Mes Gosses

Poux : Comment s’en débarrasser?

Publié le
Poux : Comment s’en débarrasser?

Elèves assidus, les poux ne sont jamais en retard pour la rentrée. Petite bébêtes ô combien tenaces, chaque année, c’est pareil, que veulent-ils ? Peut-on les éviter et comment s’en débarrasser ? Attention démangeaisons en vue.

par Rim Sassi

Vos papiers, les poux, s’il vous plaît

Le pou, nommé également Pediculus humanus capitis, est un insecte parasitaire hématophage, c’est-à-dire qu’il se nourrit de sang (environ toutes les 6 heures) à l’aide de sa trompe qu’il plante dans le cuir chevelu. De 2 à 4 mm à l’âge adulte, de couleur brune à grisâtre, il rampe sur la tête et s’accroche à la racine des cheveux à l’aide de ses 6 pattes. Le pou a une prédilection pour les endroits humides et chauds de votre tête, à savoir, au niveau de l’occiput (à la base du crâne) et derrière les oreilles. Il pond des œufs qui sont appelés lentes.
Un pou vit en moyenne un mois. Il produit 5 et 10 lentes par jour, soit 150 à 300 lentes au cours de son cycle de vie. Ces lentes éclosent au bout d’une semaine à dix jours. Le cycle reproductif du pou est de 21 jours. Les lentes ne survivent pas toutes. Une sur cinq donnera un pou. Les poux se reproduisent généralement au niveau du cuir chevelu et derrière les oreilles. Ils sont capables de survivre près de deux jours, et les lentes six, en dehors du cuir chevelu, sur un objet ou sur des vêtements (bonnet, écharpe, serviette etc.).
Le pou ne transmet pas de maladies. Il est uniquement responsable de problèmes dermatologiques, irritatifs ou infectieux dus au grattage intensif en cas de non traitement.
Bien qu’il soit un des plus vieux compagnons de l’homme, le pou reste tabou. C’est à la fin du XIXème siècle, avec les progrès de l’hygiène et les premiers insecticides que le tabou des poux est apparu mais cela n’a pas toujours été le cas, le pou servait par exemple de monnaie à certaines civilisations amérindiennes pour payer les impôts. Elles payaient en sacs de poux. De nos jours, certaines civilisations, comme les Pygmées, utilisent l’épouillage comme lien social.

D’où viens-tu et où vas-tu ?

Qu’on se le dise, il n’existe pas de « têtes à poux ». Une infestation peut toucher tout le monde, enfants et adultes. La contamination se fait par contact rapproché direct ou indirect. Le pou ne saute pas d’une tête à l’autre. Si les enfants sont plus sujets à une contamination, c’est qu’ils s’échangent volontiers bonnets, écharpes et accessoires pour cheveux. Les personnes portant des cheveux longs détachés sont également plus enclines à attraper des poux. Ce n’est donc pas non plus une question de mauvaise hygiène même si un mauvais entretien de la literie et des vêtements peut entraîner une prolifération très rapide au sein d’un foyer.

Comment s’en débarrasser ?

Il existe de nombreuses recettes que l’on se repasse dans les familles. Huile essentielle de lavande, huile d’olive, vinaigre etc. ont fait leurs preuves. Cependant, l’usage d’insecticide que sont les traitements anti-poux est très souvent devenu le premier réflexe car ils ont une action ultra-rapide.
Il s’agit de traitements pédicullicides à action chimique contenant de la perméthrine à 1 %. La période du traitement dure généralement une semaine à dix jours. L’efficacité du traitement dépend du soin de l’application. Ces différents traitements se présentent sous forme de shampoing, spray et lotion. Dans certains cas, plusieurs traitements sont associés pour s’assurer que les poux, nymphes et lentes sont éradiqués. Pour cette raison, un peigne fin est utilisé pour contrôler l’enrayement, il est également très efficace pour retirer les lentes. Celui-ci doit être nettoyé au-delà de 50°, sans oublier de décontaminer également toute la literie, les vêtements ainsi que les sièges de la voiture.

Doit-ton passer par la case médecin ?

Uniquement dans le cas où les traitements habituels sont inefficaces. Le médecin pourra alors prescrire un traitement particulier sur ordonnance. De même si les zones de grattage sont surinfectées, une visite s’impose.

Et la prévention ?

Pour les filles qui portent des cheveux longs, les attacher très serrés peut éviter une contamination. Pour les garçons, la coupe ultra-courte est une très bonne option même si cela va à l’encontre des tendances mode. La prévention la plus efficace est de surveiller une fois par quinzaine, en période calme, la chevelure et tous les 3 jours en période d’infestation. Des petits boutons derrière les oreilles et à la base du crâne peuvent être un indicateur de contamination.