Etre une Femme

Habiter vert : L’écologie au quotidien

Publié le
Habiter vert : L’écologie au quotidien

Maison verte, maison bioclimatique, habitat durable, écoconstruction… autant de thèmes à la mode, en Tunisie comme
ailleurs. Car si le bâtiment, grand consommateur d’énergie et de ressources naturelles, augmente fortement l’effet de serre, impossible d’être écolo sans « habiter vert ».

par Emmanuelle Houerbi

Plaidoyer pour une maison douce à vivre, douce en énergie, et douce pour la planète.

Construire durable, c’est un geste éco-citoyen par excellence. Travaux d’isolation, choix des matériaux, utilisation des énergies renouvelables, tout est bon pour protéger la planète. Alors, si vous construisez votre habitation, ou si vous la rénovez, adoptez les gestes écolos. Et si votre cocon est déjà prêt, pas de panique. Il n’est jamais trop tard pour mieux faire.

Chasser le gaspi c’est tout bénef

Qui dit maison verte dit d’abord économie d’énergie et isolation optimale avec, à la clef, moins d’émissions de gaz à effets de serre, mais aussi plus de confort : un environnement intérieur plus sain, une température plus stable, un meilleur contrôle du taux d’humidité, moins de bruit, moins de travaux d’entretien, et -cerise sur le gâteau- une valorisation de votre patrimoine.
Après tout, lorsque vous construisez ou rénovez une maison, ce n’est sûrement pas pour déménager après quelques années. Alors évaluez les bénéfices à long terme, et pas seulement écologiques. Bonne surprise : même votre porte-monnaie vous dira merci !

Economiser l’énergie Comment faire ?

Choisir la bonne orientation:
Dans la mesure du possible, si vous construisez votre habitation, privilégiez une exposition principale au Sud, notamment pour les pièces à vivre comme le salon. L’idéal est d’éviter les expositions Ouest et Est, car les rayons du soleil frappent de plein fouet les ouvertures, qui sont alors difficiles à protéger.

Mais bien sûr, tout dépend de votre terrain et de l’emplacement de votre maison.

 Isoler, isoler, et encore isoler

La priorité des priorités est l’isolation du toit ou de la terrasse, responsable de la majeure partie des déperditions d’énergie. Viennent ensuite les murs, les parois, les fenêtres, et les baies vitrées. Il est toujours utile par ailleurs de remplacer des fenêtres anciennes, à l’occasion d’un ravalement de façade ou d’une rénovation intérieure. Les techniques d’isolations sont très nombreuses et s’étudient au cas par cas ; pour bien faire, mieux vaut faire appel à des professionnels, architectes ou thermiciens.

Le liège : il a tout bon

Les panneaux de liège granulé naturel compressé offrent une isolation thermique et acoustique très élevée. Imperméables à l’eau et à la vapeur, ils permettent aux murs de transpirer. Ils diminuent le risque de condensation et de moisissure, résistent aux conditions atmosphériques, à l’usure, et même aux assauts des rongeurs. Plus généralement, tous les matériaux compressés sont à privilégier, car leur fabrication ne nécessite pas l’utilisation des résines nocives pour la santé.

 Choisir son mode de chauffage

Les sources d’énergie pour le chauffage sont le gaz naturel, le fuel, l’électricité, et le soleil.
Le plancher chauffant offre une bonne qualité de confort. Le robinet thermostatique permet de maintenir la température des pièces à une valeur constante. Là encore, plusieurs alternatives s’offrent à vous et nécessitent une étude préalable approfondie, en fonction de votre mode de vie et de vos besoins.

Installer des dispositifs d’économie d’eau

L’utilisation rationnelle de l’eau fait aussi partie d’une maison écologique. Tout d’abord, une cuve de récupération d’eau de pluie est un véritable « must ». L’eau de pluie est douce et convient pour l’arrosage, le nettoyage, les chasses d’eau et les machines à laver. Comme elle contient moins de calcaire que l’eau du robinet, l’utilisation de produit anticalcaire devient inutile et la consommation de poudre de lessive peut être réduite.

On peut aussi revenir au bon vieux puits, avec l’aide d’un professionnel qui vérifiera la qualité de la nappe en réalisant un forage au préalable. Si cette solution est retenue, cela permettra de disposer d’une eau de bonne qualité, sans mettre en danger la réserve d’eau potable disponible.

Au niveau des petits équipements et de la robinetterie enfin, il n’y a que l’embarras du choix :
les réducteurs de pression, les détecteurs de fuites, les limiteurs de débit, les toilettes à double chasse, la douchette économique, le robinet automatique…, Installer une douche plutôt qu’une baignoire est, bien sûr, fortement conseillé.

Bien choisir vos équipements

Pour réduire votre consommation d’énergie, pensez à acheter des équipements électroménagers économes en énergie : réfrigérateurs, machines à laver, appareils de cuisson, système de climatisation… Dans tous les cas, informez-vous, reportez-vous aux étiquettes énergétiques des produits, et demandez conseil au revendeur lors de l’achat.

Pour l’éclairage, préférez les lampes basse consommation aux lampes à incandescence ou halogènes. Non seulement elles consomment moins, mais elles durent plus longtemps.

Des matériaux écolos Le B.A-B.A

La construction de votre maison nécessite d’énormes quantités de matériaux, et bien les choisir est la condition sine qua non d’une maison vraiment écolo.

Tout d’abord pour tous les produits que l’on achète, l’empreinte écologique que nous laissons dépend beaucoup de leur transport ; acheter des produits locaux est donc essentiel.
Pour obtenir un label vert, les matériaux doivent être choisis dans un rayon maximum de 80 km. Par ailleurs, le choix de matériaux naturels et non polluants est primordial pour garantir un environnement sain à ses occupants. Les panneaux de particules, enduits, isolants, peintures, vernis et autres adhésifs sont nocifs pour la santé.
On devrait toujours s’informer sur la composition des matériaux utilisés, et fuir comme la peste les COV, ces fameux et honnis composés organiques volatils. C’est le cas des formaldéhydes, par exemple, considérés depuis 2004 par l’OMS comme une « substance cancérigène certaine » !

Le saviez-vous ?

Le chauffage représente en moyenne les deux tiers de la consommation d’énergie d’un logement
L’inertie thermique d’un bâtiment est sa capacité à stocker de la chaleur dans ses murs, ses planchers, …. Plus l’inertie d’un bâtiment est élevée, plus il se réchauffe et se refroidit lentement. Plus les murs sont épais et les matériaux lourds (béton, pierre, brique pleine, terre crue …), plus l’inertie est grande.

1, 2, 3, partez !

Alors, convaincus ? Si c’est le cas, c’est le moment de vous lancer. Et si votre budget est limité, vous pouvez toujours réaliser les différents travaux en plusieurs étapes, par ordre de priorité. Vous pouvez commencer par la toiture par exemple, responsable d’une large part des déperditions d’énergie. Ou par le système de chauffage, si celui-ci est particulièrement obsolète.

Dans tous les cas, demandez plusieurs devis et comparez les solutions proposées par les professionnels avant de vous décider.

Et n’oubliez pas que les économies d’énergie, constituent tout un mode de vie ! Une bonne conception n’empêche pas de veiller à sa consommation, et d’adopter les gestes éco-responsables… au quotidien !

S’adapter au climat Parce que les saisons se suivent et ne se ressemblent pas…

Les défis de l’hiver:
Capter l’énergie solaire

La stocker et la conserver

La répartir dans l’habitation

Quelle stratégie ?

Choisir une bonne orientation

Créer des ouvertures côté soleil

Augmenter l’isolation et l’inertie thermique du bâtiment

Les défis de l’été :

Protéger la maison du rayonnement solaire

Eviter les surchauffes

Refroidir les parois

Quelle stratégie ?

Choisir une bonne orientation

Augmenter l’isolation et l’inertie thermique du bâtiment

Protéger les baies par des protections solaires (volets, stores, rideaux…)

Ventiler de jour comme de nuit