Mes Gosses

Raconte-moi une histoire…

Publié le
Raconte-moi une histoire…

L’enfance est bercée par des histoires… contes de fées ou histoires qui font peur, les aventures des héros ont toujours la cote auprès des enfants et leur ouvrent les portes d’un monde imaginaire nécessaire à la construction de leur personnalité. Mais qu’est ce qui séduit autant nos bambins ? Ilian (3 ½ ans), Emna (4 ans), Yassine (5 ans) et Khadija (5 ans) nous ont invités dans leur univers, celui de l’enfance. Mais attention c’est du sérieux !

par Armelle Lelimouzin

Il était une fois… depuis la nuit des temps, grands-parents et parents racontent des histoires à leurs enfants. Des histoires qui, même si elles ont légèrement évolué, trouvent leurs origines dans des contes d’antan à grand renfort de personnages rocambolesques, et qui nous font frissonner nous aussi, les grands !

Espoir, courage et réconfort…

On aurait pu croire que la télévision et autres nouvelles technologies les auraient détrônées mais non ! Princesses, vaillants chevaliers, ogres et sorcières ont toujours leurs places dans le cœur de nos petits chérubins, notamment au moment du coucher.
Ces histoires mettent en scène des personnages aux prises avec des difficultés dans lesquelles l’enfant se reconnaît et l’entraînent dans une réalité familière. La construction d’une histoire pour enfant est relativement simple : les détails ne sont importants que dans la mesure où ils permettent de faire avancer l’histoire.
Ainsi, chaque personnage par sa description représentera le bien ou le mal, le gentil ou le méchant, le beau ou le laid… Une approche simple et binaire qui captive l’enfant et le fait plonger au cœur de ses propres ressentis et lui permet d’analyser les situations dans lesquelles il est lui-même impliqué.
De plus, par une construction qui s’appuie sur l’imaginaire, l’histoire induit des phénomènes d’identification. Les petites filles se rêvent en Cendrillon ou Blanche Neige, les petits garçons se prennent pour le prince qui réveille Cendrillon, pour le Petit Poucet ou le super héros… car tous les enfants à la lecture d’une histoire investissent un rôle et les composantes de la psychologie du personnage et entreprennent également un voyage au cœur de leurs pulsions. Il n’est pas rare de surprendre son enfant à rejouer des scènes de l’histoire qu’il a entendu et lorsqu’il aime particulièrement une histoire, il y revient sans cesse et toujours avec le même plaisir.
D’ailleurs, il aime retrouver un personnage avec lequel il a peur, il se réjouit ou il pleure et semble plutôt attiré par les histoires qui mettent en lumière les faiblesses qui lui sont propres : la peur d’avoir faim, l’angoisse de la séparation, les terreurs nocturnes, la hantise d’être abandonné et dévoré…
L’enfant se sécurise, se rassure et se structure par le fait de pouvoir consulter le livre aussi souvent qu’il le désire et avec toujours les mêmes émotions. C’est pourquoi le conte ou l’histoire sont des éléments de construction important du développement psychologique et affectif de l’enfant.

La lecture, la porte ouverte à toutes les connaissances

Pour grandir, l’enfant doit s’ouvrir au monde réel et abandonner progressivement sa relation exclusive avec ses parents. Les phases essentielles à son développement intellectuel et psychique passent donc par l’identification, la distanciation et la verbalisation. Tout cela c’est la lecture qui le stimule.

Le livre favorise un éveil sensoriel et affectif. Il sollicite à la fois l’odorat, la vue, le toucher.
Dans leurs premiers livres, les tout-petits découvrent des objets et apprennent à faire des enchaînements c’est-à-dire à comprendre que c’est le même personnage qui est répété au fil des chapitres. Quand c’est un adulte qui fait la lecture, l’enfant fait le lien entre les images et l’histoire. Il comprend que ce sont les mots qui donnent un sens véritable aux images. Voilà pourquoi il est si important de lire des histoires à son enfant. Car non seulement c’est un bon moment affectif, mais c’est avant tout un moment d’apprentissage. De même, le plaisir éprouvé par l’enfant à l’écoute de l’histoire posera les bases d’une dimension affective fondamentale pour la relation future entre l’enfant et la lecture.

Car devenir « lecteur » n’est pas si facile. L’envie de lire naît et perdure si l’enfant a saisi l’intérêt de cet apprentissage. Il est donc important dès le début qu’il comprenne qu’il ne s’agit pas uniquement de découvrir de jolies histoires mais aussi d’accéder à tous les savoirs : informations, communication… L’enfant qui a conscience de toutes les dimensions culturelles de la lecture se sentira plus motivé pour réussir cet apprentissage. Et là aussi, l’accompagnement par un parent ou un enseignant s’avère souvent primordial.

Eva Njili, spécialiste de la petite enfance et directrice du Jardin d’enfants Les Anges (Kelibia)

Quel est le rôle de la lecture dans la construction de la personnalité de l’enfant ?

L’histoire joue un rôle très important pour l’enfant qui apprend ainsi à faire la différence entre le monde réel et l’imaginaire. Il peut, au travers d’une histoire, comprendre ce qui lui arrive dans son quotidien mais aussi inversement utiliser l’histoire pour questionner les adultes sans révéler réellement ce qui le tourmente. L’histoire racontée le soir avant le coucher aide l’enfant à la réflexion et peut aussi l’apaiser.

Pensez-vous que les parents lisent suffisamment d’histoires à leurs enfants ?

Malheureusement je trouve que non. Il y a une dizaine d’années en arrière, les parents le faisaient beaucoup plus régulièrement. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. Les parents ne trouvent plus le temps et préfèrent passer le relais à la télévision, à l’internet même si les fonctions sont différentes. De fait, je trouve que le livre a perdu un peu de son pouvoir d’apprentissage.

Selon vous, toutes les histoires sont-elles bonnes à lire ?

Oui du moment qu’elles sont adaptées à l’âge de l’enfant. Ainsi une même histoire peut-être « raccourcie » pour des tout-petits puis rallongée au fur et à mesure où ils grandissent.

Tous les enfants aiment-ils la lecture ?

Hélas non, mais c’est justement notre travail d’essayer de leur donner le goût de la lecture. C’est pourquoi chaque projet éducatif gravite systématiquement autour d’une histoire ce qui la rend beaucoup plus concrète. Ainsi, l’enfant comprend la relation entre l’histoire, les mots, les images. La fin de l’histoire est aussi un élément déclencheur pour encourager à la lecture.

Ilian, 3 ½ ans
«J’aime bien les histoires avec les méchants»
Le soir avant de dormir, c’est papa ou maman qui lisent une histoire. Moi, je préfère quand il y a des méchants. Je connais Le Petit Chaperon Rouge, Blanche-Neige, Pinocchio et j’ai aussi plein d’histoire sur les animaux. Dans le Petit Chaperon Rouge, il y a le loup, il me fait peur mais je sais que ce n’est pas vrai, il ne mange pas les mamies. Dans Blanche-Neige, il y a une reine qui n’est pas gentille avec son miroir magique mais les nains la chassent. J’ai d’autres livres, il n’y a pas de méchant mais je les aime quand même.

Khadija, 5 ans
«J’aime bien les histoires de prince et de princesse»
Je connais Blanche Neige, le Petit Chaperon Rouge et d’autres mais je ne me souviens pas. C’est ma maman qui lit les histoires et c’est bien parce qu’elle fait comme les personnages, ça m’amuse ! Quand il y a un méchant, elle prend une grosse voix et quand c’est une princesse elle a une voix toute douce. Ce que je préfère ce sont les histoires de princesse car elles sont jolies et gentilles. Je n’aime pas les histoires tristes. Quand je serai grande, je raconterai toujours des histoires à mes enfants.

Emna, 4 ans
«C’est maman qui me raconte des histoires»
C’est ma maman qui me raconte des histoires. L’autre jour, elle a lu l’histoire de Blanche Neige et j’ai eu peur à cause de la méchante mais à la fin le prince fait un bisou à Blanche Neige ! Moi, je trouve que c’est une jolie histoire.

Yassine, 5 ans
«Ça m’aide à m’endormir»
J’ai une petite sœur, mais maman elle me raconte des histoires rien que pour moi. Ça m’aide à m’endormir. Elle me lit souvent des histoires d’animaux parce que j’aime bien les lions, les girafes. Je n’aime pas beaucoup les histoires de méchant, ça me fait peur. Dans les histoires d’animaux, il y a des aventures et c’est bien. Mais j’ai oublié le titre de l’histoire…