Etre une Femme

Méditations, l’éloge de la lenteur

Publié le
Méditations, l’éloge de la lenteur

Pas le temps de rien faire, toujours débordée, un agenda de ministre, parfois même le weekend! Des notes et des « post-it » partout, sur le frigo, sur l’écran de l’ordinateur au bureau, sur le tableau de bord de la voiture, etc. Est-ce que c’est l’époque qui est comme ça, qui ne vous laisse pas le choix d’être slow? Ou est-ce que c’est votre tempérament? Vous voulez lâcher prise, mais vous ne savez pas faire? Détrompez-vous, cela s’apprend. On vous apprend à vous couper du monde…

par Sondes Khribi Khalifa

La méditation en question

La méditation c’est une technique qui a pour objectif de nous couper du réel. Le réel pèse en effet très lourd, sur nous, ou sur le présent. C’est précisément le passé et l’avenir qui pèsent beaucoup trop, sur le présent. La méditation vise à rompre cette emprise. Méditer c’est alors se couper du réel, s’asseoir dans une position donnée, fixer un objet, le ciel ou une fleur, et essayer d’arrêter le flot de pensées dont nous inonde le cerveau. Le cerveau est finalement assez indépendant de notre volonté, ou de nos ordres. Il fonctionne, en mode autonome !
Essayez de vous arrêter 3 minutes maintenant et de guetter la première pensée qui vous viendra à l’esprit…voyez comme c’est difficile, comme vous êtes littéralement submergé par des pensées de tout genre, pas forcément logiques ou cohérentes. On dirait votre secrétaire personnelle qui vous rappelle qu’il faut passer tel coup de fil, acheter tel objet, ou «se vexer» de telle histoire racontée par untel…
La méditation c’est donc apprendre, non pas à contrôler son cerveau. Car c’est impossible, malheureusement. Mais à s’en échapper, au moins de temps en temps, pour diriger ou canaliser l’attention vers autre chose.

Un phénomène de société

Un véritable phénomène de société : la méditation se conjugue dans plusieurs langues, et via plusieurs pratiques. Mais ce n’est pas si récent que cela, la méditation, avant de devenir pratique de bien être si non thérapeutique, à notre époque, était LA pratique spirituelle par excellence. On dit justement que le yoga est la première pratique religieuse au monde. La méditation revient aujourd’hui en force, surtout comme une technique antistress naturelle. Les recherches montrent sans équivoque, que les personnes qui pratiquent régulièrement de la méditation, sont en meilleure santé. Cholestérol, glycémie, tension artérielle, et autres paramètres indiquent une meilleure harmonie, un meilleur métabolisme. Le cerveau de ces personnes semble aussi avoir accès plus facilement aux ondes cérébrales les plus propices à la relaxation, en restant conscient. Ondes alpha et thêta même.
La méditation, avec toutes ces variantes, s’avère être une technique on ne peut plus simple, accessible et naturelle, pour une meilleure qualité de vie en somme. Mais d’abord, faisons un peu l’éloge de la lenteur…

Eloge de la lenteur

Vivement l’éloge de la lenteur, oui.
Dans une société de la course et de la compétition/compétitivité non stop.
Pourquoi faut-il courir tout le temps ? En quoi est-ce nécessaire ? On ne parvient pas à tout faire en un laps de temps donné…Et alors? C’est si difficile d’accepter ses limites ? Ou même les limites de notre condition… ?!
Les personnes les plus sereines, pour ne pas dire les plus heureuses, sont celles qui «savent prendre du temps». Pour manger, en dégustant la nourriture. Pour sentir le soleil sur la peau, au lieu de klaxonner frénétiquement au volant de sa voiture. Pour partager les rires de leurs enfants, au lieu de les gronder pour avoir fait du bruit. Pour respirer l’air frais et doux à l’aube, simplement.
«Choisissez un arbre, et laissez le vous enseigner la sérénité». La phrase n’est pas de moi, mais de Eckhart Tolle, un des plus grands enseignants spirituels de cette planète. Moi je vous dirai achetez un Bonzaï, posez le sur votre bureau et laissez le vous enseigner la lenteur. Il faut du temps peut être, pour comprendre que les choses sont beaucoup plus simples qu’on ne le pense.

La méditation c’est apprendre à canaliser son attention, à échapper à l’emprise de son cerveau.

Ce que nous qualifions de miraculeux, ou de paranormal, ce sont des phénomènes que nous constatons, mais que nous ne parvenons pas à expliquer. Ou pas encore…
L’Homme, avant de devenir l’être cartésien qui « pense » donc qui « est», mettait beaucoup plus de spirituel dans sa vie.
«Choisissez un arbre, et laissez le vous enseigner la sérénité». Eckhart Tolle

La prière peut-elle guérir ?

Le pouvoir de la prière est un postulat répandu depuis l’aube des temps. L’Homme, avant de devenir l’être cartésien qui «pense» donc qui «est», mettait beaucoup plus de spirituel dans sa vie. Aujourd’hui, une certaine forme de spirituel revient, peut être contre toute attente, car la science cartésienne et logique s’était érigée au moins depuis les lumières françaises, comme la seule réponse valide, à nos problèmes. Mais la prière revient, le pouvoir de la pensée, différents mots, pour dire à peu près la même chose, se concentrer sur quelque chose ou quelqu’un. Méditer. Et dans les hôpitaux et les cliniques les plus prestigieux, on accepte désormais que des patients qui vont subir des chimiothérapies par exemple, fassent appel à leurs « guérisseurs». Des personnes qui vont simplement « penser », se concentrer, sur la personne souffrante. Et le miracle se produit…des lésions sont guéries en un temps records…

Miracle ou technologie ?

Justement, qu’est ce qu’un miracle? Ce que nous qualifions de miraculeux, ou de paranormal, ce sont des phénomènes que nous constatons, mais que nous ne parvenons pas à expliquer. Ou pas encore…A partir du moment où nous pouvons l’expliquer, le miraculeux cesse de l’être, ou d’être paranormal. Le miracle devient -scientifiquement- compréhensible, et il s’appelle technologie, ou théorie. Les recherches fusent partout dans le monde, des équipes de chercheurs se mettent à «mesurer» quelque chose qui existe, d’ores et déjà. Et même si certains restent sceptiques, notre culture étant très cartésienne, une bonne partie de chercheurs sont convaincus que oui la prière guérit, oui penser à quelqu’un qui a une blessure par exemple, ou qui est sur le point de subir une chimio… peut lui éviter les brûlures relatives à cet acte. Et ce même en étant à des centaines ou milliers de kilomètres. L’énergie ou l’onde dont il est question, se propage à une vitesse extraordinaire. Et nous ne sommes qu’au début d’une nouvelle ère peut être…