Etre une Femme

Syndrome de la mère poule : Quand l’amour tourne à l’obsession

Publié le
Syndrome de la mère poule : Quand l’amour tourne à l’obsession

Quand on est mère, on fait instinctivement des enfants une priorité, on vielle à ce qu’ils aient la meilleure vie possible, à ce que rien ne leur arrive, et on se donne à fond pour que leur vie soit parfaite. A force de vouloir tout bien faire, quelques mamans tombent dans l’angoisse, l’inquiétude et la peur. La peur de ne pas être une bonne mère, la peur de ne pas être à la hauteur de l’idéal que la maman se fixe.

par Motaz Chourou

Cette angoisse démesurée peut mener à la surprotection et à l’obsession au point d’attraper ce qu’on appelle le syndrome de la mère poule, ou « quand les enfants deviennent les victimes de leurs propres mères ».

Qu’est ce qu’une mère poule ?

Une mère poule est une mère possessive, anxieuse, hyper protectrice et inquiète. C’est une mère constamment angoissée et dont l’angoisse augmente à fur et à mesure que l’enfant grandisse et prenne de l’autonomie, car naturellement, une maman a tendance à amplifier et à exagérer les risques et les dangers du monde extérieur.
Lorsque l’enfant demande de l’autonomie, la mère poule considère cela comme une agression émotionnelle.
Dès qu’elle perd son enfant de vue, elle commence à paniquer et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle préfère le garder prés d’elle pour être sure qu’il n’est exposé à aucune situation difficile susceptible de l’affecter physiquement ou émotionnellement.

Pourquoi devient-on une mère poule ?

Il n’y a pas une cause exacte capable d’expliquer pourquoi certaines femmes souffrent plus que d’autres du syndrome de la mère poule, mais il y a une multitude de facteurs qui peuvent déclencher ce syndrome.
Une enfance difficile : Ce syndrome pourrait s’expliquer par le vécu de la mère, la souffrance vécue au cours de son enfance, une enfance négligée, délaissée qui la pousse à devenir une mère poule afin de compenser ce vide émotionnel et de rattraper inconsciemment sa propre enfance ou pour éviter que ses enfants aient une enfance comme la sienne.
Un couple déséquilibré : Parfois, le déséquilibre du couple ou éventuellement le divorce poussent la mère à trouver de la consolation chez ses enfants. Ces parents souvent insatisfaits de leur situation conjugale, surinvestissent dans leur progéniture pour compenser les défauts de leur couple.
Une grossesse précieuse : Certains spécialistes expliquent d’ailleurs qu’une femme est plus apte à devenir une mère poule lorsqu’elle a eu son enfant suite à des difficultés (prématurés, par procréation médicalement assistée…).
Un enfant vulnérable : Certains enfants sont plus vulnérables et plus fragile que d’autres, il pourrait avoir des problèmes de santé dès la naissance, ou avoir des problèmes d’apprentissage ou des difficultés scolaires, ce qui pourrait pousser la mère à doubler les efforts au point de tomber dans la surprotection et de devenir une mère poule.

Quelles-en sont les conséquences sur les enfants ?

L’environnement surprotectionniste a des répercussions négatives directes et indirectes sur les enfants, qui varient d’un enfant à un autre, selon la personnalité et les expériences.
1- Le rôle des parents est d’accompagner leur enfant dans la vie sans le frustrer. Tout enfant a le droit d’expérimenter la vie à sa façon. Il doit essayer, rater, expérimenter, vivre de nouvelles aventures afin de réussir, de découvrir le monde et de reproduire à nouveau ce qu’il a appris. La découverte de l’environnement physique ou social se construit progressivement à travers les essais et les erreurs, la surprotection détraque ce système d’expérimentation et produit l’effet inverse, l’enfant serait alors psychologiquement immature face au monde compétitif.
2- La surprotection développe également chez l’enfant une image minimaliste et dévalorisée de lui-même, il aura tendance à se sentir fragile et incapable vu qu’il est constamment protégé par sa mère, l’enfant perd toute confiance en lui, ce qui peut avoir des répercussions néfastes sur sa psychologie, sur l’estime de soi, sur sa socialisation et sur son avenir.
3- L’hyperprotection est susceptible aussi d’alimenter une rébellion de la part de l’enfant vis-à-vis des parents et de la société, en effet étouffés et conditionnés par une ultra-protection. Dès qu’ils grandissent, les enfants se rebellent pour se libérer des chaines imposées par des parents protecteurs, notamment lorsqu’ils découvrent que les autres enfants sont plus libres et plus autonomes qu’eux.
4- L’enfant peut se refermer encore plus sur lui-même en évitant toute relation avec autrui pour sombrer exclusivement dans une relation maternelle ce qui développe une dépendance maternelle et des problèmes de croissance émotionnelle et des difficultés à mûrir.

Ne paniquez pas ! Il n’est jamais trop tard pour se rattraper et trouver des solutions pour que votre enfant n’ait pas à subir ces conséquences.

Vers la guérison

Lorsque la mère poule se remet en question et acquière la motivation et la volonté de changer, elle peut tenter de se mettre à la place de l’enfant. Elle comprendra que l’enfant doit découvrir seul son environnement afin de s’adapter aux différentes situations auxquelles il sera confronté.

Voici quelques conseils pour remédier au syndrome de la mère poule.
1- évitez de trop regarder les news concernant les dangers que court l’enfant, les informations à la télévision sur les enlèvements, les viols, la torture et les maladies, et tout ce qui pourrait faire frissonner les mères qui vont
essayer de protéger leurs enfants du monde extérieur.
2- Commencez par vous donner des petits défis au quotidien tel que laisser un autre adulte prendre soin de votre enfant et l’observer lorsqu’il joue, vous pourrez ainsi prendre conscience de ses forces et de ses capacités.
3- Encouragez votre enfant à explorer, à prendre l’initiative, à affronter des défis réalistes et à prendre des risques sains en accord avec son âge, ainsi il sera plus heureux et il fier de vous montrer ce qu’il peut faire tout seul !
Il est normal de continuer à poser des interdits comme jouer avec le feu, mais en lui autorisant d’autres expériences, n’oubliez pas d’élargir les limites du cadre de l’autonomie au fur et à mesure que votre enfant grandisse.
4- Lâchez la surprotection progressivement, un changement radical et soudain pourra perturber l’enfant et le laisser perplexe. Accordez lui petit à petit quelques libertés en lui expliquant ce qui est interdit et ce qui ne l’est pas. Essayez de le responsabiliser, votre enfant va comprendre ce qu’il doit faire et ce qu’il ne doit pas faire. Il sera plus épanoui, à l’aise et libre et vous découvrirez jusqu’à quel point est-il capable d’assumer sa responsabilité.
5- Faites-vous plaisir au lieu d’être pendu au bien-être et aux désirs de votre enfant, les mères surprotectrices passent la majorité de leur temps à surveiller leurs enfants, et ce au détriment de leur vie de couple et de leur bien-être. Il est temps de rattraper le temps perdu, de s’occuper de vous même, de vous concentrer sur votre couple et de trouver des solutions à vos problèmes.
6- Au cas où vous échouez après plusieurs tentatives, vous pouvez toujours consulter un spécialiste qui est peut apporter une aide professionnelle, des conseils et des remèdes contre l’anxiété.