Journée mondiale d’Alzheimer 2017

Publié le
journee mondiale alzheimer 2017

21 Septembre : journée mondiale d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est la première démence en Tunisie et dans le monde et comme chaque année cette journée mondiale de l’Alzheimer se tient en l’honneur de ceux qui mènent de front leur rôle auprès des malades et le maintien d’une vie professionnelle active.
La maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées comme la maladie de Parkinson, de Chorée Huntington soulèvent la difficulté de cette double vie. Le stress, la fatigue psychologique et physique, l’absentéisme, la perte de revenus, l’évolution professionnelle compromise, l’isolement au travail sont les répercussions de la maladie sur un proche atteint par cette neurodégénérescence.

Certes la maladie d’Alzheimer est aujourd’hui de plus en plus connue, mais il n’existe aucun traitement curable pour cette pathologie cognitive. Cependant, la stratégie de la prise en charge de cette affection neurologique est d’associer plusieurs traitements pour remédier à chaque dysfonctionnement entraîné par la maladie d’Alzheimer.

En Tunisie, près de 57 mille patients souffrent de cette démence et ce chiffre pourrait bien quadrupler d’ici 2030.
Malgré les progrès thérapeutiques accomplis dans le monde, plus de la moitié des malades ne sont toujours pas diagnostiqués et 2/3 ne sont pas traités. Compte tenu de l’accroissement de la durée de vie des personnes, le nombre de patients atteints par cette affection neurologique aura doublé en 2020 et chaque famille sera touchée par cette dégénérescence neurologique. Ces données statistiques sont suffisamment alarmantes pour mobiliser toutes les énergies et faire de la prise en charge des malades une priorité de santé publique.

Les actions menées par les autorités de l’Etat au fil des années pour la prise en charge de cette démence ont permis d’améliorer les choses mais il reste encore beaucoup à faire. Beaucoup d’efforts ont été concertés et concrétisés dans le cadre de la prise en charge des patients atteints par la maladie d’Alzheimer. Par exemple, des établissements Alzheimer ont été créés dans la capitale (Tunis) et ses environs et permettent une meilleure prise en charge des malades et un soutien aux familles. Cependant, ces structures d’accueils manquent dans les régions de l’intérieur et des actions en ce sens attendent d’être renforcées avec le développement de la discipline de la gériatrie dans notre pays face à l’augmentation de l’espérance de vie des citoyens et donc du vieillissement de la population.

(Crédit photo : AFP)