Etre une Femme

Mauvaise circulation : Quelles sont les causes ?

Publié le
Mauvaise circulation : Quelles sont les causes ?

Nombreuses parmi vous sont celles qui connaissent cette sensation de lourdeur ou de gêne au niveau des jambes après une longue journée de travail, peut-être même avez-vous une ou deux varices saillantes ? Halte là ! Il est temps de s’en occuper avant que viennent les beaux jours !

par Myriam Bennour Azooz

La mauvaise circulation sanguine peut s’exprimer de différentes manières, plus ou moins douloureuses, plus ou moins inesthétiques. Celles-ci dépendent de plusieurs facteurs  et varient d’une personne à une autre..
Zoom sur ce trouble assez courant chez les femmes, pour apprendre à le contrer!

Les principaux symptômes d’une mauvaise circulation

Plusieurs facteurs inhérents à la vie moderne, ajoutés à l’hérédité, nuisent à l’irrigation parfaite du corps par le sang et provoquent différents symptômes tels que des douleurs, des picotements, des lourdeurs, des tiraillements au niveau des jambes, des varices (qui peuvent ou non être visibles) parfois la peau est bleutée ou marbrée. Si ces troubles ne sont pas pris en charge dès leur apparition, cela peut conduire à des stades plus avancés, à des problèmes cutanés, des œdèmes, voire des ulcères, des phlébites ou des embolies.

L’hérédité : première responsable d’une mauvaise circulation

La première cause de l’apparition d’une mauvaise circulation est l’hérédité. En effet, si votre mère ou votre tante présente ce trouble ou a des varices, il est fort probable que vous soyez touchée vous aussi, n’hésitez donc pas à aller consulter au plus vite  et ce, même si vous ne remarquez encore aucune gêne. Eh oui, mieux vaut prévenir que guérir ! Les spécialistes préconisent une consultation et une prise en charge assez précoce (pour les jeunes filles) afin de leur apprendre les moyens de se prémunir des troubles de la circulation dans l’espoir de pouvoir les retarder au maximum.

Les autres causes

Les femmes sont bien gâtées de ce point de vue. En effet, en dehors du facteur familial, les grossesses multiples (du fait de l’augmentation du taux d’hormones) sont une cause majeure de l’apparition d’une mauvaise circulation et rares sont celles qui y échappent. De même une prise de poids rapide, du fait du changement opéré en termes d’efforts à fournir pour le corps et de poids à soulever, augmente les risques d’être confrontée à ce trouble. Dans le même ordre d’idées, le manque d’activité  physique est lui aussi très mauvais pour la circulation. Enfin, le rôle du port régulier de vêtements trop serrés a aussi été constaté dans les troubles de la circulation sanguine.

Le principe du retour veineux

Le coeur est le moteur de l’appareil circulatoire. Le sang arrive aux tissus par les artères et retourne vers le cœur par les veines.

Au niveau des membres inférieurs, il existe un système veineux profond et un autre superficiel. Les veines profondes assurent les 9/10èmes de la circulation de retour. Les veines superficielles, quant à elles, sont situées dans la peau et n’assurent que les 1/10èmes restants. Les veines superficielles comme les veines profondes sont munies d’un système anti-retour appelé valvules veineuses ; ce sont des replis de la paroi veineuse qui empêchent le sang de circuler en sens inverse (celui de la gravité).

Un certain nombre de mécanismes est mis en place pour permettre au sang de remonter le long des veines des jambes vers le cœur.

1. La compression des veines de la voûte plantaire en marchant contribue à la propulsion du sang.

2. Les muscles des mollets et des cuisses, propulsent le sang vers le haut.

3. La respiration avec les mouvements du diaphragme aspirent le sang veineux vers le cœur.

Quand ça marche plus

Il arrive parfois que ce système expliqué plus haut, soit défectueux. Le sang redescend alors vers le bas du corps, ce qui provoque une dilatation des veines des jambes et, par conséquent, des désagréments, des douleurs et parfois des varices.

Facteurs aggravants

Le retour veineux se fait avec difficulté lorsque l’on reste immobile, debout ou assis, le système de propulsion du sang veineux étant moins efficace (si les muscles inférieurs ne fonctionnent pas, si la respiration est moins profonde). Dans ces conditions, il se produit une accumulation du sang dans le bas du corps. On appelle cela une stase veineuse.