Mes Gosses

Mon bébé à la gastro, je gère !

Publié le
Mon bébé à la gastro, je gère !

La gastro-entérite, communément appelée gastro est l’enfer de toutes les jeunes mamans. En effet, les bébés y sont extrêmement sensibles, et ce jusqu’à l’âge de 2 ans. Il ne vous reste qu’une seule chose à faire les mamans : armez-vous de patience !

par Myriam Bennour Azooz

Qu’est-ce que la gastro ?

Le moins que l’on puisse dire de la gastro, c’est qu’elle est impressionnante, surtout lorsque votre tout jeune bébé est touché et que vous êtes vous-même un parent peu expérimenté. Elle se caractérise généralement par des vomissements, de la diarrhée et une fièvre qui peut être élevée. Le coupable ? La gastro peut être d’origine bactérienne ou virale. Si c’est le premier cas, il s’agit de bactéries qui infectent les intestins, empêchant ces derniers de fonctionner correctement. Pour le second cas, le virus le plus courant est le rotavirus. Pour ce qui est de la transmission, elle est la même pour les deux formes, et se fait par contact, que ce soit avec les selles, la salive ou même les mains et les objets qui ont été contaminés.

L’hygiène : votre allié pour la santé de votre bébé

La meilleure prévention contre la gastro entérite est l’hygiène ! Et encore ! Car même en étant super prudent, vous ne pouvez éviter de passer par la case gastro ! Mais au moins, elle sera plus rare et peut être même moins virulente. Il faut savoir que le virus responsable de la gastro est assez résistant. Il est en effet capable de survivre autant sur les meubles que sur les différents objets et ce durant plusieurs jours. Il reste aussi présent dans les selles jusqu’à deux semaines après le début des symptômes ! Et pour couronner le tout, la plupart des désinfectants et des savons n’ont pas raison de lui. Heureusement qu’il existe les solutions hydro-alcooliques qui, elles sont plus efficaces !

L’allaitement : le meilleur des traitements

Certaines mamans, face aux vomissements répétés de leur petits, cessent de l’allaiter, pensant ainsi qu’il vomira moins. Ceci est une grave erreur ! En effet, l’allaitement est avant tout d’un réconfort sans limite pour le bébé. Ce dernier se sent mal, est fatigué et patraque, tout en ne comprenant pas ce qui lui arrive. Le moment de la tété est alors pour lui source d’apaisement et de soulagement. C’est un repère tout ce qu’il y a de plus rassurant pour lui. Au-delà de cela, des recherches réalisées ces dernières années, vont vers l’hypothèse que le lait maternel
contiendrait les anticorps du virus qui touche le bébé. Comment est-ce possible ? Les chercheurs partent du principe que si le bébé a été exposé à un virus, la mère l’a été tout autant. Etant plus résistante, elle peut très bien ne développer aucun symptôme et son corps fabrique des anticorps, qui s’évacuent dans les selles. C’est le mécanisme normal d’un corps adulte face à une infection. Mais lorsqu’une mère est allaitante, une partie des anticorps se déplaceraient vers les glandes mammaires. C’est du moins la thèse avancée ces dernières années. Ce qu’on en pense, que ce soit avéré ou non, c’est que le fait est là : l’allaitement répond à bien des besoins du bébé, et ce tant sur le plan physiologique qu’émotionnel. Autant ne pas en priver son petit bout, à fortiori pendant un moment de fragilité !

Une maison aérée : c’est une nécessité

On peut avoir tendance, lorsqu’un membre de la famille est malade, de ne pas ouvrir les fenêtres, de peur d’exposer un corps déjà fragilisé, à davantage de virus, ou comme disent nos grand-mères « qu’il prenne froid ». Or, c’est tout le contraire ! L’aération contribue pour beaucoup à l’élimination du virus ou de la bactérie, bref des germes en général ! Saviez-vous que lorsqu’on parle de pollution en général, l’air intérieur est bien plus impacté que l’air extérieur, et ce même en plein centre ville (même avec ce qu’il contient de particules en suspension) ? En effet, c’est en renouvelant l’air intérieur que l’on peut mieux se débarrasser de « la maladie ». Bien sûr, si l’on veut éviter tout risque, on déplace le bébé dans une autre chambre lorsqu’on ouvre les fenêtres de celle où il a dormi et vice versa, autant ne pas l’exposer aux courants d’air (surtout s’il a de la fièvre).

Température élevée et déshydratation : les grands dangers

Les principaux symptômes de la gastro-entérite étant les vomissements et la diarrhée (ou du moins des selles bien plus fréquentes qu’à l’accoutumée), le bébé touché perd beaucoup de liquides. Il est donc fortement exposé à la déshydratation. Celle-ci est, comme nous le savons tous que trop bien, très dangereuse pour les tous petits. L’idée est donc de lui donner à boire autant que possible (et ce, même s’il vomit, mais le médecin vous prescrira probablement un antivomitif), de ne pas trop le couvrir et de le maintenir dans un endroit où la température est moyenne. D’ailleurs l’hydratation entre en ligne de compte lorsqu’il s’agit de contrôler l’élévation de la température. Plus vous le maintiendrez bien hydraté, mieux il pourra lutter contre la fièvre. Sinon, il y a toujours l’astuce du bain à 2°C de moins que celle du bébé.
ATTENTION : le bain froid ou tiède est à proscrire !
Pour limiter les risques de déshydratation, il est aussi possible d’agir sur la déperdition de liquides par les selles. Il est rare que le médecin prescrive des anti-diarrhée, car c’est une voie privilégiée d’élimination de
l’infection. Il est donc préférable de miser sur des astuces dites naturelles et ce par le biais d’une alimentation
sélectionnée. On sait que certains aliments ont des vertus diurétiques, d’autres constipantes. Pour les premiers, il s’agit des produits laitiers et des légumes verts par exemple. Pour les seconds, on parle de la pomme (en compote pour les moins d’un an), de la banane, mais aussi de l’eau de cuisson de la carotte et du riz.

Une maman en forme pour un bébé vite guéri

Avec un petit bébé malade, qui dort à peine la nuit du fait de la gêne ressentie, qui rejette tout ce qu’il mange, et qui fait des pics de fièvre, une maman ne connait pas de repos. Si l’on ajoute à cela le fait que, pour éviter de jouer les prolongations avec cette vilaine gastro on fait machine sur machine (pour désinfecter les vêtements,
les draps et les jouets qui ont été en contact avec les fluides infectés), on obtient une maman éreintée qui risque, elle-même de tomber malade. Très mauvais plan ! Il faut donc penser à se reposer en dépit de la quantité de travail et de l’inquiétude. Plus facile à dire qu’à faire diront la majorité des mamans…
Ce qu’il faut, c’est garder en tête une phrase toute simple « Un bébé en bonne santé, ça passe aussi par une maman reposée ! »