gluten

L’intolérance au gluten en cinq questions

Publié le

Communément considéré à tord comme une sorte d’allergie, l’intolérance au gluten est une maladie auto-immune chronique touchant l’intestin. D’où le nom maladie cœliaque. C’est une des pathologies digestives les plus fréquentes et dont le seul traitement est un régime sans gluten.

 
sans gluten

Comment se manifeste la maladie cœliaque ?

• Les manifestations de la maladie cœliaque résultent d’un syndrome de malabsorption digestive. C.à.d. que la consommation de gluten par les sujets atteints déclenche un processus auto-immun qui altère par la suite la capacité d’absorption des différents nutriments : fer, calcium, vitamines…
• Pour le nourrisson une stagnation pondérale à l’âge de diversification alimentaire, souvent après le 6ème mois de vie, doit alerter. Les diarrhées sont souvent présentes.
• Le tableau le plus classique est celui de l’enfant jeune. Un retard de croissance est évident. une diarrhée chronique est évocatrice d’autant plus qu’elle est associée à un abdomen ballonné et des membres graciles. Parfois une note de pâleur, de fatigue et d’apathie s’ajoute.
• Chez l’enfant plus âgé, la maladie est peu symptomatique, limitée à une petite taille, un retard d’apparition de la puberté et des conséquences de la malabsorption digestive : une anémie ferriprive chronique, des anomalies de l’émail dentaire, des douleurs articulaires…
• Quant à l’adulte, les signes de la maladie sont dissociés (maigreur, diarrhée..) et donc perdent leur spécificité ou forment des tableaux atypiques tels un syndrome rhumatismal, une anémie isolée, de troubles de la coagulation…

Comment confirmer le diagnostique ?

• Devant la suspicion d’une intolérance au gluten des bilans sanguins seront pratiqués à la recherche d’anticorps spécifiques de la maladie qui peuvent manquer.
• Ces derniers étant positifs ou en cas de forte suspicion la fibroscopie digestive s’impose avec des biopsies au niveau de l’estomac et du duodénum.
• La rémission en cas de régime sans gluten et la rechute en cas d’exposition est la règle et un argument de plus.

Quels sont les risques évolutifs ?

• La malabsorption digestive ne doit pas être négligée. Les répercussions peuvent être graves. Les exemples sont multiples tels l’ostéoporose et les calculs rénaux par manque de calcium, les troubles neurologiques par une carence vitaminique…
• Le processus auto immun altère la muqueuse intestinale et peut même engendrer des ulcérations.
• La dégénérescence maligne est la complication la plus redoutable. On parle de cancers intestinaux ou de l’œsophage et de lymphomes non Hodgkiniens. Une fois installés, ces pathologies évoluent indépendamment du régime suivi et nécessite une prise en charge sérieuse. Le pronostic est souvent réservé.
• Actuellement, il n’existe pas de traitement curatif définitif ou préventif de la maladie. La seule réponse médicale efficace est la suppression complète du gluten à vie.

Où se trouve le gluten ?

• Le facteur supposé responsable de la maladie est représenté par la gliadine, fraction alcoolo-soluble du gluten.
• Le gluten est constitué d’un ensemble de protéines figurant parmi les constituants protidiques des farines de certaines céréales (blé, seigle, orge, avoine).
• Il est ainsi évident que la farine de ces céréales ainsi que leurs dérivés doivent être abandonnés.
• L’Orge (flocon, perlée) et l’avoine, le son d’avoine…
• Les dérivés de blé tels les farines, les pates, le couscous, la semoule, l’amidon, le pain les biscuits les pâtisseries, les céréales…,
• Les nutriments contenants du seigle par exemple la bière, les cafés mélangés…

Comment réussir son régime sans gluten ?

• Evitez les sources de gluten et faites attention aux sources cachées : bouillons et préparations de soupe, certaines saucisses et charcuterie, la plupart des marques de sauce soya, le cari et le paprika peuvent être contaminé par du blé, certains bonbons, chocolats, barres de chocolat et réglisse…
• Lisez les ingrédients de tout produit alimentaire avant de le consommer.
• Il faut savoir que les légumes, les fruits, les pommes de terre, les viandes, les poissons, les œufs, le lait et le soja ne contiennent pas du gluten.
• Remplacez la les pâtes à base de blé par ceux à base de mais ou de riz et optez pour les produits et coins destinés au intolérant au gluten.
• Apprenez à faire des recettes de pâtisserie sans farine ou recourant à un alternatif.
• Préférez toujours les aliments préparés à la maison. Un plat qui semble être sans gluten peut être contaminé.
• Programmez les plats de la semaine à l’avance pour pouvoir diversifier et respecter le régime.