Mon mec à moi

Le tai-chi chuan

Publié le
Le tai-chi chuan

Entre art martial et méthode de relaxation, le tai-chi chuan commence à prendre ses marques en Tunisie. Il était grand temps car cette discipline souffrait quelque peu de méconnaissance, voire d’un certain discrédit soupçonneux: n’était-ce pas la branche d’une secte quelconque?

par Monia. Baup

Par prudence, soit on lui préférait des sports de contact, plus violents, soit la clientèle s’orientait vers le yoga, plus classique et considéré comme plus féminin.
Mais «c’est bien plus qu’une gymnastique!» précise Walid Haouri, jeune élève enthousiaste du groupe de pratique de l’Ariana. «Cette véritable discipline corporelle, d’origine chinoise, est totalement non-violente et marie méditation et mouvement.

Tai-chi chuan : le culte de l’harmonieux

Elle est inspirée au départ par un moine fasciné par un lent combat entre un serpent et un oiseau, du moins c’est ce qu’on raconte!»ajoute-t-il.
«Comment ça se passe? Eh bien, cette méthode propose un ensemble harmonieux de mouvements continus et circulaires (jusqu’au nombre de 119!) exécutés avec lenteur et précision sous forme d’enchaînements de gestes et postures. Et on n’a pas du tout besoin d’être sportif pour débuter, mais alors, pas du tout. Ce mélange de danse et de combat (contre un adversaire imaginaire) au ralenti, sans saccades ni arrêts brutaux, permet aussi d’acquérir la maîtrise de la respiration, lente et profonde, au fur et à mesure qu’on pratique. Attention, les mouvements ne sont jamais faits au hasard, ils sont codifiés. Plus je pratique, mieux je me sens, c’est incroyable… Et ma soeur aussi en est fan!», achève-t-il.
Et en effet, on le sent très motivé, très détendu, bien intégré dans son groupe qui se retrouve 2 fois par semaine à la salle Galaxie 2010, pour des séances de 1h30, sous la férule de l’entraîneur Zouheir Abidi. Quant à Badis Zouiten, c’est un passionné à qui l’on doit l’introduction du tai-chi chuan en Tunisie, depuis 2004. Disciple du maître prestigieux Kostas Vrendzos rencontré en Crète, il a fait valider son enseignement, convaincu, à raison, des vertus incomparables de ce sport, dont la lutte efficace contre le stress et la gestion de l’équilibre personnel. D’ailleurs, il l’enseigne au Centre Culturel de Carthage, auprès d’un public varié, hommes, femmes et enfants, de tous âges, de 7 à 77 ans! Et il intervient régulièrement, dans le cadre des soins dispensés aux curistes de quelques thalasso ou lors de séminaires thérapeutiques très officiels.
Le tai-chi chuan fait même référence dans le monde des Arts, où il est utilisé, pour le montage des productions théâtrales et dans la création de spectacles de danse, comme accompagnement essentiel au travail sur le corps mis en place par Badis Zouiten.

Tai-chi chuan : La force tranquille

Si l’on doit établir le passeport santé du taichi chuan, les bénéfices tous azimuts sont multiples et reconnus: sur le plan physique, on mentionne des effets réels pour la prise en charge des problèmes de tension artérielle, de diabète de type 2, de circulation sanguine, de blocage des articulations, de raideurs musculaires (on tombe moins et on se fracture moins!), d’accumulation des toxines.
Sur le plan psychologique, le tai-chi chuan intervient avec succès sur le relâchement des tensions, la réconciliation avec soi-même et les autres, l’acquisition d’une paix intérieure, obtenus non avec la force mais… à force de douceur, de beauté et de grâce dans les mouvements exécutés.

Règles de base: garder le sommet du crâne vers le haut, laisser les épaules tomber, ne pas utiliser la force physique externe, se relâcher pour permettre la fluidité des mouvements et développer la force interne qui relie toutes les parties du corps. Une partie du corps bouge, tout le corps bouge. Une partie du corps s’arrête, tout le corps s’arrête. Respirer par l’abdomen et s’appliquer à contrôler cette respiration. Renouer le contact avec le sol par «l’enracinement» des pieds d’où jaillit l’énergie première.

Cours de tai-chi

Galaxie 2010 – Sport et Fitness
Ariana 2080. Tél : 71 715 717
Contacts:
Walid Haouari (élève témoin) 95 57 34 15
Zouheir Abidi (entraîneur) 98 57 69 87

Centre Culturel de Carthage
Tél : 24 74 03 29 – 21 91 44 92
Contact : Badis Zouiten (diplômé et enseignant) 96 68 29 06