hemoragie cerebrale

L’hémorragie cérébrale : Zoom sur cette pathologie cérébrale sévère

Publié le

L’hémorragie cérébrale n’est pas un accident anodin au niveau du cerveau. Certes, ce saignement n’est pas courant mais il peut y laisser la vie du patient. Il peut y avoir différentes origines pour cet accident neuro-vasculaire.

par

La détermination d’une hémorragie cérébrale

L’hémorragie cérébrale est un saignement et des maux de tête qui apparaissent d’une manière violente, par une rupture d’un vaisseau artériel et/ou veineux, entrainant un hématome à l’intérieur du cerveau.

Les symptômes d’une hémorragie cérébrale

Dans la plupart des cas, il existe une céphalée violente, parfois associée à des nausées et des vomissements. Les autres symptômes dépendent de la localisation de l’hématome dans le cerveau. Les signes essentiels peuvent être une paralysie d’un côté du corps ou hémiplégie, des troubles de la sensibilité d’un côté du corps, des perturbations de la coordination et maladresse des gestes d’un côté du corps, une aphasie et des troubles d’élocution, des vertiges et des anomalies visuelles.

Les causes d’une hémorragie cérébrale

L’origine la plus courante de l’hémorragie cérébrale est une élévation subite de la tension artérielle. C’est généralement lorsque le patient est atteint d’une hypertension artérielle que cette affection peut surgir à un moment donné suite à une situation stimulante. Ainsi, dans le cas d’un AVC, une hémorragie cérébrale est une des complications graves. Par ailleurs, pour l’élévation de la pression artérielle cérébrale, c’est l’une des entendements pour laquelle une surveillance régulière et un contrôle de la tension artérielle est nécessaire chez toute personne hypertendue. Plus rarement, une hémorragie cérébrale peut révéler une malformation des vaisseaux sanguins du cerveau. Un traumatisme crânien ou un syndrome cérébelleux peuvent engendrer une effusion vasculaire cérébrale. Par ailleurs, une hémorragie cérébrale peut être liée à un accident routier, à choc de la tête contre un obstacle lors d’une chute domestique ou autre.

Les conséquences graves d’une hémorragie cérébrale

Les complications d’une anomalie cérébrale sont multiples et variables et peuvent aller de la paralysie jusqu’à la mort. Le pronostic vital d’une hémorragie cérébrale va être aux dépens de l’âge du patient, de ses antécédents antérieurs, de l’étendue et de l’évolution de l’hématome. Dans certaines conditions, l’hémorragie cérébrale peut passer d’une phase aigue à un état chronique et contribuer à manifester un état critique du patient et menacer son espérance de vie.

Les facteurs de risques d’une hémorragie cérébrale

Parmi les facteurs de risque d’une hémorragie cérébrale, il y a le choc crânien, l’hypertension artérielle, les malformations vasculaire et l’addiction tabagique et aux drogues.

La prise en charge d’une hémorragie cérébrale

Le traitement d’une hémorragie cérébrale dépend des cas et des antécédents du patient. En revanche, la prise en charge doit être urgente pour ne pas risquer des complications ultérieures et une altération des tissus cérébraux. Le but de la prise en charge est le contrôle médical régulier de l’hypertension artérielle (HTA). Dans ce cas, un traitement hypotenseur est préconisé. Au cours des premières 24 heures d’une hémorragie cérébrale spontanée, dans 38% des cas, le volume de l’hématome évolue d’au moins un tiers. Cette progression de l’hématome est directement associée à la mortalité en phase aiguë et à la morbidité à long terme. Dans certains cas, une rééducation pour l’élocution verbale est nécessaire. Dans d’autres cas, ce sont des soins par des séances de kinésithérapie qui sont recommandées pendant plusieurs mois pour retrouver la motricité et la coordination des mouvements pour le patient. Il y arrive dans certaines atteintes hémorragiques, que le malade perde conscience et tombe dans le coma. Dans d’autres cas, il peut se produire des vertiges et le traitement se fait par une rééducation du cervelet.