de table, boissons sucrées, confitures, chocolat, pâtisseries… et limiter la consommation de fruits à 2 par jour.
 
no chocolate
 
no sugar
 
Un sevrage de l’alcool serait l’idéal. Sinon, limitez la consommation d’alcool à des occasions bien spécifiques. Tout au plus un verre de vin rouge par jour ou un verre des autres alcools par semaine.
La consommation des acides gras polyinsaturés oméga-3 que l’on retrouve dans les huiles végétales, les poissons gras et les huiles de poisson ont des propriétés bénéfiques hypotriglycéridémiantes.

Encore quelques conseils indépendamment de votre profil lipidique:

La consommation de fibres naturellement présents dans les fruits (pomme, orange, pamplemousse, fraise, poire), les légumes (aubergine chou carottes,…) et produits céréaliers (avoine et orge) est très recommandée. Il s’agit d’une source importante d’antioxydants, ils luttent contre l’oxydation du cholestérol. Toutefois leur apport doit être contrôlé dans les hypertriglycéridémies car le fructose stimule la synthèse des triglycérides. L’apport conseillé est de 30g/j de fibres.
 
legumes
 
Soyez vigilant sur le choix de vos matières grasses : plutôt d’origine végétale (huiles et margarines) et optez le plus souvent possible pour des cuissons sans matières grasses (papillote, grill, vapeur, four…).
Faites des exercices physiques votre routine. Une marche simple d’une durée de 45 à 60 min pendant 4-5 jrs par semaine est bénéfique.
Enfin, n’oubliez pas que la dyslipidémie n’est qu’un facteur parmi d’autres qui régissent votre santé physique.