Actualités

Essai clinique non homologué dangereux

Publié le
Essai clinique non homologué dangereux

Trois patientes atteintes de DMLA perdent la vue au cours d’un essai clinique non homologué

En Floride, trois femmes âgées participant à une étude sur la dégénérescence maculaire liée à l’âge ont perdu la vue à la suite d’une injection de cellules souches dérivant de cellules graisseuses dans le cadre d’un essai clinique non homologué.

Ces cas cliniques ont été décrits dans un article du « New England Medicine », le 15 mars 2017.
En fait, ces trois patientes âgées de 72 à 88 ans sont devenues aveugles à la suite d’un décollement rétinien et d’hémorragies engendrées par le traitement testé qui ciblait une correction de la dégénérescence maculaire.
Ce traitement contre la DMLA a été réalisé dans un cadre non réglementaire dans une clinique en Floride.

Dans ce contexte, le professeur Thomas Albini en ophtalmologie clinique a indiqué que ce genre d’expérimentations est porteur d’espoir pour l’amélioration de la vue et attire les malades désespérés, qui pensent qu’une telle thérapie pourrait améliorer leur état ; mais dans le cas de ces femmes, elles ont été victimes d’une expérience clinique hors norme et dangereuse.
De plus l’essai clinique était payant et coûtait 5 mille dollars aux participants, or les essais cliniques homologués ne sont pas payant pour les participants.

L’échec du traitement pourrait être lié à une contamination des préparations des cellules souches, ou à une contamination de la solution les purifiant. De plus, il n’existe aucune preuve que les cellules souches extraites de la graisse de l’abdomen pourraient être transformées en cellules de l’épithélium rétinien pigmentaire.