Au secours ! Je suis une acheteuse compulsive !

Publié le
Acheteuse compulsive

L’achat compulsif touche surtout les femmes, autour de la trentaine, et devient de plus en plus répandu dans le monde et dans notre société.

par

Seulement, cette « nouvelle pathologie contemporaine » ne connaît pas de modération et pourrait en effet cacher d’autres troubles. Comment distinguer une simple coquette d’une acheteuse compulsive ? Pourquoi devient-on une accro au shopping et comment se protéger de cette « pathologie » ?

Qu’est-ce que c’est qu’être une accro au shopping ?

Les achats compulsifs sont une vraie addiction qui devient maladive.
Les personnes qui en sont atteintes achètent sans limites et surtout sans un réel besoin.
L’idée d’aller faire du shopping ou d’acquérir de nouveaux achats provoque en elles une excitation intense, un besoin urgent d’y aller et une satisfaction sans égale.
Le problème c’est que tout cela est suivi par un grand sentiment de culpabilité, de honte, d’impossibilité à se contrôler et de promesses de ne pas recommencer (exactement comme les drogues). Seulement, l’excitation revient et l’acheteur compulsif récidive.

Simple coquetterie ou achat compulsif ?

La femme coquette aime plaire, se plaire et se pomponner. Elle accorde une grande importance à son paraître et choisit avec soin ses produits. Le budget d’une femme coquette « normale » peut parfois s’alourdir, mais elle sait souvent se maîtriser et contrôler ses caprices.
Cependant, certaines femmes ne peuvent parfois pas se protéger du piège des achats compulsifs et voir leur vie basculer du côté sombre.
Pour distinguer une simple coquette d’une accro au shopping, une acheteuse compulsive achète, mais n’utilise pas et n’a même pas besoin de la moitié de ce qu’elle achète. Elle aime acquérir, plus que mettre à profit.

Pourquoi peut-on devenir une acheteuse compulsive ?

Ceci pourrait être dû à un manque affectif…

Le fait d’acheter quelque chose, d’avoir une nouvelle acquisition suscite une grande sensation de plaisir chez tout acheteur. Certaines personnes souffrant d’un très grand manque affectif, et d’un mal-être intense, essayent de dépasser cette dépression cachée en trouvant refuge dans les achats exagérés et compulsifs.
Pour ces personnes, c’est une façon de lutter contre ce manque, et une stimulation positive mais provisoire qui les aide à se sentir mieux pendant un moment, mais qui recommence très vite et devient de plus en plus obsédante.
Il est vrai que nous sommes tous exposés aux mêmes facteurs incitant à la surconsommation, mais nous ne devenons pas des accros du shopping pour autant.
En effet, l’achat compulsif pathologique survient souvent en réponse à cette fragilité interne, transitoire ou non, et plus ou moins consciente ainsi qu’à cette dépression cachée, d’un coup de blues passager, et d’un manque d’estime de soi. Le shopping devient donc un refuge, une source de bonheur même éphémère, une échappatoire.

…Ou cacher d’autres troubles

Pour les personnes « normales », l’achat compulsif peut paraître une sorte de trouble plutôt léger, une petite addiction sans danger. Seulement, il s’agit d’un trouble qui témoigne d’une grande détresse, qui se transforme en réelle pathologie entraînant très souvent des troubles associés comme les troubles de l’humeur (la dépression dans 21 à 100 % des cas selon les études), des troubles anxieux (jusqu’à 80 % d’entre elles) et d’autres addictions ou des troubles du comportement alimentaire…

Typiquement, l’achat compulsif se déroule en plusieurs phases :

ça commence par une envie qui devient de plus en plus obsédante :

Cette envie d’acheter un objet qui nous plaît, cette pièce qui devient obsédante et tous les moyens et les excuses seront recherchés pour obtenir cet objet tant désiré.
Passer devant une vitrine se termine forcément par un achat et à chaque achat, la personne accro au shopping éprouve une excitation et une joie sans égales, très intenses mais éphémères qui seront très vite remplacées par une grande culpabilité et un sentiment de honte, et ça recommence à chaque fois.
Attention, l’achat compulsif en lui-même n’est pas pathologique.
C’est plutôt son aspect répété qui est dangereux. Plus ça se répète, plus la dépendance se crée, et il devient de plus en difficile de redevenir « normal ».

Un appel envahissant à la surconsommation

Plusieurs causes se cachent derrière la répétition exagérée d’achats compulsifs. À l’instar des troubles du comportement alimentaire, les campagnes médiatiques et publicitaires persistantes ont aussi joué un rôle important et favorisé l’apparition de cette « pathologie ».
Nous savons tous aussi que la vague de crédits à la consommation et des cartes VISA n’ont fait qu’empirer la situation et l’évolution trop rapide de la mode internationale que connaît le monde entier et qui devient accessible grâce à internet.

Comment se protéger du piège des achats compulsifs

Faire ses comptes régulièrement

Jeter régulièrement un oeil à ses comptes permet d’avoir une maîtrise plus grande de son argent. Il est très important de savoir se fixer un budget mensuel précis pour les achats et les caprices et utilisez-le pour acheter des objets qui vous importent vraiment.

Payer en espèces

Evitez de sortir votre carte de crédit à toute occasion et optez pour le payement en espèces pour prendre conscience de l’argent que l’on dépense. Pire que la carte visa : le crédit de consommation.
C’est absolument à éviter !

Et pour les vrais accros, consulter un psychiatre:

Les achats compulsifs sont des troubles du « contrôle des impulsions » qui est une dépendance reconnue.
Il est important d’aller consulter un psychiatre ou un psychothérapeute pour mieux comprendre les déséquilibres qui ont poussé ces compulsions et cette addiction à prendre autant de place dans votre vie.
Vous pouvez aussi suivre une thérapie comportementale, qui vous aidera à mieux réguler vos impulsions à acheter : celles-ci sont en général liées à une mauvaise compréhension de vos à-coups émotionnels intimes et seul un spécialiste pourra vous aider.

Acheteuses compulsives : Témoignages

Sayma Z, 36 ans

« Depuis que j’ai commencé à avoir des problèmes dans mon couple, ma vie a changé. Mon seul refuge est le shopping. J’achète sans limites. Je m’endette, j’emprunte de l’argent à ma famille. Je prends des crédits rien que pour m’acheter des vêtements, des chaussures. Il m’est même arrivé, suite à une grande dispute avec mon mari, de partir chez l’opticien et de m’acheter 7 paires de lunettes solaires d’un coup.
Ça a soulagé ma colère pour un certain moment, et puis j’ai recommencé à acheter tout et n’importe quoi. Des choses que je ne porte parfois jamais et qui finissent au fond de mon dressing. Je sais que c’est maladif, mais je n’ai pas encore le courage d’aller consulter un psy. »

Bassem J, 40 ans

« Ma femme est une acheteuse compulsive. Elle passe tout son temps entre les boutiques, et les sites d’achat en ligne. Elle dépense le double de son salaire à acheter n’importe quoi, elle n’arrive pas à se contrôler. Il lui est même arrivé de donner des chèques sans provision et elle a failli aller en prison à cause de ça. Malgré tout ça, elle est toujours inconsciente de la gravité de sa situation.
Ça fait un bout de temps que j’essaye de la convaincre d’aller se faire soigner, notre vie devient infernale à cause de cela et je sais que si elle ne se fixe pas de limite, elle finira par ruiner toute la famille. »