ulyces finlande school

Les enfants heureux du système éducatif Finlandais

Publié le

L’enfant n’a aucun stress, les parents non plus, l’enfant est Roi, décideur, leader, zen, n’a pas une tonne de devoirs à réaliser la maison « No Home Work », il est comme à la maison, il n’est pas évalué avec des notes, il est tout simplement HEUREUX !!!

par

C’est en FINLANDE que tout ceci a eu lieu et on dit qu’il s’agit du peuple le plus heureux du monde. Ils misent tout, absolument tout sur la puissance de leur système éducatif avec la conviction que les enfants seront les piliers de la société de demain.
En effet, ce petit pays a obtenu des résultats faramineux aux évaluations internationales PISA menées par l’OCDE (2ème mondial en Sciences, 3ème en lecture et 6ème en mathématiques en 2009, loin devant tous les pays occidentaux).

Les fondements de l’éducation finlandaise :

Egalité :
• Égalité des écoles : il n’y a ni école pour les élites, ni école pour les “faibles”. Toutes ont absolument le même équipement, les opportunités et le financement proportionnel.
• Egalité des enfants
• Egalité des parents
• Egalité des enseignants
Gratuité de :
• l’enseignement,
• les déjeuners,
• les excursions,
• les visites aux musées
• toutes les activités parascolaires
• Le transport scolaire, en minibus, prend et ramène l’enfant chez lui, si l’école la plus proche est située à plus de deux kilomètres.
• Les manuels,
• toutes les fournitures scolaires,
• les calculatrices
• même les ordinateurs portables sont gratuits.
Remarque : Toute collecte de fonds parentaux, à quelque fin que ce soit, est interdite.
 
ecole heureuse finlandaise
 
Pratique
Les finlandais ont l’habitude de dire : « soit nous nous préparons à la vie, soit nous nous préparons aux examens et nous choisissons la première option. »
• Il n’y a pas d’examens dans les écoles finlandaises.
• Les contrôles et les tests intermédiaires sont à la discrétion de l’enseignant.
• Il n’y a qu’un seul examen standardisé obligatoire à la fin du cycle secondaire.
• Seul ce qui peut être nécessaire dans la vie pratique est enseigné à l’école.
• Les logarithmes ne sont pas utiles, ils ne sont pas étudiés.
• Dès leur plus jeune âge, les enfants savent ce qu’est
-> un portfolio,
-> un contrat,
-> une carte bancaire
-> calculer le pourcentage de l’impôt sur les successions ou sur le revenu,
-> créer une carte de visite en ligne sur Internet,
-> sont capables calculer le prix des marchandises après plusieurs remises
Confiance:
• Pas de contrôles des enseignants par rapport à une méthodologie imposée.
• Le programme éducatif dans le pays est unifié, mais il n’obéit qu’à des recommandations générales.
• les enfants peuvent, pendant les cours, s’occuper comme ils le désirent.
Volonté:
« Celui qui veut étudier étudie »
• Si l’enfant n’a absolument aucun intérêt ou pas la capacité d’apprendre, il est orienté vers un apprentissage utile pour une profession « simple ».
« Tout le monde ne construit pas des avions, quelqu’un devrait bien conduire les bus»
• Apprentissage doux, délicat, mais cela ne signifie pas qu’on peut “sécher” les cours.
• Le contrôle du régime scolaire est obligatoire.
• il y a une 10ème année supplémentaire (facultative).
 
classe finlandaise
 
Indépendance :
• L’école finlandaise enseigne à penser et à acquérir des connaissances par soi-même.
• L’important ce n’est pas d’apprendre les formules, mais de savoir comment utiliser :
-> un répertoire,
-> un texte,
-> Internet,
-> une calculatrice
-> Toutes les ressources nécessaires pour résoudre les problèmes courants.
• les enseignants n’interviennent pas dans les conflits entre élèves pour les préparer à des situations réelles de la vie et de développer leur capacité à se défendre.

La réussite de l’école finlandaise :

Les enfants finlandais :
• ne crient pas la nuit suite à un surmenage nerveux,
• ils ne rêvent pas de grandir rapidement,
• ne détestent pas l’école,
• ne tourmentent pas toute leur famille en se préparant aux prochains examens.
• sont Calmes, sensés et heureux,
• lisent des livres,
• regardent des films sans les traduire en finnois,
• jouent à des jeux informatiques,
• se baladent en vélo,
• composent de la musique,
• jouent des pièces théâtrales,
• chantent
• apprécient la vie.

Remarque : Chaque élève est important et c’est l’école qui doit s’adapter à cette singularité.
Comme le dit Paul Robert, « l’idée qu’un élève heureux, épanoui, libre de se développer à son rythme, acquerra plus aisément les savoirs fondamentaux n’a rien d’une utopie de pédagogue illuminé en Finlande : c’est tout simplement ce qui oriente l’action de tous : Etat, municipalités, chefs d’établissement, professeurs… ».

Une structure d’apprentissage « comme à la maison »

structure d apprentissage finlandaise
 
• L’un des premiers objectifs est de faire en sorte que chaque élève se sente « comme chez lui ».
• La taille des établissements reste relativement modeste (300 à 400 élèves pour un collège, 400 à 500 pour un lycée),
• les espaces de travail assez vastes,
• les couleurs agréables,
• Des écoles avec de confortables salles de repos.
• L’âge maximal de la rentrée scolaire est de 7ans

On y pose une question simple, en apparence: “Pourquoi la Finlande a-t-elle les élèves les plus performants du monde?” et pour réponse, on retrouve 5 arguments:
1. Journée d’école de 4 heures;
2. Récréation d’une heure;
3. Peu de devoirs;
4. Aucun test standardisé
5. Des professeurs ayant une maîtrise universitaire (3 ans d’études, après le baccalauréat).