Actualités

Allaitement maternel bénéfique pour le cœur des mamans

Publié le
Allaitement maternel bénéfique pour le cœur des mamans

Allaiter son enfant diminue le risque d’infarctus du myocarde

L’allaitement maternel est reconnu pour ses nombreux bénéfices aussi bien pour le nouveau-né que pour la maman.
En effet, l’allaitement a des bienfaits sur les défenses immunitaires de l’enfant, sa bonne croissance et pour la mère, le lait maternel préserve les mamans contre le cancer du sein, et dans cette nouvelle étude réalisée par des chercheurs américains de l’Université d’Oxford et chinois de Chinese Academy of Medical Science et l’Université de Pékin, à long terme l’allaitement permet d’assurer une bonne santé cardiovasculaire à la mère.
Les travaux de cette étude ont été conduits à partir de l’analyse de 289.576 dossiers médicaux de mères chinoises, suivies pendant une durée de 8 années. Au début de ces travaux, aucune des participantes ne souffrait d’une fragilité du cœur. En revanche, à la suite de huit années de suivi médical, 16 671 cas de maladies coronariennes impliquant des infarctus du myocarde ont été relevés et 23 983 accidents vasculaires cérébraux (AVC) ont été notifiés.
En fait, en comparant les femmes allaitantes aux femmes non allaitantes, le risque de développer un infarctus du myocarde était diminué de 9% chez les femmes allaitant pendant une durée d’un semestre, et de 8% concernant l’AVC. Les résultats recueillies passent respectivement à 18% et 17% dès lors que la maman allaitait pendant deux ans.

Cette étude observationnelle n’explique pas les raisons de ce bénéfice. Il est nécessaire d’effectuer d’autres analyses plus précises sur une plus large cohorte pour affirmer et induire ce rapport de cause à effet.
Par contre, une voie préventive est suggérée, en révélant que l’allaitement agirait en réinitialisant le métabolisme de la maman fragilisé après la grossesse.
D’autre part, les femmes choisissant d’allaiter leurs enfants entretiendraient une hygiène de vie meilleure, ce qui contribuerait à réduire le risque d’une atteinte cardiovasculaire.