Actualités

France : greffe de peau à 95% sur un grand brulé

Publié le
France : greffe de peau à 95% sur un grand brulé

Pour la première fois en France, un grand brûlé est greffé à 95% de peau

Les médecins ne donnaient aucune chance de survie à Franck, un jeune homme de 33 ans.
Victime d’un accident du travail en septembre 2016, il en était ressorti brûlé au troisième degré sur 95% de son corps. Arrivé à l’hôpital Saint Louis dans un état critique avec le Samu, il avait été immédiatement placé en coma artificiel. Son pronostic vital était engagé.
En effet, pour ce type d’accident, les brûlures agissent comme un poison pour le patient en envoyant des toxines dans l’ensemble du corps. Elles peuvent aussi toucher des organes vitaux et provoquer un état de choc. Il y a aussi le risque de l’infection.
Les médecins ont alors commencé par ôter la peau brûlée. C’est alors qu’Eric, le frère jumeau homozygote de Franck s’est proposé pour lui donner sa peau. Les médecins l’ont néanmoins prévenu qu’il garderait des cicatrices et que la greffe de sa peau ne suffirait peut-être pas à sauver son frère. Tout s’est ensuite déroulé rapidement. Les deux frères jumeaux ont été pris en charge par l’équipe de chirurgie plastique et reconstructrice du Pr Maurice Mimoun et l’équipe d’anesthésie-réanimation du Pr Alexandre Mebazaa de l’hôpital Saint-Louis de Paris. Pour sauver la vie du jumeau brûlé, ils ont décidé de tenter, pour la première fois, une greffe de peau sur la totalité de son corps avec celle de son frère jumeau. Plusieurs opérations, très lourdes ont été menées par étapes, nécessitant un grand nombre de spécialistes pour réaliser cette chirurgie inédite.
Les deux premières interventions se sont déroulées une semaine après l’accident en parallèle sur les deux frères. Dans un premier bloc, le donneur, Eric; une équipe de chirurgiens et d’anesthésistes de l’hôpital St Louis a prélevé la peau sur le crâne et les cuisses, afin de laisser le minimum de cicatrices visibles. Les chirurgiens ont utilisé des filets de peau extrêmement fins, d’un dixième de millimètres d’épaisseur. La peau transportée dans un sceau d’eau dans un second bloc, où Franck, la victime de l’accident a été transplanté. La peau de son jumeau lui a été immédiatement greffée sur toute la face avant du corps. Le processus de cicatrisation a alors immédiatement commencé. Il restait alors l’autre moitié du corps à greffer. Quelques jours plus tard et de même 44 jours après, retour au bloc opératoire pour les deux jumeaux. Dans l’intervalle, la peau du donneur avait déjà repoussé, l’équipe a ainsi pu de nouveau prélever la peau de son crâne et de son dos. Cette peau a cette fois-ci été greffée sur l’arrière du corps du patient.
Cette prouesse médicale est une première dans l’histoire de la médecine. Jusqu’à présent, des greffes de peau à partir de donneurs morts ont été régulièrement pratiquées mais ce type de greffe est toujours rejeté au bout de quelques semaines. Ici pas question de rejet car le donneur, le jumeau homozygote du patient, est porteur du même capital génétique. Le receveur pourra donc vivre avec la peau de son frère sans prendre de traitement immunosuppresseur. Des dons de peau entre jumeaux homozygotes avaient déjà été réalisés mais seulement pour des greffes partielles. Cette greffe a permis de sauver le patient Frank dont les chances de survie était minime. Le patient continue sa rééducation et a remarché et mène actuellement sa vie quotidienne normalement.