Actualités

L’isolement social et ses conséquences néfastes sur la santé

Publié le
L’isolement social et ses conséquences néfastes sur la santé

L’isolement social serait plus néfaste pour la santé que l’obésité

Selon l’équipe canadienne du Pr Julianne Holt-Lunstad, l’Université de Brigham, une proportion de plus en plus importante d’américains vit dans une forme d’isolement problématique d’un point de vue de la santé publique.

Les scientifiques ont présenté deux méta-analyses au cours de la 125ème Convention annuelle de l’association américaine de psychologie. La première méta-analyse a concerné 148 études regroupant 300 mille personnes. Les scientifiques ont révélé que le fait d’être connecté socialement serait associé à une diminution de 50% du risque de mortalité prématurée par rapport aux personnes vivant seules. La deuxième méta-analyse s’est axée sur 70 études menées en Europe, en Asie, en Australie et sur le continent américain, elle parvient aux mêmes conclusions.
Les conséquences de l’isolement social sont similaires ou peuvent dépasser celles en rapport avec l’obésité. Les chercheurs ont mis en évidence l’existence des preuves solides que l’isolement social et la solitude augmentent considérablement le risque de mortalité prématurée. L’ampleur du risque dépasserait celle de nombreux indicateurs sanitaires.
Pr Julianne Holt-Lunstad n’a été guère optimiste sur ce phénomène et a même évoqué le concept d’épidémie de la solitude. Elle a recommandé d’investir sur cette thématique de recherche. Les moyens visant à s’attaquer à cette menace de santé publique sont minimes et il faut les développer. L’accent pourrait être mis sur la formation en compétences sociales pour les enfants dans les écoles et les structures éducatives et les médecins devraient être incités à intégrer le contexte social dans leur démarche médicale.