Le no-poo : Simple tendance ou solution miracle pour des cheveux en bonne santé ?

Publié le
No-poo pour la santé des cheveux

Nos cheveux, on les adore. On a n’a de cesse de chercher le nouveau truc pour pouvoir encore plus les chouchouter. Mais c’est vrai aussi qu’on a tendance à un peu les oublier en été. Et très vite, entre la séance bronzette du matin, le ploof dans la piscine et le brushing pour la soirée, ils ont vite fait de montrer des signes de fatigue.

par

Et si la solution était un passage au no-poo ?

Qu’est-ce que le no-poo ?

Cette pratique nous vient directement des Etats Unis. Elle tient son nom de la contraction de deux mots : no shampoo, qui, très vite, sont devenus no-poo, bien plus sympa comme nom ! « No shampoo », c’est donc assez clair, il s’agit de se passer de shampoing. Attention, cela ne veut pas dire que l’on va laisser la crasse envahir notre si jolie tignasse ! Mais plutôt que l’on va essayer divers produits bien plus doux pour nous laver les cheveux.

Pourquoi penser au no-poo ?

Certaines d’entre nous sont surement satisfaites de leurs produits capillaires, mais d’autres ont certainement remarqué que leur cheveux regraissent de plus en plus vite, que ce produit si efficace a tendance à l’être de moins en moins avec le temps ou encore que leur cuir chevelu est devenu sensible. Le coupable de tous ces dégâts ? Le shampoing ! Avez-vous déjà jeté un coup d’oeil sur la liste des ingrédients ? Ce n’est pas pour rien que s’est écrit en tout petits caractères ! D’ailleurs, bien des ingrédients sont aujourd’hui pointés du doigt du fait de
leur origine synthétique et des multiples effets négatifs sur la peau : agent moussant, conservateurs, tensioactifs : que de produits chimiques dont on ne sait finalement pas grand-chose et qui, même s’ils arrivent à donner un bel aspect à nos cheveux, ne nous veulent pas forcément du bien ! En effet, la majorité des tensioactifs contenus dans nos shampoings sont irritants pour la peau et les muqueuses et peuvent même être responsable de la chute des cheveux voire de l’apparition d’allergies.

Des tensioactfis irritants

Parmi les principaux coupables on peut citer les sels d’ammonium et le Sodium Laureth Sulfate (SLS). Ce dernier étant tout en haut de la liste des ingrédients (c’est-à-dire aussi le premier en termes de quantité). Leur rôle principal est de laver le cheveu et ils ont l’avantage de ne pas être coûteux et bien moussants. En effet, ils ont la particularité de pouvoir se lier aux substances grasses tout en étant solubles dans l’eau. Leur inconvénient majeur est qu’ils se trouvent être très irritants pour la peau et le cuir chevelu. Pour exemple, on retrouve le Sodium Laureth Sulfate dans plusieurs détergents industriels !

Et si on se mettait au no-poo ?

Passer du shampoing classique au no-poo peut sembler être une entreprise tout ce qu’il y a de plus facile, or ce n’est pas vraiment le cas. Ceci est dû principalement à deux raisons. La première est que la plupart des shampoings contiennent des produits qui forment un voile sur le cheveu lui donnant un aspect soyeux et brillant (c’est le cas du silicone). Lorsqu’on arrête d’utiliser ce shampoing ou même qu’on en change, c’est ce voile qui va partir, révélant ainsi nos cheveux nus. Ces derniers étaient étouffés, ils se révèlent alors dans leur véritable état : fatigués et en souffrance puisqu’en manque d’air (c’est pour cela d’ailleurs qu’il ne faut pas juger un produit à sa première utilisation, celle-ci ne servant en fait qu’à balayer l’action de son précédent). Arrêter tout produit d’un coup net reviendrait dont à accepter de passer des semaines avec des cheveux raplala et en piteux états ! La deuxième raison qui fait que l’on ne peut pas passer directement au no-poo est du fait de ces fameux tensioactifs. Ces derniers étant irritants, font que notre cuir chevelu a pris l’habitude de régresser bien trop vite pour se protéger. Là encore, si on arrête le shampoing d’un coup, on va se retrouver avec les cheveux et le cuir chevelu super gras ! Et ce n’est pas ce qu’on veut ! Il faut donc laisser le temps à nos cheveux de se désintoxiquer et de se réhabituer petit à petit à une vie saine. On commence donc par espacer les shampoings, et ce afin de laisser le temps au cuir chevelu d’apprendre à s’autoréguler. Ce n’est qu’après que l’on pourra réellement se mettre au no-poo.

Comment on fait ?

La méthode la plus simple est de troquer son shampoing contre son après-shampoing (de préférence sans silicones !) ! Eh oui, l’après-shampoings a bien des vertus, mais ce qu’on sait moins c’est que le nettoyage en fait partie ! Il a aussi l’avantage non négligeable de contenir bien moins d’agents irritants pour la peau et d’être bien plus doux. On commence donc par mouiller ses cheveux comme si on allait les shampouiner, et on applique une noisette d’après- shampoing sur le cuir chevelu et l’arrière de la tête. On masse du bout des doigts, comme pour un shampoing normal, et on rince !

Le no-poo : des idées à la pelle

A part l’idée de l’après-shampoing, il existe une multitude de possibilités pour celles qui veulent se lancer dans le no-poo, et ce en fonction de ce qu’elles recherchent. Les alternatives naturelles les plus connues sont la pâte de bicarbonate et eau, le rassoul mélangé au vinaigre de cidre, et pour les plus courageuses qui ne craignent pas de sentir l’oeuf ; le mélange oeuf-vinaigre de cidre-cannelle. Pour toutes ces méthodes et bien d’autres, la technique reste généralement la même : sur cheveux mouillés, on masse délicatement le cuir chevelu (c’est lui qui sécrète le sébum et qui a donc besoin d’être nettoyé). On laisse reposer quelques instants (la durée est variable, le rassoul prendra plus de temps puisqu’il doit sécher). On finit par rincer à grandes eaux. Le produit en glissant le long de la chevelure la nettoiera et la nourrira.

Les inconvénients du no-poo

Les avantages, on en a parlé : des cheveux en meilleure santé, un porte-monnaie heureux. Qu’en est-il des inconvénients de cette méthode ? La première est claire : ça prend du temps pour pouvoir se passer réellement de produits du commerce. Et il ne faut pas espérer obtenir les mêmes résultats bluffant qu’avec ces derniers. Enfin, si vous vous décidez à vous y mettre, vous allez certainement passer par bien des mélanges avant de trouver celui qui vous convient ; en termes de rendu, de toucher, et d’odeur ! Parlant de ce dernier point, pour celles qui sont accros aux parfums industriels tous plus gourmands les uns que les autres, le passage risque d’être dur dur !
Mais on peut se dire qu’au final passer au no-poo, c’est un travail sur le fond et une manière d’investir sur le long terme.