retention eau

7 remèdes pour pallier à la rétention d’eau

Publié le

Les origines d’une rétention d’eau sont multiples. Elles peuvent être liées à des troubles endocriniens, un déséquilibre alimentaire et des problèmes d’indigestion, une sédentarité et un encombrement des vaisseaux lymphatiques, un processus inflammatoire ou un dysfonctionnement au niveau de la circulation sanguine et entraînent le « gonflement » de l’organisme.

par

C’est en effet un déséquilibre entre l’eau que nous consommons et celle que nous éliminons. Sachant que notre corps est constitué d’environ de 65% à 70% d’eau. Cette rétention hydrique affecte plus les femmes que les hommes suite au rôle de certaines hormones comme les oestrogènes et l’aldostérone. Nous vous présentons 7 conseils afin de lutter contre la rétention d’eau.

1- Halte à l’excès de sel

Le sel est le premier facteur de rétention d’eau et peut être à l’origine du gonflement de notre corps. Les tissus vont retenir l’eau avec une grande quantité de sel, ce qui peut empêcher la réduction de la concentration saline et favoriser un risque d’accident vasculaire, d’une hypertension artérielle et d’une surcharge pondérale. La quantité moyenne et journalière de sel doit être comprise entre 4 et 6g alors qu’une personne peut doubler, voir tripler la quantité du sel ingéré au quotidien. Pour cela, il est important d’éviter toute une liste d’aliments avec un excès en sel comme les plats préparés trop salés, les conserves agro-alimentaires et les charcuteries.
Par ailleurs, on peut remplacer le sel par des herbes aromatiques et des épices fines pendant quelques jours.

2- La phytothérapie et l’homéopathique pour une cure détox

Certaines plantes se dotent d’une caractéristique anti-rétention.
On retrouve ces plantes soit sous une forme naturelle sèche, en gélules ou en intégrant un traitement homéopathique. Ces plantes médicinales ont une action drainante au niveau hépatique, rénal et du système lymphatique. Parmi ces plantes bienfaisantes et bénéfiques contre la rétention hydrique, il y a le romarin, le noyer, le thé vert, le pissenlit, le piloselle, le sureau noir, l’orthosiphon, la bardane, le fenouil, l’artichaut, le romarin, le chiendent, le persil et la reine des près qui ont des actions curatives et dépuratives diverses et peuvent être consommés en extraits, en tisanes ou en gélules.
Les cures Detox de phytothérapie peuvent aller de trois à quatre semaines.

3- Une bonne hydratation

Une mauvaise hydratation peut causer l’accumulation des toxines, un drainage perturbé des glandes hépatiques et des troubles de la fonction rénale. Pour pallier à une rétention d’eau, à une déshydratation, à une accumulation de déchets toxiques ou encore à une arythmie cardiaque, il est essentiel d’assurer un apport hydrique suffisant de 1,5 l à 2 l d’eau par jour. En effet, consommer suffisamment d’eau permet d’hydrater les cellules en profondeur et permet une bonne activité de la fonction rénale.
Attention ! Les jus de fruits et les boissons gazeuses, ainsi que les liquides excitants comme le thé ou le café retiennent l’eau au lieu de l’éliminer. De plus, dans ce cas les soupes et les infusions sont à recommander au cours de la journée.

4- Le traitement d’un trouble endocrinien

Plus de 90% de femmes qui sont affectées par un trouble de rétention hydrique sont atteintes d’une fluctuation hormonale à des intervalles particuliers comme le cycle menstruel, la grossesse ou encore la ménopause. Par exemple, c’est au cours de la période prémenstruelle que la rétention d’eau survient, une fois cette phase est dépassée, il n’y a plus de processus de rétention d’eau.

5- Le drainage de la lymphe

Le fait de drainer la circulation lymphatique constitue un moyen pour stimuler les vaisseaux et atténuer les formes liquides en excès favorisant la rétention hydrique. Des techniques de massages drainants dans des centres spécialisés contribuent à aider l’anti-rétention. Ces massages sont dynamisants, énergisants et activent la suppression des toxines. Les mouvements se font d’une manière longitudinale tout au long de la longueur des membres et d’une manière circulaire au niveau des articulations.

6- La pratique d’une activité sportive régulière

Une activité sportive régulière est un moyen efficace pour se débarrasser de l’excès hydrique dans les tissus et
ce au moins pendant une trentaine de minutes par jour. En effet, le travail musculaire contribue à l’accélération de la circulation sanguine, le renforcement du tonus musculaire et l’amélioration de l’activité du myocarde. Parmi les sports recommandés et qui accélèrent l’élimination de l’eau en excès, il y a le vélo, la natation, l’aquabike et l’aquagym. Ces sports ne permettent pas seulement de pallier à une rétention hydrique mais également de se débarrasser de calories et d’affiner la silhouette.

7- L’adoption d’un régime protéiné

Dans certains cas, notre organisme n’assure pas d’éliminer une rétention d’eau parce qu’il y a un dérèglement
hépatique ou rénal ou autre. Privilégier de consommer les bonnes protéines permet à la glande hépatique de produire de l’albumine et d’entraîner la fuite d’eau, par conséquent l’absence de sa résorption et donc sa concentration
dans les tissus. Pour éviter une carence protéique, il faut opter pour 50g de substances protéiques au quotidien.
Ces protéines se trouvent dans les viandes blanches, le riz, le quinoa et les lentilles ainsi que les fruits secs
comme les amandes et les noix.