Etre une Femme

Hydratation de ma peau : Pourquoi est-ce important ?

Publié le
Hydratation de ma peau : Pourquoi est-ce important ?

L’eau est un élément nécessaire à toute vie, c’est un fait avéré. Pour le cas de la peau aussi l’eau est de première importance, mais attention, cela ne veut pas dire se contenter de boire de l’eau pour avoir une belle peau ! C’est plus compliqué que cela !

par Myriam Bennour Azooz

C’est bien on a du peau !

La peau et l’eau entretiennent des rapports étroits et complexes. Le rôle premier du revêtement cutané est d’assurer la fonction barrière en protégeant l’organisme des agressions extérieures et en limitant ses pertes en eau. La peau intervient non seulement dans la régulation du métabolisme hydrique et de la tension artérielle mais aussi dans les mécanismes d’adaptation aux variations de température. Ce sont les mouvements d’eau du derme qui soutiennent ces propriétés.

Où se trouve l’eau ?

La peau contient approximativement 30 % de l’eau de notre corps. Cette eau se trouve dans le sang circulant à travers les vaisseaux qui irriguent la peau et constitue également le liquide interstitiel (espace entre les cellules). En outre, l’eau fait partie des cellules de la peau et elle est vitale pour leur métabolisme. La couche cornée (la couche la plus superficielle de l’épiderme) est formée par des cellules cornées séparées par des lipides (graisse). Cette couche forme la fameuse barrière  qui limite la quantité d’eau qui entre ou sort à travers la peau.

L’eau et la peau : une question d’équilibre

Aucun organe du corps humain, y compris la peau, n’est conçu pour emmagasiner de grandes quantités d’eau, mais pour éviter son gaspillage lorsqu’elle est nécessaire. La peau utilise l’eau quand elle en a besoin, sinon elle l’élimine. 

Dans ce sens, la soif est notre meilleur indicateur de la baisse du volume d’eau dans et autour des cellules de notre organisme. Il s’agit d’un circuit destiné à conserver un équilibre précis pour lequel il n’est pas nécessaire de se forcer à boire sans avoir soif.

En surface, il existe une faible fraction d’eau qui s’évapore et qui forme avec les lipides épidermiques et ceux du sébum une fine émulsion qui recouvre tout le revêtement cutané. Elle le lubrifie, l’assouplit et participe à la fonction de barrière.

Les échanges d’eau

-La perspiration
Quelles que soient les conditions extérieures, la peau se déshydrate. La perspiration, insensible et continue, représente le flux hydrique normal de tout individu. Elle entraîne l’élimination d’environ 500 ml d’eau par jour.

– La sudation
L’autre voie d’élimination de l’eau est celle de la sudation. Il s’agit d’une émission d’eau plus ou moins abondante, consécutive à une exposition à la chaleur ou en relation avec un effort physique. Cette perte d’eau est liée à l’activité des glandes sudoripares et à la vasodilatation des pores de la peau.

La peau n’absorbe pas l’eau directement, par contre, l’intervention d’un mélange corps gras et eau dispersée (ce qui donne une émulsion) rend possible cette opération par un phénomène proche de celui de la capillarité. L’hydratation d’une peau sèche pourra ainsi s’accomplir.

Qu’est-ce qu’une peau déshydratée ?

Quand la barrière protectrice de la peau perd de son efficacité, la perte en eau augmente, la déshydratation s’installe : la peau tire, elle est plus rêche et plus terne. Parfois même, elle desquame. Visibles à l’œil nu, les première rides de déshydratation apparaissent. Et sur une peau déshydratée, les rides s’impriment toujours plus facilement. Ainsi, la déshydratation retentit sur la peau en aggravant les rides, le vieillissement cutané ou le prurit chronique. Les personnes âgées y sont plus particulièrement sensibles.

Certaines affections cutanées se distinguent par une incapacité de la peau à retenir l’eau en raison d’une altération de la barrière cutanée: c’est le cas de la dermatite atopique (tendance à la peau sèche et aux réactions allergiques).

S’il n’y a pas d’eau ?

Une peau bien hydratée est douce et lisse. Une peau sèche est craquelée, irritable, blanchâtre, elle tire et est peu confortable. En l’absence de source d’hydratation extérieure, l’eau de l’épiderme explique, en partie, l’aspect extérieur de la peau : régulière et fine quand elle est bien hydratée, sèche et prurigineuse quand elle est sèche. L’eau du derme intervient dans la souplesse de la peau.

Des facteurs externes

Des facteurs externes peuvent altérer le film hydro-lipidique et dessécher la peau, notamment les détergents. Même si certains d’entre eux sont moins agressifs, leur emploi régulier induit une peau sèche et un prurit chronique. Il est démontré que ces produits non seulement détruisent le film hydro-lipidique de surface, mais altèrent les céramides et les protéines de cohésion de la couche cornée. La fonction de barrière est perturbée favorisant la pénétration de substances exogènes. C’est ainsi que le cimentier se sensibilise au chrome ou que la coiffeuse devient allergique aux colorants capillaires ou à la paraphénylène diamine. Il est à noter que le froid, le vent et les pièces surchauffées aggravent la tendance à la peau sèche.

Attention aux personnes fragiles

Chez le tout-petit, le rapport surface corporelle-poids est supérieur à celui de l’adulte, expliquant le risque de déshydratation à la chaleur. Chez le sujet âgé, la peau plus fine et délipidée est souvent sèche et prurigineuse.

– Les bébés :
Un état de déshydratation cutanée est assez fréquent à cet âge, mais peut aller jusqu’à mettre leur vie en danger. Un coup de chaleur entraîne une déshydratation profonde consécutive à un pouvoir de rétention d’eau insuffisant de la part de la peau. En effet, la peau reste fragile en raison de ses propriétés physico-chimiques particulières à cet âge.

– Les personnes âgées
Les peaux âgées, atrophiées, sont le siège d’une autre forme de perte en eau de la peau. Dans ce cas, c’est le facteur de rétention d’eau qui est en cause. La peau se ride et devient rêche avec une prédisposition à la desquamation.

L’avis du spécialiste  Professeur Samy Fenniche  Chef du service de dermatologie Hôpital Habib Thameur

Le degré d’hydratation est le niveau d’eau contenu dans un tissu. L’eau de siège dermique est une eau essentiellement « non mobilisable » liée solidement aux macromolécules protéiques dermiques et par conséquent les mouvements de cette eau sont peu importants. C’est l’eau dermique mobilisable, libre, en quantité moins importante qui entre dans les phénomènes d’hydratation cutanée, et alimente l’épiderme selon un gradient de concentration. L’eau épidermique constitue un élément fondamental au cœur des fonctions épidermiques et des fonctions métaboliques du kératinocyte (la cellule de l’épiderme). L’eau libre va se déplacer par diffusion régulière et continue vers la surface et imbibe successivement les différentes couches épidermiques.

Ainsi, comme on le voit, le seul apport hydrique ne suffit absolument pas à avoir une belle peau lisse et soyeuse et à éviter les rides. Mais, il faut souligner qu’un état de déshydratation (sensation de soif) doit nécessairement être comblé, sinon, le corps va puiser ses besoins d’où il peut pour combler le manque auprès des organes nobles. La peau, qui n’en fait pas partie, va être privée de son eau aggravant l’état de sécheresse cutané. Ce qui en découle un dessèchement de la peau qui devient rêche, qui tire.

Si on cherche à préserver, voire à améliorer la santé de notre peau, il faut penser à des applications externes de crèmes ou de laits à pouvoir hydratant. En effet, ces produits hydratants vont agir sur 4 grands axes pour lutter contre la déshydratation :

– Apporter une certaine quantité d’eau exogène

– Fixer cette eau au sein du stratum corneum

– Contrôler les mouvements naturels de l’eau au sein du stratum corneum

– Freiner l’évaporation de l’eau intrinsèque

Les produits hydratants agissent par l’intermédiaire de leurs nombreux principes actifs, tels que le glycérol qui reste l’un des humectant  les plus utilisés.

Il est recommandé de s’appliquer une crème hydratante une fois par jour et à chaque fois que la peau est exposée à une agression physique ou environnementale. Avec l’âge, la déperdition hydrique augmente, et on préconise au moins deux applications par jour.

Il ne faut pas oublier  que, pour ce qui est des nourrissons et enfants, un bon état d’hydratation cutanée va renforcer la fonction barrière de la peau et prévient ainsi la pénétration de germes.