Actualités

La circoncision de la honte

Publié le
La circoncision de la honte

Circoncision Collective Sauvage au CHU de Sfax

L’ensemble du corps médical tunisien et la ville de Sfax sont indignés depuis la publication hier mardi 20 juin de photos et vidéos d’une opération de circoncision collective tenue à l’hôpital universitaire Habib Bourguiba de Sfax. Cette opération organisée par la direction générale de l’hôpital universitaire en partenariat avec le syndicat de base des agents de la santé s’est déroulée dans des conditions catastrophiques : au sein de l’hôpital mais dans une salle non aseptisée, sans anesthésie et par un non médecin (tahar traditionnel) dans l’ignorance totale des lois, des règles d’hygiène de base et de l’éthique médicale.

L’incident a déclenché la colère des médecins.
Pr Ag Mohamed Douagi, Chef de service de réanimation néonatale de l’hôpital militaire de Tunis et président de la Société tunisienne de pédiatrie a dénoncé l’opération de circoncision collective tenue à l’hôpital universitaire de Sfax « Plus d’une centaine de gamins ont été circoncis par un charlatan (tahhar 3arbi !!!) sans examen préalable, sans bilan préopératoire, sans anesthésiste, sans chirurgien, sans gants et sans tenue adéquate, dans une salle « aux portes ouvertes ».
Sofien Ghorbel président de l’Association Tunisienne de Chirurgie Pédiatrique a publié un communiqué dénonçant l’opération « Les membres du bureau de l’Association Tunisienne de Chirurgie Pédiatrique tiennent à exprimer leur indignation par rapport aux agissements de la direction du CHU Habib Bourguiba de Sfax laissant pratiquer des circoncisions sans aucun respect des droits élémentaires et fondamentaux des enfants. Ils rappellent que la circoncision est un geste chirurgical qui doit se faire dans un bloc opératoire sous anesthésie et sans douleur. Ils appellent aussi le ministère de la santé à ouvrir une enquête afin de préciser les responsabilités de chacun et de mettre fin à ces pratiques. »

Les réactions se succèdent dénonçant cette opération et exigeant l’ouverture d’une enquête à l’encontre de l’organisateur, le syndicaliste Adel Zouaghi qui a déjà été arrêté pour des faits similaires en 2015.

Suite à cela, le ministère de la Santé a ouvert une enquête concernant le non-respect des procédures chirurgicales lors de ces circoncisions.