effet nefaste des pesticides

Les effets néfastes des pesticides sur la santé humaine

Publié le

Un pesticide est par définition une substance répandue sur une culture pour lutter contre des organismes considérés comme nuisibles. C’est un terme générique qui rassemble les insecticides, les fongicides, les herbicides, les parasiticides. Ils s’attaquent respectivement aux insectes ravageurs, aux champignons, et aux « mauvaises herbes ».

par

Les enfants sont particulièrement sensibles aux effets des pesticides :

Les enfants du fait de leur mode d’alimentation et de leur sensibilité spécifique aux polluants chimiques sont particulièrement exposés au danger des pesticides.
Les enfants boivent 2,5 fois plus d’eau, ils mangent 3 à 4 fois plus de nourriture par kilo de poids de corps qu’un adulte. Ils sont donc proportionnellement plus exposés aux résidus de pesticides que les adultes.
Les fœtus ou les enfants sont des organismes en développement. Ce développement peut être perturbé par la présence dans l’organisme de résidus toxiques comme les pesticides (par perturbation du système hormonal).
Ainsi, de récentes études épidémiologiques nous montrent que les femmes exposées aux pesticides par leur environnement, ont 2 fois plus de risques de faire des fausses couches par suite de malformation du fœtus.
De même, les cancers de l’enfant sont en constante augmentation, augmentation qui s’accélère d’année en année. L’INSERM vient de démontrer que les enfants dont les mères ont utilisé des insecticides ménagers, pendant leur grossesse, ont 2 fois plus de risques de développer des leucémies infantiles aigues.

Pesticides et cancers :

Plusieurs chercheurs ont fait le point sur l’état des connaissances épidémiologiques sur les effets des pesticides sur la santé en retraçant l’évolution des connaissances et des hypothèses qui mènent à établir un lien entre pesticides et cancer.
Les premiers travaux sont issus du constat d’une différence de mortalité par cancer entre les agriculteurs et les autres catégories professionnelles pour un certain nombre de localisations tumorales.
Parmi les nombreuses localisations cancéreuses étudiées, on retient les principaux éléments suivants :
• Les lymphomes malins ont été largement étudiés tant par l’analyse des certificats de décès que par des études cas-témoins, une revue de la littérature sur ce sujet publiée en 1992 par HOAR va dans le sens de l’association entre pesticides et lymphomes malins non hodgkiniens.
• Parallèlement les leucémies, les myélomes multiples, les cancers du tissu conjonctif ont fait l’objet de travaux en particulier aux Etats-Unis et en Nouvelle-Zélande, les résultats n’apparaissant pas comme véritablement concordants.
D’autres localisations cancéreuses ont été étudiées : cerveau, poumon, prostate, testicules, ovaires, sein, foie, tube digestif… elles ne permettent pas à l’heure actuelle de s’appuyer sur des effets démontrés dans la mesure où les résultats sont souvent contradictoires.

Pesticides et troubles de la reproduction :

Dans leur bilan sur l’état actuel des connaissances concernant le lien entre pesticides et troubles de la reproduction, les chercheurs soulignent combien il est difficile d’affirmer le rôle des pesticides dans les pathologies de la fonction reproductrice et les malformations congénitales.
Parmi les différentes pathologies en lien avec les troubles de la reproduction et les malformations congénitales, ici contre les principaux phénomènes suivants :
• infertilité masculine,
• mort fœtale : avortement spontané et mortinatalité,
• prématurité et hypotrophie,
• malformation congénitale.