Etre une Femme

La protection solaire hiver comme été

Publié le
La protection solaire hiver comme été

Pour de nombreuses personnes, protection solaire rime avec été, soleil et plage. Néanmoins, qu’il soit en saison estivale, printanière, automnale ou hivernale, le soleil brille et ses rayonnements UV peuvent atteindre la peau et l’épiderme.

par Houda Gharbi

Face à ce constat, il est de plus en plus recommandé de protéger sa peau contre les rayons UVA et UVB en utilisant une protection solaire tout au long de l’année.

Des UVA et des UVB pendant toute l’année

Au fil des mois et des jours, tout au long de l’année, la peau est exposée aux rayonnements des UVA et des UVB qui ont des impacts différents sur l’épiderme. 95% des rayons ultraviolets sont des UVA et 5% des UVB. Néanmoins, les UVA longs représentent plus de 75% du rayonnement total qui atteint la surface de la Terre. Sans nous en rendre compte, nous sommes donc quotidiennement touchés par ces rayons. On parle alors d’ « exposition passive » et cette dernière peut s’avérer tout aussi dangereuse pour la peau et l’épiderme qu’une exposition directe au soleil.
Les UVA ont la capacité de traverser le verre et les nuages et peuvent atteindre les couches les plus profondes de l’épiderme, le derme. Plus particulièrement, les UVA longs sont présents tout au long de l’année aussi bien par beau temps que temps couvert. Ces derniers peuvent toucher le coeur du derme et peuvent être à l’origine de dégâts cutanés importants. Les UVA sont aussi à l’origine des allergies solaires, ils accélèrent le vieillissement prématuré de la peau et favorisent l’apparition des tâches pigmentaires.
Les UVB, quant à eux, atteignent les couches superficielles de l’épiderme. Ils sont notamment responsables du bronzage de la peau et des coups de soleil provoqués par une longue exposition au soleil.

Tous inégaux face au soleil

La sensibilité au soleil varie d’une personne à l’autre. Pour déterminer le degré de sensibilité de chaque personne, plusieurs facteurs entrent en compte : le type d’ensoleillement (modéré ou extrême), le temps passé au soleil ainsi que le phénotype, ou autrement dit, le type de peau.
C’est généralement durant l’été, au bord de la plage, ou l’hiver, à la montagne, que la peau est soumise à une exposition extrême. La pratique d’une activité en plein air, un déjeuner au soleil sont plutôt considérées comme des expositions non intentionnelles au soleil et à son rayonnement UV.
À ce type d’exposition s’ajoute également une exposition quotidienne ou passive aussi bien en extérieur qu’à l’intérieur, vu que certains UV ont la capacité de traverser les vitres.
La qualité de la peau, la sensibilité, l’avancement du vieillissement cutané sont d’autres facteurs qui déterminent l’intensité de l’impact du soleil sur la peau, alors qu’une surexposition au soleil peut avoir des conséquences irréversibles tel que le cancer cutané.

Se protéger du soleil dès la plus tendre enfance

Pour se préserver des méfaits du soleil, les dermatologues sont unanimes : il faut commencer à se protéger contre le soleil dès l’enfance. En outre, le soleil a un impact plus important sur la peau des enfants, d’où la nécessité d’adopter les réflexes de la protection solaire dès le plus jeune âge. En effet, la peau des enfants est plus fragile que celle des adultes, car beaucoup plus fine.
Contrairement aux adultes, elle n’a pas encore l’habitude du soleil.
Nous disposons tous d’un capital solaire, une certaine résistance innée au soleil qui permet de se protéger contre une certaine quantité de rayons UV. Il faut préserver ce capital solaire dès l’enfance, car cette « réserve » diminue et le corps perd alors petit à petit sa capacité à réparer les dommages occasionnés par le soleil et les rayons UV. Dans cette optique, moins un enfant est exposé au soleil, plus longtemps il pourra conserver son capital solaire. Une protection solaire adaptée reste la solution la plus pertinente pour protéger les enfants dès leur plus jeune âge.

Des règles simples à respecter pour bien se protéger du soleil

Pour prévenir les méfaits et les dommages causés par le soleil, il existe des règles très simples à respecter, des réflexes solaires que chacun peut intégrer très facilement :
– parce que les rayons ultraviolets sont plus dangereux entre 12h et 16h, il est vivement recommandé d’éviter l’exposition au soleil pendant ces plages horaires et plus particulièrement l’exposition des jeunes enfants.
– les enfants doivent impérativement rester à l’ombre et éviter une exposition directe au soleil. Les dermatologues s’accordent d’ailleurs sur le fait que les enfants âgés de moins de 3 ans ne doivent pas du tout être exposés au soleil.
– Au soleil mieux vaut rester couvert, il est donc recommandé de privilégier le port de vêtements opaques, d’un chapeau et de lunettes de soleil même en bord de mer.
– Même si elle est décrite comme résistante à l’eau, l’application d’une crème solaire doit être renouvelée toutes les deux heures. Et il ne faut oublier d’en appliquer de manière suffisante sur le cou, les oreilles et même sur les pieds.

Quel indice de protection pour quelle utilisation ?

S’il est important de se protéger tout au long de l’année contre le soleil, il est tout aussi important d’adapter sa protection solaire à son utilisation et à son exposition. En hiver, en ville, une protection solaire avec un indice SPF15 est suffisante. Même si beaucoup de BB crèmes, de crèmes de jour et de fonds de teint contiennent un filtre solaire, l’effet escompté n’est pas le même qu’une protection solaire. Pour combiner maquillage et protection solaire, il suffit d’appliquer son écran solaire avant le fond teint. Il existe, d’ailleurs, des protections solaires teintées, mais encore faut-il trouver la teinte qui convient à sa carnation. En plus du SPF qui protège contre le rayonnement des UVB, il faut privilégier une protection solaire avec un indice PPDA pour
protéger également la peau contre les UVA et notamment les UVA longs. Et en été, il faut plutôt choisir une protection avec un SPF 50+ pour une protection optimale.