Mes Gosses

Protéger bébé contre les piqûres d’insectes

Publié le
Protéger bébé contre les piqûres d’insectes

Les insectes ne sont pas les mêmes partout et n’exposent pas tous aux mêmes risques de maladies. Selon l’âge des enfants, les risques peuvent être différents ainsi que les modalités d’utilisation des répulsifs. C’est pour cela qu’une protection efficace est nécessaire…

par Imen Ben Abdelkader

Selon les cas de piqûre, il faut une protection drastique car certains insectes peuvent transmettre des maladies graves. En revanche, une protection moins étroite est suffisante s’il ne s’agit que de quelques piqûres de moustiques. Pour les enfants de moins de 30 mois, il est préconisé d’utiliser un insecticide pour imprégner des vêtements et une moustiquaire pour la nuit. Ces précautions sont prises afin d’éviter un passage transcutané des molécules car la peau des enfants peut être perméable. Pour un enfant au dessus de 30 mois, vous pouvez utiliser de l’IR 3535 en zone tempérée et du DEET en zone tropicale.

Gare aux moustiques !

Les moustiques sont vecteurs de nombreuses maladies parasitaires et virales et sont également responsables de fortes nuisances. Il est donc recommandé de se protéger contre leurs piqûres, avec un type de protection adapté au risque. Les moustiques qui transmettent le paludisme appartiennent au genre Anophèles et piquent habituellement entre le coucher et le lever du soleil.

Protection efficace…

C’est donc pendant cette période que la protection doit être maximale, avec le port de vêtements imprégnés et couvrants, le soir, et l’utilisation d’une moustiquaire imbibée d’insecticide pour dormir. Dans les régions où le paludisme est endémique, il est fortement recommandé d’éviter de sortir la nuit, même un court moment, sans protection anti-moustiques de type répulsif cutané, et, a fortiori, de dormir la nuit, à la belle étoile, sans moustiquaire imprégnée.
La moustiquaire imprégnée assure en effet la meilleure protection contre les piqûres de moustiques nocturnes par son effet à la fois insecticide et insectifuge. On peut se procurer, en pharmacie ou dans des magasins spécialisés, des moustiquaires déjà imprégnées, ou les imprégner soi-même avec des kits d’imprégnation également vendus en pharmacie.
En cas d’imprégnation par trempage, la rémanence du produit est d’environ 2 mois, si on lave sa moustiquaire 1 ou 2 fois, pendant cette période.
Il existe maintenant des moustiquaires imprégnées industriellement, à longue durée d’efficacité, résistantes à des lavages successifs.
Les vêtements et les toiles de tente peuvent également être imprégnés par spray ou par trempage dans la perméthrine, disponible en pharmacie.
Les moustiques qui transmettent le virus de la dengue et le virus chikungunya, appartiennent au genre Aedes et piquent habituellement le jour. La dengue sévit, sur un mode endémo-épidémique, dans presque tous les pays tropicaux.

Pour se protéger des moustiques qui piquent le jour, il faut utiliser des répulsifs cutanés. Ces produits contiennent un principe actif qui éloigne les insectes, sans les tuer. Ils sont appliqués, sur toutes les parties du corps, peu ou pas couvertes. La durée de la protection varie de 4 à 8 heures et dépend de la concentration du produit et des conditions d’application. Ces produits sont à utiliser avec précaution, car ils sont toxiques par ingestion et doivent respecter un emploi précis chez l’enfant et la femme enceinte.

Comment bien choisir sa moustiquaire ?

Les moustiquaires sont le seul moyen de protection pour les bébés et une excellente façon de protéger les enfants pendant leur sommeil, surtout si elles sont imprégnées d’un insecticide. Leur utilisation est recommandée sur les berceaux, les poussettes, les parcs. Leurs mailles doivent être fines, et les bords de la moustiquaire doivent être rentrées sous le matelas pour protéger aussi des autres insectes, vecteurs ou non de maladies (punaises, scorpions, araignées).
Dans les habitations, des insecticides en bombe ou en diffuseur peuvent être aussi utilisés. Tandis qu’à l’extérieur ou dans une pièce aérée, on privilégiera des serpentins fumigènes.

Une tenue spécifique

Dès le printemps, il faut protéger les enfants des piqûres d’insectes. Le port de pantalons plutôt que de shorts est recommandé ainsi que celui de chaussures fermées qui protègent aussi des petits traumatismes. Idéalement, des manches longues et un chapeau couvrant la nuque sont aussi nécessaires.

Petit précis d’entomologie

Les risques liés aux insectes piqueurs autres que les moustiques sont à prendre en compte, particulièrement pour des séjours en zone rurale ou sauvage et/ou dans des conditions de confort sommaire.

Parmi les insectes vecteurs de maladies, il faut mentionner principalement :

* Les phlébotomes, vecteurs de leishmanioses cutanées et viscérales en Afrique du Nord. Ces insectes piquent plutôt la nuit.

* Les simulies, vecteurs d’onchocercose en Afrique. Ces insectes piquent le jour.

* Les glossines, vecteurs de la maladie du sommeil en Afrique tropicale. Ces insectes piquent le jour.

* Les punaises, vecteurs de la maladie de Chagas. Ces insectes piquent la nuit à l’intérieur des habitations rurales.

* Les poux de corps transmettent certaines bartonelles et rickettsies.

* Les puces transmettent certaines bartonelles, des rickettsies et la peste.

* Les ceratopogonidés (moucherons piqueurs) sont responsables de fortes nuisances.

* Les tiques peuvent transmettre des maladies par piqûre, telles que la maladie de Lyme, les fièvres récurrentes et les rickettsioses. Un vaccin existe contre la méningo-encéphalite à tiques.

* Les acariens microscopiques peuvent infester la peau lors de promenades en milieu naturel (en particulier en zone tropicale), et être responsables de fortes démangeaisons.

* Les araignées, les scolopendres et les scorpions rentrent dans la catégorie des envenimations. Toute piqûre qui entraîne des troubles importants (fièvre, nausées, douleur importante, gonflement anormal, etc.) nécessite une visite aux urgences les plus proches.