déces d'Ibrahim El Gharbi

Décès du Pr. Ibrahim El Gharbi le père de la pneumologie en Tunisie.

Publié le

La Tunisie a perdu aujourd’hui l’un de ses plus importants Professeurs en Médecine, Dr. Brahim El Gharbi, le pionnier des recherches sur la tuberculose et les maladies broncho-pulmonaires. Livret Santé adresse ses sincères condoléances à la famille du défunt.
Né en 1920 à Kélibia, Pr. Ibrahim El Gharbi est la référence tunisienne incontestable en pneumologie. Il a été désigné le président d’honneur du Conseil National de l’Ordre des Médecins de la Tunisie, nommé Président du Croissant Rouge Tunisien, et ancien Membre du Comité Supérieur des Droits de l’homme et de libertés fondamentales. Dr. Ibrahim Gharbi a marqué ses congénères et des générations de jeunes médecins et apprentis, par son altruisme, son dévouement pour la science, son honnêteté et son savoir scientifique et académique indéniable.

Rétrospective sur la carrière du Pr. Ibrahim El Gharbi

Pr. Ibrahim Gharbi a obtenu son doctorat en médecine de la Faculté de Médecine de Paris en 1951. Après un an en tant qu’assistant des hôpitaux en Tunisie (1952), il a occupé la fonction de Chef de Service des Hôpitaux en Tunisie en 1955. En 1985, il a été nommé Médecin Directeur de l’Institut de Pneumologie de l’Ariana de 1964 à 1985. Il a été aussi professeur des Universités de 1974 à 1986. Riche de plusieurs expériences dans la santé publique, Professeur Ibrahim Gharbi a travaillé à l’Hôpital Chebbi pour les maladies pulmonaires de 1951 à 1960, à l’Hôpital Charles Nicole de 1960 à 1964, Hôpital Militaire de 1959 à 1969 et à l’Hôpital de l’Ariana de 1958 à 1960 et de 1964 à 1985.
Engagé dans la lutte anti-tuberculose en Tunisie et à l’étranger, il a créé en 1967 un laboratoire spécialisé pour la lutte anti-tuberculeuse et a lancé une campagne pour dépistage bacilloscopique. Grâce à ses recherches scientifiques en maladies broncho-pulmonaires (kyste hydatique, cancer du poumon, asthme, bronchite chronique, pneumonioses…), il a obtenu d’innombrables prix et distinctions sur le plan national et international : 1984 : Prix Bourguiba de médecine (1984), Prix de la société arabe de médecine (1993), Officier de l’ordre de l’indépendance, Commandeur de l’ordre de la république, Médaille commémorative de la bataille de Bizerte 1961, Médaille du mérite culturel, Médaille du travail, Médaille de la croix rouge du Venezuela, et la liste est encore longue.