Mes Gosses

Bébé à table : Doucement le changement

Publié le
Bébé à table : Doucement le changement

Au début c’est simple comme bonjour, que ce soit au sein ou au biberon, bébé ne carbure qu’au lait. C’est après, entre 4 mois 1/2 et 6 mois que cela se corse. La diversification alimentaire du nourrisson devient alors pour certaines un casse-tête.

Bien que ce soit une étape naturelle dans le développement du petit être, les idées préconçues, les mauvais réflexes, les conseils tous azimuts de proches souvent pas très éclairés rendent le passage à l’alimentation solide complexe voire dangereuse.
Les conséquences d’une mauvaise diversification ne sont pas anodines; non seulement, les allergies alimentaires se multiplient, l’immunité des nourrissons baisse mais la situation est même devenue aujourd’hui dans notre pays un problème de santé publique.

Livret Santé, vous guide sur le chemin de la diversification alimentaire… 1, 2, 3, partez !

À partir de 4 mois

Jusqu’à 4 mois au plus tôt et mieux encore jusqu’à 6 mois, vous ne lui donnez que du lait, de l’eau pour la soif et c’est tout ! N’écoutez ni belle-mère, ni amies qui vous diraient le contraire.

A partir de 4 mois, vous pouvez commencer à introduire une fois par jour, au goûter par exemple des petites compotes de fruits cuits sans sucre. Evitez d’abord les fruits rouges, urticants, mais privilégiez la pomme, la poire, la banane, le coing en petite quantité.

Puis, vers 5 mois, vous pouvez introduire quelques céréales sans gluten (1 cuillère à soupe de produits spécialisés pour bébés) dans un biberon par exemple, et essayez de lui faire goûter des petites purées de légumes simples comme les pommes de terre/carottes.

À partir de 6 mois

C’est vraiment là que tout commence, bébé passera de 6 à 5 puis 4 repas par jour avec des quantités plus importantes au repas. Petit à petit, on introduit des laitages (petits-suisses, yaourts, fromage blancs), de la viande et du poisson moulinés bien sûr dans une petite purée de pommes de terre (un seul d’entre eux par jour) ou du riz mixé.

Pas de sucre, pas besoin non plus d’ajouter du sel ou des matières grasses, votre enfant ne sera pas plus intelligent mais juste plus gros et prédisposé à des problèmes alimentaires si vous ne respectez pas ces consignes. Le poisson blanc de préférence et la viande maigre évidemment.

Le tout en petites quantités (2 cuillères à café maximum) avec un apport encore majoritaire en lait (500 ml/jour). Pas encore de féculents, à base de farine complète de préférence pour l’apport en fer, qui seront introduits à partir du 7ème mois.

Les légumes, cuits à l’eau ou à la vapeur, mixés peuvent être donnés en purée ou en soupe dans le biberon. Si votre enfant est réfractaire, commencez par une cuillerée dans son lait au déjeuner, puis ajoutez de plus en plus de légumes dans le biberon en diminuant en même temps la quantité de lait.

Privilégiez les légumes frais, peu fibreux, aux saveurs douces : carottes, haricots verts, poireaux (le blanc), épinards, potiron et courgettes (épépinée et sans peau) mélangés la première fois avec une cuillère de pommes de terre pour lier et ne pas trop perturber bébé.

À partir de 8 mois

Vous pouvez donner à bébé des recettes simples, des fruits crus mûrs ou mixés comme les pêches, les abricots, les fraises etc. Idéalement, à ce stade votre enfant devrait faire 4 repas par jour : 2 repas diversifiés et 2 tétées ou biberons avec du lait 2ème âge. Sauf avis contraire du médecin, l’œuf peut être introduit, d’abord le jaune d’un œuf dur, puis le blanc si le jaune a bien été toléré.

À partir d’un an

Ça y est, votre enfant peut manger des recettes plus complexes, des œufs, et veut goûter votre nourriture.

Veillez juste à respecter un bon équilibre alimentaire, bannissez encore et toujours les sodas, les aliments très sucrés, trop gras et trop forts en goût qui peuvent le rebuter.

Pas de gras !

Non, on ne donne pas des frites, de mayo ou de ketchup à un bébé de 10 ou 13 mois même s’il a l’air d’aimer ça, et encore moins des sodas et des sucreries, sinon, on ne s’étonnera pas qu’il ait des problèmes d’obésité.

Ne cuisinez pas ses aliments dans le gras, en revanche, vous pouvez mettre une toute petite noisette de beurre frais ou quelques gouttes d’huile d’olive dans la purée de votre enfant, car il a quand même besoin d’un apport en matières grasses.

Doucement le changement !

Pour bébé tout est nouveau, les goûts mais aussi les textures en bouches, la cuillère, le toucher (oui inévitable car toucher la nourriture fait partie du développement psychique normal du nourrisson).

Et chaque découverte sollicite beaucoup d’énergie, ne cumulez donc pas tout en même temps, introduisez les éléments nouveaux progressivement (un nouveau goût par semaine par exemple, surtout si votre enfant est difficile) pour que bébé ait le temps de s’habituer.

Ne pas introduire de nouveau goût la nuit, bébé a besoin d’être rassuré et pas stimulé avant de dormir.

Attention ! N’attendez pas trop longtemps pour passer à la diversification alimentaire car votre enfant risque alors de refuser tout simplement tous les autres goûts et textures que vous lui proposerez avec à la clé, pour certains, de véritables phobies alimentaires.

Vive les produits maison !

Certes quand on travaille on n’a pas toujours le temps de cuisiner, mais franchement 1 pomme de terre + 1 carotte et 1 cuillère à soupe de viande ou poisson c’est vite cuit. Si vous respectez les consignes, rien ne vaudra une purée ou une compote maison.

N’oubliez pas que la diversification alimentaire est un apprentissage nécessaire de la nutrition mais pas que, il s’agit aussi d’éveiller votre petit au goût, à la couleur, à la texture, de lui faire partager l’envie et le plaisir de manger.

C’est aussi le meilleur moyen d’assurer à votre enfant une alimentation variée et équilibrée qui éloignera les risques d’obésité précoce.

Si vous n’avez vraiment pas de temps à consacrer à la réalisation des petits plats de bébé, optez alors pour les petits pots préparés « spécial bébé », car s’ils sont plus chers ils sont aussi parfaitement contrôlés et équilibrés. La diversification alimentaire sera tout aussi efficace.