comprendre et prévenir le cancer du sein

Cancer du sein : Comprendre et prévenir

Publié le

Le sein est avant tout une glande mammaire formée de quinze à vingt compartiments séparés par du tissu graisseux et du tissu de soutien.

par

Chaque compartiment est constitué de lobules et de canaux servant produire le lait et l’acheminer vers le mamelon en période d’allaitement. Le sein est également parcouru de vaisseaux sanguins et de vaisseaux lymphatiques. Ces derniers jouent un rôle dans l’immunité et aident à combattre les infections et menant à plusieurs ganglions sentinelles.

Qu’est ce qu’un cancer du sein ?

Le cancer du sein reste le premier cancer chez la femme. C’est un cancer qui affecte ces glandes mammaires. Les cellules cancéreuses sont des cellules qui se sont modifiées et se multiplient de façon incontrôlée. C’est une tumeur parfois maligne qui se développe au niveau des cellules de la glande. Une cellule normale devient donc cancéreuse à la suite d’importantes modifications, progressives et irréversibles. Elle se met alors à se multiplier et finit par former une masse qu’on appelle tumeur maligne. Une masse de 1 cm met généralement de 5 à 10 ans pour se développer et proliférer d’une manière anarchique.
Selon le type de cellules touchées, les tumeurs porteront des noms différents. Parfois, certaines cellules cancéreuses se propagent aux ganglions de l’aisselle puis aux autres parties du corps.
Chaque cancer du sein est variable et présentant ses propres caractéristiques.
D’ailleurs, il en existe plusieurs types du cancer de sein, se développant à des stades d’évolution variés. Une tumeur cancéreuse peut présenter une croissance lente au cours de la première phase du cancer et son développement est localisé et in situ. Dans des cas, les cellules cancéreuses entourent le point de départ du cancer, il s’agit d’un cancer infiltrant. Dans d’autres cas, le développement de la masse tumorale mammaire peut être rapide.

Quels en sont les signes ?

Les signes du cancer du sein se déclarent par des changements au niveau de la glande mammaire. Ces modifications se reflètent par exemple dans l’apparition d’une boule, d’une grosseur au niveau du sein ou au niveau de l’aisselle. Parfois, il se produit un écoulement au niveau du mamelon.
Dans d’autres cas, c’est l’aspect de la peau des glandes ou la couleur au niveau de l’auréole qui change d’une manière remarquable. Lors d’une observation ou une constatation d’une telle modification notoire au niveau du sein, il faut consulter immédiatement un médecin spécialiste.

Les facteurs de risques d’un cancer du sein

Les risques du cancer du sein augmentent à partir de l’âge de 30 à 35 ans et chez les femmes qui ont eu leur premier enfant à un âge avancé sans oublier les facteurs d’environnement et héréditaires. Dans certains cas, ce cancer surgit après l’âge de 50 ans, à la période de la ménopause. La prise d’une pilule contraceptive peut constituer un risque de développer un cancer du sein chez certaines patientes.
Par ailleurs, l’obésité et le surpoids constituent des facteurs relevants dans l’évolution péjorative du cancer du sein ainsi perdre du poids joue donc un rôle majeur dans l’amélioration des chances de survie sans maladie.

Les personnes à risques pour le cancer du sein

Les sujets ayant des antécédents familiaux et des facteurs héréditaires sont plus à risque du cancer du sein ainsi que les personnes porteuses des mutations géniques BRCA1 et BRCA2.
Les anomalies germinales sont dans ce cas transmises de génération en génération. Au total, moins de 1% de la population féminine semble porteuse d’une anomalie de BRCA1 et environ 3 à 5% des cancers du sein. Les atteintes du BRCA2 semblent plus nettement démontrées chez les cancers du sein de l’homme avec des antécédents familiaux. Le cancer du sein affecte 1% des hommes. Par ailleurs, des anomalies endocriniennes peuvent engendrer un cancer du sein hormono-dépendant.

L’évolution et les complications d’un cancer du sein

L’évolution d’une tumeur n’est pas contrôlée par l’organisme, elle se développe dans la glande de façon anarchique. La surexpression du gène HER2 est un facteur d’agressivité dans les cancers du sein. De 15 à 30 % des cancers du sein surexpriment cette protéine. Les stades tumoraux agressifs menace le pronostic vital des femmes. Cependant, la mortalité due à cette maladie de cesse de reculer, soit de 1.3% en moyenne chaque année, avec les prouesses thérapeutiques, des thérapies performantes et de nouvelles molécules actives efficientes

La prise en charge d’un cancer du sein

La prise en charge thérapeutique des patients diffère selon les cas et le stade de ce cancer du sein. Les traitements se font selon le type de l’atteinte cancéreuse, l’étendue de la masse tumorale et les antécédents des patients. Il y a plusieurs types de thérapies comme la chimiothérapie, la radiothérapie, l’hormonothérapie et l’immunothérapie qui constitue un nouvel espoir dans l’arsenal thérapeutique de ce cancer avec les inhibiteurs des kinases du cycle cellulaire ou les inhibiteurs de l’angiogenèse ou les molécules bloquant le PARP1 (La poly-ADP- ribose polymérase 1 intervenant dans la voie de réparation de l’ADN). La durée des traitements peuvent aller de 2 ans, à 5 ans, voire à une dizaine d’années selon les cas. Dans certains cas une chirurgie et une thérapie (une chimiothérapie ou une radiothérapie) sont associées. Dans des cas il se produit une mastectomie partielle et dans des cancers agressifs, l’ablation du sein est totale et la reconstruction mammaire peut être suggérée soit par une pose d’une prothèse, soit par une reconstruction à partir des tissus glandulaires et de la peau. Dans certains parcours thérapeutiques, il y a un suivi par un psychiatre ou psychologue clinicien afin de se réapproprier l’unité du corps qui a été malmenée par cette pathologie oncologique. Par ailleurs, pendant les traitements, il est également recommandé aux patientes de faire du sport pour tenter de limiter les effets secondaires de la maladie et des médications et aussi pour préserver autant que possible le moral avec la lourdeur de la prise en charge
thérapeutique.

La prévention du cancer du sein

La prévention du cancer du sein se fait par des mesures hygiéno-diététiques rigoureuses. En effet pour se prémunir
de cette pathologie cancéreuse, il est important d’adopter un régime alimentaire sain et équilibré dépourvu de graisses animales et riche en légumes et fruits frais et de saison et également avoir une bonne hydratation.
Il faudrait éviter également les produits d’addiction comme le tabac et l’alcool et se prémunir contre l’obésité sans oublier la pratique d’un sport régulier au moins une demi-heure par jour.
Cependant, quand le cancer du sein s’installe, il faut consulter précocement un oncologue et suivre la thérapie adaptée. Les deux tiers des cas de cancers du sein se développent chez les femmes de plus de 50 ans. Cette maladie reste exceptionnelle chez celles qui ont 20 à 25 ans. Des facteurs héréditaires sont souvent à rechercher dans ces situations.