manque de sommeil et risque d alzheimer

L’insomnie augmente le risque de développer la maladie d’Alzheimer

Publié le

Un des biomarqueurs de la maladie d’Alzheimer est une quantité importante de plaques bêta-amyloïdes dans le cerveau. Or privé de sommeil le corps affiche une augmentation immédiate et significative de ces plaques.

La privation de sommeil : un facteur de risque pour l’Alzheimer

Pour en arriver à cette conclusion les scientifiques américains de l’US National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism aux Etats-Unis ont fait appel à une vingtaine de volontaires, hommes et femmes, âgés 20 à 70ans et en bonne santé.
La première nuit les participants ont dormi à leur habitude; la deuxième, ils ont été privé de sommeil.
Au matin de chacune, les volontaires répondaient à un questionnaire et se pliaient à une scintigraphie cérébralenpour évaluer la concentration de la protéine de bêta-amyloïde.

Les chercheurs ont constaté que le manque de sommeil élevait la concentration des protéines de béta-amyloïde dans les aires du cerveau qui sont responsables des fonctions de la mémoire et de la cognition et également au niveau du thalamus qui assure la collecte des informations sensorielles. Ils ont aussi constaté que plus on avançait en âge plus cet effet était important (soit en moyenne, une augmentation de 17% pour les plus jeunes et jusqu’à 43% plus les personnes les plus âgées).

Les scientifiques supposent que lorsque les neurones sont altérés et que ce mécanisme génère la concentration de protéines de béta-amyloïde. Or des mécanismes au cours du sommeil permettent de favoriser, au niveau du cerveau, l’élimination des déchets et des toxines, comme la protéine béta-amyloïde, d’où une accumulation si l’on souffre d’insomnie.

En résumé, cette étude documente fournit des preuves préliminaires que le sommeil, entre autres facteurs, pourrait influencer la concentration en béta-amyloïde dans le cerveau humain, et influer sur le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Les chercheurs concluent : « nos résultats soulignent la pertinence d’une bonne hygiène du sommeil pour une fonction cérébrale adéquate et comme cible potentielle la prévention de la maladie d’Alzheimer.
 

Source : Revue médicale « Proceedings of the National Academy of Sciences » (PNAS) – β-Amyloid accumulation in the human brain after one night of sleep deprivation.