Mes Gosses

Propreté : Comment apprendre à mon enfant la propreté

Publié le
Propreté : Comment apprendre à mon enfant la propreté

Mission impossible pour beaucoup de mamans, retirer la couche de bébé fait peur ! La propreté de bébé n’est pas une mince affaire ! On pense à tous les ennuis, il va faire pipi n’importe où ! Je vais devoir nettoyer tout le temps et laver les draps tous les jours! Rassurez-vous, retirer la couche de bébé n’est pas mission impossible. Voici quelques clés pour vous aider.

par Sondes Khribi Khalifa

Ahhh la propreté !

On vous l’a déjà dit à la porte du jardin d’enfants : « Ah désolée madame, on ne prend qu’un enfant propre. Il faut qu’il soit propre d’abord ». Sous-entendu qu’il ne porte plus ces couches si pratiques qui permettent à maman de respirer un peu.

Vers deux ans, commence alors l’apprentissage de la propreté. Ce n’est pas une tâche facile si vous voulez faire vite, ce sera plus facile si vous vous armez de patience et que vous laissez le temps au temps. Deux clés pour vous aider : le besoin d’élimination est un des besoins fondamentaux de bébé. Celui-ci communique dès ses premiers jours avec ses parents, y compris sur ce besoin d’élimination….

Bébé vous parle, apprenez à écouter

Retirer la couche n’est plus mission impossible si vous prenez conscience que bébé communique. Il vous parle en effet tout le temps. Il ne parle pas avec des mots, naturellement, c’est une communication préverbale, il vous parle avec des signes, des sons, des regards, etc. 
Il faut savoir que bébé communique dès ses premiers jours, il communique concernant tous ses besoins essentiels : besoin de manger, d’amour et de proximité, besoin d’éliminer aussi….Bébé manifeste ses envies par divers petits signaux que la maman attentive comprend très bien, elle sait alors quand il a faim, et elle sait quand il suffit de lui faire un petit câlin.
Essayez donc de consacrer plus d’attention à votre enfant. Etre présente ne signifie pas que vous communiquez, il faut que soyez disponible. Si vous êtes près de lui mais en train de regarder les messages FB sur la tablette, vous n’êtes pas réellement près de lui, et il le sait. L’enfant demande à sa mère une chose essentielle, la disponibilité.

Les signes… qui ne trompent pas !

La clé de la réussite de cette entreprise de l’éducation sphinctérienne est de bien communiquer avec son enfant, d’être attentif à son comportement, aux signaux qu’il peut émettre. Vous avez certainement déjà remarqué que votre enfant se concentre, dans un coin, rougit un peu, ou fait des grimaces, ou encore émet un léger soulagement quand il a terminé l’opération. Au lieu de l’observer tendrement dans ces moments, adressez-vous à lui, et proposez-lui de faire ses besoins ailleurs. Proposez-lui de venir vous le demander dès que l’envie se ressent et achetez-lui un joli pot.
Bien sûr que ce ne sera pas gagné du premier coup, mais à force de répétition et de patience, vous y arriverez. Au bout d’un moment, vous verrez votre enfant se diriger vers les toilettes de lui-même, car il aura appris à maîtriser ses propres muscles. Ce sera sa fierté ! Ne manquez pas de valoriser cet effort gigantesque pour lui.

Vous avez déjà entendu parler d’hygiène naturelle ?

Si vous n’avez pas déjà entendu d’hygiène naturelle sachez que la plupart des enfants de cette planète, ne portent pas de couches. Eh oui. Ils sont éduqués à l’hygiène naturelle, autrement dit, ils ont appris très tôt à manifester (d’une façon ou d’une autre) leur besoin d’éliminer, la maman va mettre son enfant au pot alors. 
Force est de constater que mettre une couche à un nouveau-né, c’est l’habituer, le conditionner, à accepter d’avoir les fesses mouillées de son urine, et ses selles écrasées pendant des heures parfois. L’éducation sphinctérienne, ou l’apprentissage de la maîtrise des muscles qui permettent l’élimination, est donc d’autant plus difficile que l’enfant aura grandi  avec ce conditionnement initial de la couche.
Si vous êtes encore enceinte, pensez à cette alternative naturelle et très saine. Renseignez-vous auprès de votre grand-mère qui vous dira probablement que l’hygiène naturelle était la chose la plus naturelle à son époque et que cela n’était pas si difficile à gérer. Il faut juste que la maman soit disponible.

Si vous comptez opter pour l’HNI plutôt que pour les couches, sachez que cela évitera à votre bébé d’avoir du plastique et du coton sur la peau tout le temps, que cela lui évitera les irritations. Sachez également que vous allez contribuer à la protection de l’environnement et que vous allez économiser sur les dépenses infinies de couches. Sachez aussi que l’auto-éducation sphinctérienne est beaucoup plus facile quand bébé est tout petit, et que vous n’aurez pas à souffrir du pipi au lit pendant les années après l’apprentissage de la propreté. Mais surtout, sachez que cela renforcera la communication entre vous et votre enfant.